Opinion et stratégies d'entreprises Consumer Services Santé Media et numérique Luxe

Sondage 18.08.2017

Le bilan des 100 jours d’Emmanuel Macron

Au terme des cent premiers jours du mandat d’Emmanuel Macron, seuls 36% des Français se déclarent satisfaits de l’action du Président de la République, contre 46% pour son prédécesseur François Hollande trois mois après son élection. Ce déficit de satisfaction prend place dans un contexte de pessimisme ambiant : 23% des personnes interrogées estiment que la situation en France est en train de changer en bien (plus qu’en 2012, avec 17%, mais bien moins qu’en 2007, avec 45%), quand 39% pensent qu’elles changent en mal (51% en 2012, 21% en 2007) et 38% constatent un statu quo (32% en 2012, 34% en 2007).

Au niveau des réformes annoncées, on observe un niveau de satisfaction très variable : si la revalorisation de l’allocation adulte handicapé et du minimum vieillesse sont approuvés par 71%, la baisse annoncée de l’aide personnalisée au logement dès la rentrée mécontente six Français sur dix. A noter que pour toutes les mesures testées, la part des interviewés qui ne se prononcent pas oscille entre 13 et 26%, alors que le taux de NSP pour les mesures de François Hollande ne dépassait pas les 12% en 2012, ce qui montre qu’il reste encore une part d’expectative non négligeable chez les Français vis-à-vis de l’action d’Emmanuel Macron. Dans le même temps, 45% des Français estiment que le Président de la République respecte ses engagements pris lors de la campagne, soit 12 points de moins que François Hollande au même moment (57%).

Sur la dimension personnelle, Emmanuel Macron tire son épingle du jeu en matière d’économie puisque 44% des Français le jugent capable de réduire la dette et le déficit public (contre 33% pour François Hollande en 2012). Hormis la lutte contre le terrorisme (35% estiment qu’il la mènera efficacement), sur les autres traits d’image, le fondateur d’En Marche fait jeu égal, à quelques points prêts, avec son prédécesseur : 32% des interviewés lui font confiance pour lutter contre l’insécurité (35% pour François Hollande), 32% pour lutter contre la désindustrialisation du pays (31%), 30% pour faire reculer le chômage (27%) et 23% pour lutter contre l’immigration clandestine (26%). Si Emmanuel Macron conserve une marge de progression sur les dimensions régaliennes, son conflit avec le général de Villiers pourrait lui aliéner certains soutiens, en particulier à droite : en effet, dans cette affaire, 41% des Français déclarent soutenir plutôt le général de Villiers, 18% Emmanuel Macron et 34% ni l’un ni l’autre.

Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, catégorie socio-professionnelle) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) du 7 au 9 août 2017.

AVEC:  LE FIGARO

Nous contacter

Jérôme Fourquet Jérôme Fourquet :
Directeur de Département Opinion et Stratégies d'Entreprise
Email
Jean-Philippe Dubrulle :
Chef de groupe - Département Opinion et Stratégies d'Entreprise
Email


tél : (33) 01 45 84 14 44
Fax : (33) 01 45 84 93 38