Opinion et stratégies d'entreprises Consumer Services Santé Media et numérique Luxe

Sondage 10.10.2012

Les Français et l’adoption d’enfants par des couples de même sexe

Si une récente enquête de l’Ifop réalisée en août dernier pour la Lettre de l’Opinion indiquait qu’une large majorité de Français demeurait favorable au mariage homosexuel (65 % contre 63 % un an plus tôt), le droit à l’adoption pour les couples homosexuels divisait davantage les Français et l’adhésion à cette idée était en recul à 53 %, soit 5 points de moins que l’année précédente.

La question posée pour l’association les Adoptés confirme les réticences de l’opinion publique sur ce sujet. Invitées à se prononcer sur le principe leur semblant comme devant être garanti prioritairement dans le cadre de ce débat de société, 63 % des personnes interrogées répondent « qu’il faut que les enfants puissent avoir un père et une mère » contre 34 % qui affirment « qu’il faut que les couples homosexuels puissent adopter des enfants ».

Les réponses varient très fortement selon différents clivages :

Un clivage politique : si les sympathisants de gauche sont très partagés (49 % pour le droit d’adoption contre 48 % pour l’autre principe), les sympathisants de l’UMP et ceux du Front National mettent très massivement la priorité (à respectivement 79 % et 76 %) sur le fait que chaque enfant adopté puisse avoir un père et une mère.

Plus on avance en âge, plus ce principe est évoqué : il n’est cité que par 52 % des moins de 35 ans et par 57 % des 35-49 ans, mais cette proportion atteint ensuite 70 % auprès des 50-64 ans et 78 % parmi les 65 ans et plus.

De la même façon, si les professions libérales et les cadres supérieurs, davantage adeptes du libéralisme culturel, mentionnent en priorité (52 %) le droit à l’adoption pour les couples homosexuels, et que les professions intermédiaires le placent quasiment à égalité avec l’autre principe (47 % contre 49 %), les milieux populaires semblent camper sur une vision traditionnelle en la matière : 71 % des ouvriers et 60 % des employés jugeant prioritaire le fait que chaque enfant adopté puisse avoir un père et une mère.

Enfin, sans surprise, cette représentation est ultra-dominante parmi les catholiques pratiquants (86 %), elle reste majoritaire parmi les non-pratiquants (70 %) quand les non-baptisés penchent à 59 % pour ce principe contre 37 % qui défendent en priorité le droit à l’adoption pour les couples homosexuels.

Echantillon de 969 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, catégorie socio-professionnelle) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont eu lieu par téléphone (CATI - Computer Assisted Telephone Interviewing) .

AVEC:  Les adoptés

Nous contacter

Jérôme Fourquet Jérôme Fourquet :
Directeur de Département Opinion et Stratégies d'Entreprise
Email


tél : (33) 01 45 84 14 44
Fax : (33) 01 45 84 93 38