Opinion et stratégies d'entreprises Consumer Services Santé Media et numérique Luxe

Sondage 08.11.2012

Le tableau de bord politique Paris Match – Ifop - Novembre 2012

La vague de novembre du tableau de bord Ifop-Paris Match, marquée par l’alignement de la cote d’approbation de l’action du Premier ministre sur celle du Président de la République à un niveau minoritaire, livre les enseignements suivants :
- L’action de François Hollande comme Président de la République est approuvée par 42% des Français, soit une hausse d’un point par rapport à octobre. Le chef de l’Etat enraye ainsi pour la première fois la chute observée depuis sa prise de fonction et se stabilise à un niveau minoritaire. La séquence internationale lui a permis d’asseoir sa stature, 58% des personnes interrogées jugeant que François Hollande défend bien les intérêts de la France à l’étranger (+3). Elle semble aussi compenser les réticences exprimées au sujet de sa politique économique : moins de quatre personnes sur dix considèrent en effet que le chef de l’Etat mène une politique efficace contre la dette et les déficits publics (38%, -2) et qu’il mène une bonne politique économique (38%). Sur ces sujets, le Président de la République garde toutefois la confiance d’environ trois quarts de ses électeurs du premier tour de l’élection présidentielle de 2012 (respectivement 72% et 74%) et d’une courte majorité de ceux de Jean-Luc Mélenchon (respectivement 53% et 52%).
- Jean-Marc Ayrault subit une nouvelle chute de la cote d’approbation de son action ce mois-ci qui a pour conséquence de mettre fin à « l’avance » du Premier ministre sur le Président de la République observée depuis juin. 43% des Français déclarent en effet approuver aujourd’hui l’action du chef du gouvernement (-6). La baisse par rapport à la mesure d’octobre est générale : -6 auprès des électeurs de Nicolas Sarkozy, -10 auprès des électeurs de Marine Le Pen, et -10 auprès des électeurs de François Hollande qui continuent néanmoins d’accorder une confiance largement majoritaire au chef de la majorité présidentielle (75%) ; ce recul se manifeste de manière spectaculaire auprès des électeurs de François Bayrou au premier tour de l’élection présidentielle de 2012 (32%, -23). S’agissant de ses traits d’image, Jean-Marc Ayrault semble pâtir des doutes sur sa capacité à diriger l’action du gouvernement et paie ce mois-ci la multiplication des dysfonctionnements liés à sa gouvernance. Moins d’une personne sur deux juge qu’il dirige bien l’action du gouvernement (47%), soit un résultat en baisse de 13 points par rapport à octobre (-20 points par rapport à septembre). Cette baisse se mesure notamment auprès des sympathisants de gauche (-18 points, voire -17 points auprès des sympathisants du Parti Socialiste). Son action sur le plan économique suscite aussi des inquiétudes, 41% partageant le sentiment qu’il mène une bonne politique à ce niveau. Les Français continuent en revanche de reconnaître majoritairement ses qualités d’homme de dialogue (61%, -2).
- L’opposition ne capitalise toujours pas sur l’impopularité de l’action du gouvernement. 42% des Français seulement considèrent qu’elle ferait mieux que le gouvernement actuel (-1), soit un résultat stable par rapport à celui mesuré lors de l’accession de François Hollande à la présidence de la République.
- Dans une actualité fortement marquée par l’ouragan Sandy aux Etats-Unis, 82% des Français déclarent avoir évoqué les dégâts causés par la catastrophe. Les préoccupations économiques et sociales demeurent néanmoins particulièrement présentes : près de six personnes interrogées sur dix ont abordé le sujet de la hausse du chômage en septembre (62%), du débat sur le coût du travail et la compétitivité des entreprises (59%) et sur un plan plus polémique les déclarations de Jean-Marc Ayrault sur les 35 heures (58%). Ce dernier sujet, ayant manifestement intéressé les Français, contribue également à expliquer le jugement plus négatif sur le leadership gouvernemental de Jean-Marc Ayrault. A l’approche du scrutin qui départagera François Fillon et Jean-François Copé, la campagne pour la présidence de l’UMP marque un peu plus les esprits. 31% des Français en ont parlé cette semaine, contre 20% le mois dernier. Cette progression est perceptible également chez les sympathisants de l’UMP (49% contre 38% en octobre).

Echantillon de 1006 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, catégorie socio-professionnelle, niveau d'éducation) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont eu lieu par téléphone du 31 octobre au 2 novembre 2012.

AVEC:  PARIS MATCH

Nous contacter

Frédéric Dabi Frédéric Dabi :
Directeur Général Adjoint - Département Opinion et Stratégies d'Entreprise
Email


tél : (33) 01 45 84 14 44
Fax : (33) 01 45 84 93 38