Opinion et stratégies d'entreprises Consumer Services Santé Media et numérique Luxe

Actualité 31.03.2016

[ENTRETIEN] Le Big Data n’est plus uniquement un buzz word

Les 7 et 8 mars dernier se tenait au Palais des Congrès de Paris le Salon Big Data. Retour sur ces deux jours au cœur de la data avec Lucas Gutierrez, Data Analyst à l’Ifop, qui partage avec nous son regard expert sur les dernières tendances repérées sur le salon, ainsi que les opportunités du secteur pour les Instituts d'études.


Vous avez parcouru pendant 2 jours le Salon Big Data. Quelles sont les dernières tendances remarquables du Salon ?

Signe que le marché est en train de se structurer et qu’il devient plus mature, cette année le salon était plus que les années précédentes orienté marketing. De nombreuses conférences sur les technologies Big Data ont été proposées dans une optique marketing et/ou commerciale.

Le Big Data n’est plus uniquement un « buzz word » ou un domaine exclusivement réservé aux experts. Les entreprises ont compris que la centralisation et le traitement intelligent de leurs données changera la donne.

Plusieurs grandes entreprises sont venues faire des retours d’expérience de projets Big Data comme Orange avec son projet « Sauvons les Livebox », ou Seb avec le programme « Open food system ».
Cependant, j’ai remarqué que les PME étaient largement absentes du salon. La majorité d’entre elles sont en retard sur ces problématiques et n’ont pas encore de projets aboutis à partager. La mise en place d’infrastructures Big Data nécessite des investissements ainsi que le recrutement ou la formation de personnes aux compétences pointues en statistiques, programmation, visualisation et métier.
Des initiatives comme « tous à l’assaut du Big Data », initiée par Bpifrance, visent à encourager cette transition des PME vers le Big Data.


Avez-vous repéré des entreprises particulièrement innovantes? Quel est votre sentiment quant au développement de plus en plus important de start up dans ce secteur ?

On a pu voir de nombreuses start up au Salon. Certaines d’entre elles ont attiré mon attention car elles viennent répondre à des problématiques classiques avec des approches nouvelles. C’est par exemple le cas de Logmatic.io et Heuritech.

Logmatic.io s’intéresse aux données machines invisibles pour l’utilisateur, c’est à dire tous les échanges entre ordinateurs et autres serveurs. En les analysant, ils peuvent par exemple améliorer l’expérience utilisateur sur des produits digitaux, en repérant rapidement les points de blocages sur des applis en temps réel pour les améliorer.
Heuritech est une start up française, fondée par des docteurs en intelligence artificielle, qui utilise des méthodes de deep-learning pour analyser tout type de données, structurées (e.g bases CRM) et non structurées (e.g images, PDF, e-mails, tweets), pour faire du social listening / e-réputation et de l’analyse du web.

Les start up ont plusieurs avantages par rapport aux plus grosses structures pour se développer dans le domaine du Big Data. Elles n’ont, en effet, pas de coûts de transition technologique et sont plus flexibles et agiles dans un environnement qui évolue très vite. Les start up sont sur un marché porteur et trouvent plus facilement des investisseurs pour lever des fonds comme Dataiku avec sa plateforme Data Science Studio qui a levé 3 millions d’euros début 2015, pour assurer une croissance et un développement continu.


La donnée est au cœur de l’expertise des instituts d’Études. Quelle est justement la place de ces derniers sur ce marché, et en particulier celle de l’Ifop ?

Les instituts sont contraints par la baisse du coût unitaire de la donnée et les nouvelles sources pléthoriques de données qui vont inévitablement transformer notre activité.
Nous disposons à l’Ifop de trois atouts qui nous permettent d’assurer cette transition : une expertise sectorielle reconnue, de la donnée de qualité, et une capacité à traiter de la donnée issue de multiples sources.

Une expertise globale qui s’organise autour de trois piliers :
- Conseil en gestion de projet Big Data (pour des acteurs du Retail et des Services) et aide à la définition de problématiques marketing
- Traitement et intégration de données exogènes à des études récurrentes, notamment barométriques
- Mise en place de plateformes web/mobile d'aide à la visualisation de données multi-sources.

Si la donnée marketing de qualité reste rare et principalement l’apanage des instituts, savoir l’hybrider à d’autres sources pour l’enrichir et répondre ainsi plus finement aux problématiques de nos clients est un savoir-faire réellement différenciant pour l’Ifop.

Nous contacter



tél : (33) 01 45 84 14 44
Fax : (33) 01 45 84 14 44