Opinion et stratégies d'entreprises Consumer Services Santé Media et numérique Luxe
3544

Publications en Opinion et Stratégies d'entreprise

Opinion et Stratégies d'entreprise
21/06/2017

Les Français, la musique et le piano

LES CHIFFRES CLÉS

Combien de Français ont déjà joué d'un instrument à l'occasion de la fête de la musique ?

1 - 7% des Français ont déjà participé à une fête de la musique en tant que musicien, soit une proportion largement plus faible que le nombre de Français à y avoir assisté en tant que simple spectateur (79%) ;

2 - La fête de la musique apparaît néanmoins comme une occasion de jouer en public pour une proportion importante de musiciens occasionnels : 35% des Français jouant de temps en temps d'un instrument ont déjà profité de l'occasion pour jouer de la musique en public un 21 juin.

3 - La fête de la musique constitue ainsi une occasion de jouer pour un nombre significatif de Français ayant appris à jouer d'un instrument, sachant que la proportion de la population en jouant de temps en temps tend à diminuer (6 % ; -4 points depuis 2006) tandis que le nombre de Français n'en jouant plus ou quasiment plus progresse sensiblement (31 % ; + 4 points). Quelles sont les instruments de musique les plus populaires chez les Français ?

4 - Le piano est l'instrument qui compte le plus d'amateurs chez les Français jouant de la musique à l'heure actuelle : un tiers des personnes jouant d'un instrument de temps en temps déclarent savoir jouer du piano (32%), contre un quart de la flûte (26%) et environ un sur cinq de la guitare (21%).

5 - Il est vrai que le piano est aussi l'instrument ayant été enseigné au plus grand nombre de Français : plus d'un tiers des Français ayant appris à jouer d'au moins un instrument au cours de leur vie ont étudié le piano (39%), soit un taux légèrement supérieur à la flûte (38%) et à la guitare (33%).

6 - Mais avoir appris à jouer d'un instrument ne signifie pas pour autant qu'il s'agit aujourd'hui de son instrument préféré. Interrogés sur le sujet, les Français regrettant de ne pas savoir jouer d'un instrument expriment aussi leurs préférences pour le piano (57 %) et, dans une moindre mesure, pour la guitare (53 %). Les autres instruments comme la batterie (16 %), le violon (13 %) ou le saxo (10%) arrivent quant à eux loin derrière dans le classement des instruments qu'ils aimeraient savoir jouer. Combien de Français possèdent ou souhaiteraient posséder un piano ?

7 - Un Français sur dix possède actuellement un piano (10%), son taux d'équipement tendant à croître avec le niveau de diplôme, le niveau social et le niveau de revenu des personnes interrogées. Par exemple, seuls 2% des ouvriers en possèdent, contre 15% des cadres et professions intellectuelles supérieures.

8 - La proportion de Français qui souhaiteraient acquérir un piano est, elle, deux fois plus élevée : 20% des Français en expriment le souhait, en particulier dans les rangs des jeunes de moins de 25 ans (28%) et des cadres et professions intellectuelles supérieures (28%).

9 - Cette aspiration à acquérir un piano apparaît bridée essentiellement par le prix d'achat - cité comme un frein par 37% des personnes qui aimeraient en posséder - et, dans une moindre mesure, par le manque de place dans son logement (26%) et le fait que personne ne sache en jouer dans son foyer (23%).
Opinion et Stratégies d'entreprise
17/06/2017

Le climat législatif dans la 3e circonscription des Landes

Le premier tour des élections législatives de 2017 a été le théâtre de l’élimination de nombreuses personnalités du Parti Socialiste, jusqu’alors en majorité à l’Assemblée Nationale. La troisième circonscription des Landes, terre d’élection d’Henri Emmanuelli, a fait figure d’exception avec la qualification de Boris Vallaud pour le second tour. Pour autant, la conjoncture ne paraît pas favorable au candidat du Parti Socialiste d’après les résultats du sondage Ifop-Fiducial pour Sud Ouest et Sud Radio.

Avec 34,2% des suffrages exprimés, Jean-Pierre Steiner avait dominé le premier tour dimanche 11 juin. Le candidat de La République en Marche avait donc devancé Boris Vallaud (25,3%) et Philippe Dubourg, candidat de la France Insoumise (11,6%) et premier non-qualifié. Au second tour des élections législatives, Jean-Pierre Steiner capitaliserait alors sur son avance au premier tour et sur la dynamique en faveur de La République en Marche sur l’ensemble du territoire national. Il recueille ainsi 54% des intentions de vote, contre 46% pour son rival du Parti Socialiste.
Opinion et Stratégies d'entreprise
17/06/2017

Grand âge et enjeux du vieillissement

L’enquête menée par l’Ifop pour le SYNERPA dessine un état des lieux de l’opinion des Français sur le secteur du Grand âge et les enjeux du vieillissement. Le vieillissement s’avère être un enjeu de grande importance pour les Français et leurs proches, malgré une faible anticipation. L’enquête revient également sur les différentes solutions proposées aux familles, leur image et celle du secteur, et détaille leur mode de financement et la place de l’offre privée dans le contexte actuel.
 
Vieillissement et perte d’autonomie, un sujet qui inquiète près des deux tiers des Français … mais que, paradoxalement, ils anticipent peu.
Le sujet du vieillissement et de la perte d’autonomie avive la crainte d’une grande majorité de Français (65%), notamment les 50-64 ans (68%). Il est intéressant de constater que chez les jeunes également, bien qu’en retrait au regard de la moyenne mesurée sur l’ensemble des Français, cette préoccupation est non négligeable. Ainsi plus d’un jeune de 18-24 ans sur deux se déclare inquiet (55%).
Si cette crainte du vieillissement et de la perte d’autonomie apparait très ancrée au sein de la société il n’en demeure pas moins que paradoxalement, ce n’est pas un sujet dont les Français se saisissent pleinement concrètement. En effet, au-delà de cette inquiétude, « seulement » un Français sur deux déclare penser souvent au vieillissement (49%), une tendance toutefois assez inégale au sein de la population : cette proportion atteint 64% chez les 65 ans et plus, 54% chez les personnes aux revenus modestes, 55% chez les personnes ayant un proche en perte d’autonomie et 64% chez les personnes travaillant au sein d’un établissement médico-social.
L’anticipation du vieillissement et le sentiment d’être soi-même concerné touchent respectivement le tiers des Français (33%) et un Français sur cinq (19%). Les plus âgés et les personnes en contact permanent avec les seniors sont encore une fois davantage concernés.

Plus d’un Français sur deux concerné par un proche en perte d’autonomie physique ou psychique, des personnes pour qui le maintien à domicile est privilégié.
Plus d’un Français interrogé sur deux se déclare concerné directement dans son quotidien par la présence dans son entourage proche d’une personne en perte d’autonomie physique ou psychique (55%). Le plus souvent, il s’agit d’un parent (23%) ou d’un grand parent (21%).
Le type d’accompagnement privilégié pour ces personnes est avant tout le maintien à domicile (52% des cas) que ce soit avec l’aide de la famille (38%) et/ou de professionnels (25%). L’EHPAD médicalisé est la solution retenue dans 31% des cas, tandis que le recours aux Résidences Services Seniors est encore assez marginal (8%), un résultat peu surprenant au regard de l’offre existante aujourd’hui. Enfin, on notera que cette proportion devient marginale pour le milieu hospitalier (4%).
Face à cette situation de la prise en charge d’une personne de son entourage proche en perte d’autonomie physique et/ou psychique à laquelle de nombreux Français sont donc confrontés, seuls 45% d’entre eux se déclarent capables de s’en occuper, un résultat qui tend à démontrer une certaine distance.

Pour plus d'information, rendez-vous sur le site du Synerpa : http://www.synerpa.fr/

Opinion et Stratégies d'entreprise
14/06/2017

Le nouveau gouvernement et l’entrepreneuriat

Interrogés moins de deux semaines après l’annonce de la composition du nouveau gouvernement, 68% accordent au président de la République et à ses ministres leur confiance pour instaurer une dynamique positive en faveur de la création d’entreprise, et 63% d’entre eux considèrent que la composition du gouvernement reflète cette volonté d’intégrer davantage d’entrepreneurs dans l’équipe ministérielle. Ils sont néanmoins une minorité à estimer que les candidats aux élections législatives prennent suffisamment en compte les besoins et attentes des entrepreneurs (36%), et appellent très largement de leurs vœux la création d’une commission dédiée aux petites entreprises à l’Assemblée nationale (78%) et d’un ministère ou d’un secrétariat d’Etat strictement dédié aux TPE, PME et artisans (74%).