Opinion et stratégies d'entreprises Consumer Services Santé Media et numérique Luxe
3576

Publications en Opinion et Stratégies d'entreprise

Opinion et Stratégies d'entreprise
01/08/2017

Les cadres et l’hyper connexion - Vague 2

Plus des 3/4 des cadres (78%) consultent leurs communications professionnelles telles que leurs emails, sms ou appels pendant leur temps de loisirs, c’est-à-dire pendant les week-ends et les vacances.
Si ce score est stable (+1 point par rapport à la vague de 2016), l’intensité de ces consultations est en hausse. 37% des personnes interrogées les consultent en effet « souvent », soit une progression de 6 points en un an (contre 41% « de temps en temps », -5 points).

La possibilité d’un accès permanent et simplifié aux outils de communication professionnelle est vécue de manière anxiogène.
Cet accès aux communications professionnelles pendant leurs congés ou leurs week-ends est désormais considéré comme un facteur de stress par une majorité de cadres (51%, +3 points). Au global, les conséquences sont négatives pour 80% des personnes interrogées, 29% pointant dans le même temps des dommages collatéraux, évoquant « une source d’agacement pour les proches ».

Or, les perspectives de faire redescendre ce niveau de pression ne sont pas encourageantes.
La reconnaissance officielle du droit à la déconnexion (loi travail du 8 août 2016) constitue un levier de premier plan pour limiter cette situation de stress. Mais dans la réalité, une majorité de cadres (52%) affirme que son entreprise ne s’est pas engagée dans l’application du droit à la déconnexion. Cette proportion s’élève à 63% dans les entreprises de moins de 50 salariés. Parmi les 48% qui estiment au contraire que leur entreprise s’est engagée dans l’application de ce droit, seuls 21% déclarent que leur entreprise a déjà mis en place des mesures concrètes, 27% affirmant que si leur entreprise s’est engagée, cela ne s’est pas encore traduit par des mesures concrètes.
Opinion et Stratégies d'entreprise
30/07/2017

Les Français et la nationalisation des chantiers navals de Saint-Nazaire

Au lendemain de l’annonce de la nationalisation temporaire des chantiers navals de Saint-Nazaire, 70% des Français considèrent qu’il s’agit là d’une bonne décision « car les chantiers de Saint-Nazaire sont une entreprise stratégique pour le pays et emploient de nombreux salariés ». A contrario, 27% le déplorent car ils estiment que « cette nationalisation est un mauvais signal envoyé à la fois aux investisseurs étrangers et à nos partenaires européens ». Cette large approbation de la décision de l’exécutif est majoritaire toutes tendances politiques confondues, seuls les sympathisants frontistes apparaissant partagés (52% y sont favorables).
Opinion et Stratégies d'entreprise
25/07/2017

Ifop Focus n°165 - Le meurtre du prêtre Jacques Hamel : une onde de choc chez les catholiques français

Pour les catholiques, le meurtre du père Hamel, le 26 juillet 2016, a créé un traumatisme profond à la fois par l’horreur du crime en lui-même mais également parce qu’il a signifié à beaucoup que nous avions basculé dans une autre époque avec une irruption de la guerre et de la barbarie la plus abjecte sur notre sol jusqu’y compris dans des lieux sacrés comme des églises. Interrogé par l’AFP, l’abbé Pierre Amar, curé dans le diocèse de Versailles l’exprima avec ses mots : « On est assommés parce qu’on ne savait pas que c’était dangereux d’être prêtre aujourd’hui en France ».
Opinion et Stratégies d'entreprise
25/07/2017

Enquête auprès des parents d’enfant(s) âgé(s) de 3 à 18 ans

Sept parents d’enfants âgés de 3 à 18 ans sur dix ont déjà eu recours à des centres de loisirs ou des colonies de vacances pour leur(s) enfant(s) (70%). Il apparaît que les centres de loisirs, probablement plus intégrés dans le quotidien des familles, sont presque deux fois plus plébiscités que les colonies de vacances (65% y ont recours VS 36% pour les colonies de vacances). Au final, 31% des parents ont déjà proposé à leur(s) enfant(s) d’aller en centre de loisirs et en colonie de vacances.

Les Accueils Collectifs de Mineurs jouissent d’une très bonne image auprès des parents qui y ont déjà eu recours : L’impact social ressort comme le premier atout des colos, reconnu par quasiment l’ensemble des personnes interrogées qui y ont inscrit leur(s) enfant(s) : elles estiment en effet qu’ils sont source d’épanouissement pour leur enfant et qu’il socialise en apprenant la vie en collectivité (92 %). Les familles estiment encore que les ACM participent à la mixité sociale : leur(s) enfant(s) rencontre(nt) des camarades d’origines sociales et de cultures différentes à la sienne (86 %). Leur valeur ajoutée pédagogique en continuité de l’école, sans être aussi unanimement perçue, est tout de même reconnue par huit parents sur dix (79%). On relèvera que 86 % des ouvriers perçoivent cette valeur.

Pour plus d'informations : http://www.jpa.asso.fr/