Opinion et stratégies d'entreprises Consumer Services Santé Media et numérique Luxe
3734

Publications en Opinion et Stratégies d'entreprise

Opinion et Stratégies d'entreprise
06/02/2018

Conférences citoyennes « Face aux nouveaux usages et enjeux de l’espace public parisien, quels leviers pour un Paris plus propre ? »

L’Ifop et Planète Publique ont mené, durant 5 mois, un dispositif de participation citoyenne de grande ampleur pour la Ville de Paris, conduisant 105 Parisiens à se prononcer sur leur perception de la propreté de l’espace public parisien et leurs souhaits et propositions pour l’améliorer.

Ce dispositif s’est articulé autour de 7 conférences citoyennes rassemblant des Parisiens résidant dans l’ensemble des arrondissements dans des groupes regroupant des arrondissements proches : les quartiers centraux (1er, 2e, 3e, 4e, 5e, 6e arrondissements), les 15e et 17e arrondissements, les 7e, 8e, 16e arrondissements, les 15e et 17e arrondissements, les 9e, 10e, 11e arrondissements, les 19e et 20e arrondissements, le 18e arrondissement.

Chacun des 7 groupes s’est investi durant deux week-ends :
- d’abord pour rencontrer de nombreux professionnels de la Ville (tant cadres qu’agents de terrain) venus les informer et échanger avec eux sur le métier de la propreté à Paris, les enjeux auxquels les professionnels doivent faire face dans le maintien et l’amélioration de celle-ci.
- Puis, lors d’un second week-end, chacun des groupes a débattu avec des experts et personnalités de leur choix avant de se réunir à huis-clos pour rédiger leur avis et leurs propositions.

Au total, ce sont ainsi 105 Parisiens, plus de 80 experts et professionnels qui ont échangé durant 6 week-ends à l’Hôtel de Ville de Paris afin de permettre aux 7 groupes réunis de rédiger chacun un avis solide et étayé et d’intégrer ainsi la parole citoyenne au débat public sur un sujet qui les concerne très directement.

Ces 7 avis citoyens présentent à la fois les perceptions associées dans chaque groupe à la propreté de l’espace public, leur compréhension des enjeux auxquels les services de la Ville font face, et leurs souhaits et propositions concrètes pour améliorer la propreté de l’espace public parisien. Les sept avis comportent ainsi plus de 60 propositions opérationnelles, tant pour accompagner les Parisiens et usagers dans un changement de comportements durable que dans le but d’aider les professionnels de la propreté à répondre à ce défi.

Ces avis ont ensuite fait l’objet d’une synthèse, présentée aux élus parisiens lors du Conseil de Paris du 5 février 2018 par deux citoyens ayant participé à ces conférences.
Opinion et Stratégies d'entreprise
06/02/2018

Les habitants du Grand Sud-Ouest et la LGV

Interrogés par l’Ifop pour le compte du journal Sud-Ouest, les habitants du Grand Sud-Ouest adhèrent à 80% à la construction d’une ligne de train à grande vitesse (LGV) entre Bordeaux et Toulouse et à 78% à la construction d’une ligne de train à grande vitesse entre Bordeaux et l’Espagne, via Mont-de-Marsan et les Landes.

42% des habitants déclarent qu’ils utiliseront régulièrement la ligne Bordeaux-Espagne et 37% feront de même avec la ligne Bordeaux-Toulouse. Si l’adhésion aux projets de lignes à grande vitesse est forte parmi les habitants du Grand Sud-Ouest, ils sont néanmoins 46% à souhaiter que les pouvoirs publics accordent la priorité à l’amélioration du service des TER (trains régionaux) sur les lignes existantes dans la région. Seuls 11% veulent donner la priorité aux LGV et 43% souhaitent que les deux projets soient menés de front.
Opinion et Stratégies d'entreprise
06/02/2018

Les Français et la journée sans portable

A la question, « Pensez-vous être en mesure de vous passer de votre téléphone portable durant 24 heures ? » les trois quarts des Français interrogés qui possèdent un téléphone portable répondent par l’affirmative. Si les intentions déclarées sont donc louables (à voir si elles se concrétiseraient dans les faits), il n’en demeure pas moins qu’un Français sur cinq (23%) en serait incapable, une incapacité qui témoigne d’une addiction. Au-delà de ce résultat d’ensemble, il est intéressant de noter que cette dépendance au téléphone est fortement liée à l’âge des personnes interrogées. Près d’un jeune sur deux âgés de 18 à 24 ans indique en effet ne pas pouvoir se passer de son téléphone sur une durée de 24h (43%), une proportion qui chute à 19% chez les personnes de plus de 35 ans.
Opinion et Stratégies d'entreprise
02/02/2018

« Balises d’opinion » #15 - Le regard des Français sur la situation économique et sociale en France

Deux tiers des Français (66%) se déclarent aujourd’hui « résignés » (30%) voire « révoltés » (36%) à l’évocation de la situation économique et sociale actuelle de la France, les « confiants » (20%) ou « enthousiastes » (3%) ne représentant même pas une personne sur quatre, quand 11% admettent leur « indifférence » face à la situation du pays. Pour majoritairement négatif qu’il soit, ce constat est cependant en amélioration comparé à de précédentes mesures : en effet, « l’état d’esprit négatif » touchait 71% des interviewés en octobre 2017 et même plus de 80% entre octobre 2011 et juillet 2013 – il faut remonter jusqu’à septembre 2010 pour retrouver un taux aussi bas qu’aujourd’hui (66% à l’époque). Sur l’adjectif « confiant », cité par 20% des Français, on voit cependant se dessiner d’importantes fractures. De sexe, tout d’abord, avec 27% d’hommes confiants contre 13% seulement chez les femmes, ces dernières se montrant en revanche beaucoup plus « révoltées » (42%, contre 30% chez les hommes), dans un climat de refus affirmé des violences faites aux femmes. Le clivage sur la confiance est également générationnel (11% chez les moins de 35 ans contre 23% chez leurs aînés), professionnel (14% seulement chez les ouvriers), géographique (15% dans les communes rurales versus 27% en région parisienne) et éminemment politique : 61% des sympathisants de La République en Marche se disent « confiants », contre seulement 9% chez les proches de la France Insoumise et 6% au Front National.

Suivant une tendance similaire, une majorité de Français (54%) anticipe une « explosion sociale » dans les prochains mois, de chiffre étant nettement en dessous de ceux mesurés depuis 1998 (de 64 à 76%). A ce titre, les sympathisants du parti du Président de la République se montrent encore une fois beaucoup plus confiants que le reste de la population : ils sont seulement 36% à craindre une explosion sociale.