Opinion et stratégies d'entreprises Consumer Services Santé Media et numérique Luxe
3577

Publications en Opinion et Stratégies d'entreprise

Opinion et Stratégies d'entreprise
18/07/2017

Les entreprises et la transformation sociale

Les dirigeants des entreprises de plus de 200 salariés estiment à hauteur de 91% que le dialogue sociale constitue un enjeu important pour leur entreprise, 60% estimant même qu’il est déterminant. Trois quarts d’entre eux (77%) l’ont intégré dans une politique plus large d’accompagnement du changement.

Les chefs d’entreprise interrogés se montrent plutôt réceptifs aux dernières évolutions règlementaires dans ce domaine : 52% estiment en effet que les changements introduits pas la loi de Sécurisation de l’Emploi, les lois Rebsamen, Macron et El Khomri vont favoriser le dialogue social (contre 11% qui anticipent une détérioration et 34% aucun changement) et 77% considèrent que les mesures gouvernementales en cours auront un impact positif sur les pratiques en matière de dialogue social en France. »
Opinion et Stratégies d'entreprise
14/07/2017

L’adhésion du grand public au manifeste des Start-Ups et questions d’actualité politique et économique

Un accueil très favorable à l’égard de la formation au numérique.

Le numérique est désormais incontournable dans sa vie professionnelle
à la fois comme activité à travers le boom de l’économie numérique et les nouveaux métiers qu’elle génère et, plus généralement, comme outil de travail, quel que soit son métier ou son secteur d’activité. Dans ce cadre, plus de trois Français sur quatre (77%) sont favorables à la création d’une filière dédiée au numérique au Baccalauréat au même titre que les filières traditionnelles scientifiques, littéraires ou économiques.

Il est par ailleurs intéressant de constater que les 65 ans et plus qui, à l’inverse des « Digital Native », n’ont pas toujours connu l’utilisation du numérique dans leur carrière et qui représentent la dernière population potentiellement concernée par la fracture digitale, se montrent encore plus enclins à la mise en place de ce Bac Numérique (87%).

Cette formation, loin de se limiter aux lycéens, doit aussi irriguer les élites. La quasi totalité des Français souhaite en effet rendre obligatoire une formation sur les enjeux du numérique pour les dirigeants politiques et les hauts fonctionnaires (91%), dont près d’un tiers qui seraient très favorables à une telle initiative (31%). Les 65 ans et plus sont une fois encore les plus favorables (37%), de même que les travailleurs indépendants (37%), et les personnes travaillant dans des entreprises de 250 à 499 salariés (38%).
Opinion et Stratégies d'entreprise
13/07/2017

Le tableau de bord politique Ifop et Fiducial pour Paris Match et Sud Radio - Juillet 2017

La vague de juillet du tableau de bord politique Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, marquée par le nouveau reflux enregistré par Emmanuel Macron, livre les enseignements suivants.

56% des Français déclarent approuver l’action d’Emmanuel Macron comme Président de la République (tandis que 42% déclarent être en désaccord avec sa politique). Ce résultat est en baisse de 4 points par rapport à juin, et même de 10 points par rapport à mai, au moment où le chef de l’Etat a été évalué pour la première fois. La baisse d’Emmanuel Macron s’avère plutôt générale, perdant autant auprès des sympathisants de gauche (41%, -7) qu’auprès de ceux de droite (44%, -7), mais il demeure toujours aussi convainquant auprès des proches de La République en Marche (98%,+2). Notons que son prédécesseur François Hollande se situait au même niveau en juillet 2012 (56% de jugements positifs, contre 43% de jugements négatifs), peu après son élection.

Avec une cote d’approbation de son action s’établissant à 60%, Edouard Philippe connaît lui-aussi une baisse, d’un point par rapport au mois dernier. Mais le Premier Ministre demeure à un niveau légèrement au-dessus du Président de la République et bénéficie d’une aura supérieure auprès des sympathisants des Républicains (77%, +4, contre 67% pour Emmanuel Macron), formation politique dont il est issu. Emergent toutefois davantage de craintes s’agissant de sa capacité à réformer le pays quelques jours après sa déclaration de politique générale. 56% des personnes interrogées considèrent qu’Edouard Philippe est à la hauteur de la tâche, soit un résultat en baisse de 7 points par rapport au mois dernier.

Deux mois après l’élection présidentielle, la vie politique française reste très parcellisée. La France Insoumise est cependant considérée par 40% des Français (+6) comme la formation politique incarnant le mieux l’opposition au Président de la République Emmanuel Macron. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon devance ainsi Les Républicains (26% de citations, -4) et le Front National (21%, -5), tandis que les difficultés du Parti Socialiste se confirment (9%, +1).
Opinion et Stratégies d'entreprise
13/07/2017

Les Français et les sites de Jobbing

La renonciation ou le report de la réalisation de petits travaux à domicile est chose courante. Seuls 14% des Français affirment n’avoir jamais été dans cette situation. Les explications sont diverses et multiples (1,7 explications données en moyenne). Les Français mettent davantage en avant des motifs d’ordre personnel qu’une dépendance à l’égard d’autres personnes.
La raison la plus fréquemment citée est le manque de budget, citée par plus d’un Français sur deux (55%), dont surtout les personnes âgées de 35 à 49 ans (65%), les habitants des communes rurales (65%) et, de manière peu surprenante, les CSP- (65%) et les foyers comprenant deux enfants ou plus (70%), dont le budget est plus restreint. Le manque de temps est la deuxième cause de renoncement à la réalisation de petits travaux au domicile : elle concerne un tiers des Français interrogés (36%). Parmi eux, figure une forte proportion de moins de 35 ans (45%), de cadres (47%) et de professions intermédiaires (48%), le temps de travail moyen de ces deux cibles étant généralement plus soutenu que la moyenne des actifs et, encore une fois, les personnes qui vivent avec au moins un enfant au foyer (51%).

Une majorité de Français affirment être intéressés par le recours à des sites de Jobbing. Après une remise à niveau concernant le concept de Jobbing, 56% des Français déclarent être intéressés. Les plus séduits sont les CSP+ (69%), plus concernés que la moyenne à la fois par le manque de temps, l’incapacité à réaliser soi-même les petits travaux à domicile et la difficulté à trouver les personnes pouvant réaliser ces travaux. Parmi les autres cibles de stratégiques, c’est-à-dire manifestant un niveau d’intérêt élevé figurent aussi les personnes vivant en région parisienne (64%), les foyers à la fois d’une personne (61%) de 5 personnes ou plus (62%). Les logiques sont en réalité différentes dans ces deux cas. Alors que les personnes seules au foyer s’intéressent proportionnellement plus à ce service car elles sont dans l’incapacité de réaliser ce type de tâches, les gros ménages de plus de cinq personnes s’y intéressent pour deux autres raisons, leur manque de temps et de budget.