climat politique

En partenariat avec

Sondage

Le climat politique à Paris

À un an des élections municipales de mars 2020, le climat politique à Paris telle qu’elle ressort de l’enquête Ifop-Fiducial pour le JDD et Sud Radio demeure marquée par une forte incertitude. Plus que jamais, le rapport de force électoral parisien obéit au phénomène d’une recomposition politique toujours en cours après le « big bang » de l’élection présidentielle et des législatives de 2017.

 

Pour autant, l’analyse des intentions de vote de premier tour fournit des indications significatives sur la situation des forces en présence.

 

En premier lieu, cette enquête vient confirmer le rétablissement de la Maire de Paris après « l’annus horribilis » connue en 2018. En effet, à la différence de l’enquête Ifop-Fiducial menée il y a un an, la liste de la majorité municipale conduite par Anne Hidalgo (23% à 25% des intentions de vote voire 29% dans les arrondissements de gauche) émerge systématiquement en tête du rapport de force électoral et devance de 2 à 4 points la République en Marche. Ce regain est à relier d’une part à une meilleure mobilisation par Anne Hidalgo de son socle électoral du 1er tour de 2014 et d’autre part à la capacité de la liste de la majorité sortante à « mordre » sur les électorats présidentiels. En effet, respectivement un gros tiers de l’électorat Mélenchoniste  et près de 3 électeurs Macron sur 10 expriment une intention de vote en sa faveur.

 

La République en Marche, en position de force dans l’enquête de mars 2018 (29% à 32% d’intentions de vote) marque le pas en perdant la « pole position » dans les intentions de vote. Cela tient, contexte national d’impopularité présidentielle oblige, à une difficulté plus importante à mobiliser l’électorat présidentiel d’Emmanuel Macron (43% contre 60%  il y a un an).

 

S’agissant de la course pour obtenir l’investiture LREM, les résultats de cette enquête testant 3 des 6 prétendants indiquent un avantage en faveur de Benjamin Griveaux. Avec 22% des intentions de vote, l’actuel porte-parole du gouvernement réalise un meilleur score que Mounir Mahjoubi ou Cédric Villani (20% chacun). Toutefois, cet écart sondagier semble insuffisant pour « tuer le match » des ambitions parisiennes, en cours dans le parti présidentiel.

 

A un an du scrutin, la droite parisienne qui pourtant détient 9 arrondissements de la capitale, n’apparait pas aujourd’hui en situation de se mêler à l’affrontement gauche – LREM, devancée de huit points par la liste de la majorité municipale et de cinq points par la liste conduite par Benjamin Griveaux. Testée pour la première fois depuis l’annonce de sa candidature, Rachida Dati recueille 16% des intentions de vote. Ce score lui permet d’une part de faire mieux que Florence Berthout, présidente du groupe LR au conseil de Paris et d’autre part de devancer nettement la liste Agir conduite par le député du 18ème Pierre-Yves Bournazel (7%).

 

Enfin, spécificité de l’histoire électorale parisienne, les forces tribuniciennes ne semblent pas en mesure de se mêler à la bataille de l’Hôtel de Ville : avec 8% des intentions de vote, la liste LFI conduite par Danielle Simonnet ne parvient à rassembler qu’un tiers de l’électorat présidentiel de Jean-Luc Mélenchon. Néanmoins, un tel score autoriserait la France Insoumise à se maintenir au deuxième tour dans quelques arrondissements, notamment du Nord-Est parisien, et pourrait gêner le rassemblement de la majorité municipale.

 

Le Rassemblement National obtenant 6% à 7% des intentions de vote se situe à un niveau quasi équivalent à son résultat de 2014. L’annonce surprise d’un ralliement du RN à la liste « Aimer Paris » de Serge Federbush ne devrait pas modifier sensiblement cette situation de tripartition du champ politique parisien entre la majorité municipale, LREM et les Républicains mais confirme le caractère plus que jamais mouvant et éclaté de l’offre électorale parisienne.

 

SUR LE MÊME SUJET :

 

Le climat électoral à Paris à dix-huit mois du scrutin municipal

Votre interlocuteur

Frédéric Dabi Directeur Général Adjoint - Directeur du pôle Opinion et Stratégies d'entreprise

climat politique

Document à télécharger

Les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 079 personnes, représentatif de la population de la commune de Paris âgée de 18 ans et plus. Au sein de cet échantillon ont été interrogées 956 personnes inscrites sur les listes électorales. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par arrondissement. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 14 au 21 mars 2019.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.