Regard sur l'avenir

En partenariat avec

Sondage

Le regard des Français sur l’avenir

L’IFOP révèle les résultats d’un sondage exclusif pour les Rencontres de l’Avenir. Les Recontres de l’Avenir ont été créés par Nicolas Bouzou en 2018 qui en est le Président et sont accueillies par la ville de Saint-Raphael et son maire Frédéric Masquelier. Elles rassemblent une trentaine des intellectuels et dirigeants français les plus influents qui débattent de leur perception de l’avenir. Elle accueilleront cette année deux anciens premiers ministres étrangers. Elles sont gratuites et ouvertes au public sur inscription (www.rencontres-avenir.fr).

 

Frédéric Dabi et Nicolas Bouzou présenteront et tireront les enseignements du sondage IFOP sur l’avenir.

 

L’avenir apparait comme anxiogène aux yeux de la majorité des Français.

 

Pour une large majorité des Français (84%), l’avenir apparait comme quelque chose d’inquiétant. 52% pensent que dans le futur, le monde connaitra plutôt une période de régression. Pour autant, 38% des répondants voient tout de même l’avenir comme quelque chose d’excitant.

Parmi les évocations qui viennent spontanément à l’idée des Français lorsqu’on leur parle d’avenir, les répondants évoquent d’abord des termes négatifs : sentiments d’inquiétude, d’anxiété, d’incertitude (19%) ou de pessimisme (13%). De manière transversale, les préoccupations environnementales et économiques sont spontanément mises en avant pour évoquer l’avenir et expliquent sans doute cette appréhension.

 

Le regard sur l’avenir porté par les Français est sujet à un clivage générationnel marqué.

 

Les plus jeunes se montrent à la fois plus optimistes et plus enthousiastes que leurs ainés : la moitié (51%) des moins de 35 ans estiment en effet que l’avenir est quelque chose d’excitant, tandis que seuls 26% des 65 ans et plus partagent cette opinion. De même, 27% des moins de 35 ans pensent qu’à l’avenir le monde connaitra plutôt une période de progrès contre seulement 19% des Français les plus âgés (moyenne à 21%).

Selon les Français, les domaines dans lesquels les changements seront les plus importants dans le futur concernent d’abord les mouvements de populations entre les territoires (cités par 35% des Français dont 52% des plus de 65 ans) et ensuite la santé et les avancées scientifiques (28% pour les deux) dans un contexte où il ressort d’autres enquêtes IFOP que les Français apparaissent particulièrement préoccupés par les enjeux liés à la santé.

 

Aucune personnalité politique n’incarne nettement l’idée de progrès aux yeux des Français.

 

Les Français se montrent particulièrement critiques vis-à-vis du paysage politique. Interrogés sur l’incarnation de l’idée de progrès par différentes personnalités politiques, il ressort de l’enquête qu’à l’exception d’Emmanuel Macron (37%), aucune ne recueille plus d’un tiers de réponses positives.

La proportion de Français qui estiment même qu’elles n’incarnent « pas du tout » l’idée de progrès est systématiquement supérieure à un tiers des répondants et atteint même 55% et 56% pour Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

 

 

Nicolas Bouzou : « Ce sondage montre que la peur de l’avenir est le sentiment dominant en France, ce qui a forcément des répercussions économiques et politiques négatives. Rien n’est plus urgent que de montrer que le progrès est possible et à quelles conditions ».

Frédéric Dabi : « Cette enquête révèle à quel point le futur recèle une dimension anxiogène pour les Français. L’avenir constitue le “lieu” d’un pessimisme de projection pour le devenir de ses enfants, dans un temps où le fait d’associer l’avenir et l’idée de progrès est devenu minoritaire dans l’opinion. »

Vos interlocuteurs

Frédéric Dabi Directeur Général Adjoint - Directeur du pôle Opinion et Stratégies d'entreprise

Etienne Berthoz Chargé d'études

Regard sur l'avenir

Documents à télécharger

Présentation Communiqué de presse

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1007 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille) après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 5 au 6 novembre 2019.

publications associées

Réalisée pour Impact AI, l’édition 2019 témoigne d'une meilleure connaissance de l'Intelligence artificielle et d'un plus grand recours.  1 - L’Intelligence...

Sondage

Notoriété et image de l’Intelligence Artificielle auprès des Français et des salariés – Vague 2

Cette deuxième édition de l'étude réalisée pour SMAAART confirme l'intérêt croissant pour les téléphones reconditionnés.  Le concept du téléphone...

Sondage

Image des entreprises commercialisant des téléphones reconditionnés, perceptions et intentions d’achat

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.