En partenariat avec

Sondage

Le regard des Français sur les injustices

Dans la perspective de l’élection présidentielle de 2020, le Conseil national des barreaux a souhaité se mobiliser en portant le projet In/Justice. Dans ce cadre, le CNB a missionné l’IFOP pour réaliser une grande enquête d’opinion destinée à mieux cerner les représentations des Français autour des injustices. En voici les principaux enseignements :

 

Les injustices sont perçues comme étant en augmentation dans la société française

 

Premier constat de cette enquête, le phénomène des injustices est perçu comme étant en augmentation par 71% des Français contre à l’inverse seulement 7% qui le juge en diminution (et 22% qui estiment qu’elles sont stables).

 

 

La notion d’injustices suscite des évocations très différentes d’un sondé à un autre

 

Alors même que les injustices sont largement perçues comme étant en augmentation, cette notion est en fait diversement appréhendée par les sondés. Nous avons ainsi introduit dans l’enquête une question ouverte dans laquelle nous demandions aux répondants d’indiquer ce à quoi ils rattachaient cette notion. Les verbatim recueillis sont très divers. Si la thématique économique et sociale apparait comme étant la première évoquée, des notions très différentes sont exprimées. Ainsi une partie des sondés fait référence aux inégalités de richesse alors qu’à l’inverse certaines personnes interrogées évoquent l’assistanat. De la même manière, nous avons recueillis des témoignages relatifs aux injustices frappant les personnes issues de l’immigration (discriminations, contrôle au faciès…) alors que d’autres témoignages font référence aux « étrangers qui ont plus de droits que les Français ». Une partie des verbatim recueillis mettent en cause la justice et notamment l’idée selon laquelle elle ne s’appliquerait pas de la même manière pour les faibles et les puissants. L’idée d’une justice trop laxiste est également largement évoquée. Enfin, certains témoignages font également référence aux inégalités entre les hommes et les femmes, mais là encore, un clivage de genre se fait jour.

 

 

Les banlieues constituent le territoire le plus associé aux injustices

 

C’est la France des banlieues qui est avant tout associée aux injustices : 40% citent ainsi ce territoire en premier, loin devant les campagnes (16%), les territoires péri-urbains (13%), les métropoles (11%), les petites villes ou les villes moyennes de province (10%), les territoires enclavés (5%) et les Outre-Mer (5%). Pour autant, alors même que les Français associent les banlieues aux injustices, la question des contrôles au faciès suscite une indignation significativement moindre que d’autres problématiques. Nous avons ainsi énoncé une liste de situations et nous avons demandé aux sondés d’y attribuer une note entre 1 et 20 pour qualifier le niveau d’injustice perçu. La situation d’une personne subissant ainsi de nombreux contrôles au faciès obtient une note moyenne de 13,5/20, ce qui la classe seulement en 9e position des injustices perçues, loin derrière l’exposition d’un enfant à du harcèlement scolaire (17/20), l’occupation d’un appartement par des squatteurs (16,6/20) ou l’inégalité de rémunération entre un homme et une femme occupant un poste équivalent (16,2/10). En fait, la question du contrôle au faciès apparait comme particulièrement clivante, notamment quand on analyse les résultats à l’aune de la proximité politique. Les sympathisants de gauche jugent cette situation particulièrement injuste (15,7/20) alors qu’à l’inverse, les Français proches de LR (11,1/20) et du RN (11/20) sont significativement moins nombreux à s’en émouvoir.

Document à télécharger

Présentation

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1511 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas ( âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Les interviews ont été réalisées en ligne du 17 au 21 juin 2021.

Vos interlocuteurs

Frédéric Dabi Directeur Général Opinion

François Legrand Chef de groupe - Opinion & Stratégies d'Entreprises

Document à télécharger

Présentation

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1511 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas ( âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Les interviews ont été réalisées en ligne du 17 au 21 juin 2021.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Découvrez nos publications A la une - A ne pas manquer et pleins d’autres...

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 
Consultez nos dernières newsletters

Recent Posts

Top Categories