En partenariat avec

Sondage 15/12/2015

Le tableau de bord des personnalités – Décembre 2015

Dans un contexte post attentats du 13 novembre, la vague de décembre du tableau de bord Ifop et Fiducial pour Paris Match et Sud Radio est marquée par la hausse de la popularité de quasiment la totalité des personnalités politiques testées, notamment celle de François Hollande qui atteint son plus haut niveau depuis mars 2013.

45% des Français ont une bonne opinion de François Hollande, soit une hausse de 14 points par rapport à novembre. La séquence politique, marquée par les attentats du 13 novembre et la mise en place de l’état d’urgence, mais aussi par l’organisation de la COP21, a bénéficié au Président de la République, lequel s’est davantage activé sur la scène internationale et s’est positionné en dehors des querelles politiciennes nationales. La hausse de la cote de popularité présidentielle est particulièrement significative parmi les sympathisants du Parti Socialiste (86%, +17), et plus généralement parmi les sympathisants de gauche (69%, +18). Le Premier Ministre recueille en parallèle 56% de bonnes opinions, soit un niveau de popularité toujours nettement au-dessus du Président de la République, mais une hausse plus modérée (+4). Manuel Valls semble pénalisé par son activité dans des domaines plus polarisés, et notamment sur le front des élections régionales. Sa cote de popularité est en effet nettement en progression auprès des sympathisants de gauche (68%, +9) et plus spécifiquement des sympathisants du Parti Socialiste (88%, +11), auprès desquels il est la personnalité le plus appréciée.

Quarante-six hausses de popularité sont perceptibles ce mois-ci dans le tableau de bord ; elles concernent la quasi-totalité des personnalités testées. Manquent à l’appel Nicolas Sarkozy, et certains de ses anciens (Nadine Morano, 28%, -3) ou actuels (Brice Hortefeux, 30%, stable ; Henri Guaino, 24%, -1) proches. L’ancien Président de la République recueille 35% de bonnes opinions, soit un résultat en baisse de 2 points, et voit son socle de partisans les plus fidèles s’éroder : 7% des personnes interrogées en ont une excellente opinion, contre 16% lors de son pic en juin 2013. A contrario, le pourcentage de personnes en ayant une très mauvaise opinion atteint son plus haut niveau depuis qu’il n’est plus Président de la République (36%, +4). Dans cette perspective, à moins d’un an de la primaire organisée par Les Républicains pour désigner son candidat à l’élection présidentielle de 2017, Nicolas Sarkozy apparaît toujours comme moins populaire et plus clivant qu’Alain Juppé. 57% des sympathisants de droite (contre 70% pour Alain Juppé) et 76% des sympathisants des Républicains (contre 90% pour Alain Juppé) en ont une bonne opinion, ce qui place l’ancien chef de l’Etat à des niveaux nettement en-dessous de son principal rival actuel dans la course à l’investiture présidentielle.

Ce rejet de Nicolas Sarkozy se répercute dans le duel de préférence qui l’oppose à François Hollande. 49% des Français déclarent en effet préférer l’actuel Président de la République, tandis que 44% penchent pour son prédécesseur. Ce résultat implique une inversion du rapport de forces mesuré précédemment (44%-50% en mai 2015), et ce pour la première fois depuis juillet 2012. En revanche, Nicolas Sarkozy accentue sa domination dans le duel de préférence qui l’oppose à Marine Le Pen : 67% des personnes interrogées le préfèrent à la Présidente du Front National, tandis que 25% adoptent la position inverse (64%-25% en mars 2015). Enfin, dans un autre duel en lien avec l’élection présidentielle de 2017, François Hollande l’emporte aussi sur Marine Le Pen. Signe de l’embellie de l’appréciation du Président de la République dans l’opinion, 66% des Français le préfèrent, contre 30% en faveur de la tête de liste défaite le 13 décembre en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, soit un avantage en hausse par rapport à octobre 2015 (66%-30%).

Document à télécharger

Rapport d'étude

Méthodologie de recueil

Echantillon de 974 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, catégorie socio-professionnelle, niveau d'éducation) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont eu lieu par téléphone (CATI - Computer Assisted Telephone Interviewing) du 11 au 12 décembre 2015.

Vos interlocuteurs

Frédéric Dabi. Directeur Général Opinion

Jérôme Fourquet Directeur du pôle Opinion & Stratégies d'Entreprises

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Hidden
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories