En partenariat avec

Sondage 13/10/2011

Le tableau de bord politique – Octobre 2011

La vague d’octobre du Tableau de bord Paris Match – IFOP révèle une progression inédite de la crédibilité de l’opposition.
– L’approbation de l’action de Nicolas Sarkozy en tant que Président de la République enregistre ce mois-ci une baisse de 2 points, à 35%. Cette baisse s’accompagne d’une hausse de la proportion de personnes ne l’approuvant « pas du tout » (41%, +3), et marque un coup d’arrêt à la légère hausse des opinions positives observée depuis avril 2011. Nicolas Sarkozy demeure donc à un haut niveau d’impopularité (65% d’opinions négatives). L’analyse détaillée des résultats montre que la baisse de popularité est particulièrement forte auprès des plus jeunes, 26% des moins de 35 ans seulement ayant un avis positif sur l’action du Président de la République (-5). Notons également une baisse de la popularité auprès des sympathisants UMP, malgré un score élevé (80%, -5), et des sympathisants de gauche (15%, -4). La baisse de l’approbation de l’action du Président de la République a des répercussions sur l’ensemble de ses traits d’image. Si plus de deux tiers des Français considèrent qu’il défend bien les intérêts de la France à l’étranger (69%, –3), les appréciations positives vis-à-vis de l’efficacité de sa politique contre l’insécurité sont en ce mois d’octobre minoritaires (48%, -2). Les baisses concernent aussi l’appréciation de l’efficacité de sa politique contre la dette et les déficits publics (37% d’avis positifs, -4) et de sa politique sociale (31% d’avis positifs, -5), à des niveaux pourtant déjà bas. Enfin, un peu plus d’un interviewé sur 3 estime que Nicolas Sarkozy est sensible aux préoccupations des Français (36%, -1). 
– L’action de François Fillon comme Premier Ministre suscite parallèlement l’approbation d’un Français sur deux (50%, -1). Une personne interviewée sur quatre n’approuve « pas du tout » son action (24%, +1), soit une proportion plus importante que celles déclarant l’approuver « tout à fait » (15%, +1). La baisse de 3 points observée en septembre 2011 se confirme, le chef de l’exécutif – dont la popularité est au plus bas depuis décembre 2009 – n’étant pas parvenu à inverser la tendance. A l’instar de celle du Président de la République, sa cote de popularité est en baisse auprès des 18-24 ans (47%, -7), mais reste stable dans l’ensemble des autres catégories de la population. Le différentiel de popularité entre François Fillon et Nicolas Sarkozy est cependant toujours nettement favorable au locataire de Matignon. Le Premier Ministre tire ainsi avantage de la direction qu’il donne à l’action de son gouvernement malgré une légère baisse (64% d’opinions positives, -2). La moitié des Français considère également qu’il est sensible à leurs aspirations (51%, stable). Bien qu’appréciées par une minorité de personnes interrogées seulement, sa politique sociale (45%, -1) et sa politique contre la dette et les déficits publics (43%, -1) bénéficient aussi d’un meilleur jugement que celles du Président de la République.
– Dans le contexte de la primaire citoyenne organisée par le Parti Socialiste, la crédibilité de l’opposition atteint un niveau record. A son plus haut niveau enregistré depuis le début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, elle est en progression de 5 points (49%, +5). Un Français sur 2 ne demeure néanmoins pas convaincu par les qualités de l’opposition (51%). Si la progression de la crédibilité de l’opposition est générale, elle est très marquée auprès des 18-24 ans (67%, +15) et de certaines sensibilités politiques, comme les sympathisants de droite (26%, +8) et les sympathisants du Front National (50%, +14).
– Aucun sujet de conversation proposé n’a dominé les conversations des Français. La mise en examen du numéro 2 de la police judiciaire de Lyon Michel Neyret (54%), le parcours de l’équipe de France à la Coupe du Monde de Rugby en Nouvelle-Zélande (53%) et la préparation de l’élection présidentielle de 2012 (52%) sont néanmoins les thèmes qui sont le plus revenus dans les conversations mais à des niveaux moins élevés que les discussions les plus récurrentes lors des précédentes vagues. Les Français ont peu évoqué le basculement historique du Sénat dirigé pour la première fois par un socialiste – Jean-Pierre Bel – et le retrait de la candidature de Jean-Louis Borloo à l’élection présidentielle de 2012, sujets abordés par respectivement 37% et 34% des personnes interrogées. Il en est de même pour les affaires dans lesquelles sont impliqués des proches du Président de la République : 22% des interviewés déclarent en effet que l’affaire Karachi a animé leurs conversations cette semaine et 17% d’entre eux évoquent la mise en examen du juge Philippe Courroye dans le cadre de l’affaire Bettencourt.

Document à télécharger

Rapport d'étude

Méthodologie de recueil

Echantillon de 1004 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, catégorie socio-professionnelle, niveau d'éducation) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont eu lieu par téléphone du 6 au 7 Octobre 2011.

Votre interlocuteur

Frédéric Dabi. Directeur Général Opinion

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Hidden
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories