En partenariat avec

Sondage 14/09/2010

Les actifs et la retraite

En plein débat sur l’avenir des retraites, 64% des actifs français déclarent accorder prioritairement leur confiance aux mutuelles d’épargne pour assurer la gestion et les conseils en matière d’épargne retraite, devant les banques (57%) et les compagnies d’assurance (45%).C’est l’un des principaux enseignements tirés de l’enquête exclusive menée par l’Ifop pour La France Mutualiste, Mutuelle d’épargne et de retraite depuis plus de 85 ans. Quelques enseignements :
Une inquiétude vis-à-vis de la retraite très présente parmi les actifs. L’inquiétude vis-à-vis du financement de la retraite est présente chez la quasi-totalité des Français actifs (89%). Plus précisément, les craintes concernent le montant de la retraite au titre du régime obligatoire (92%), la proportion de revenus qui doit être consacrée au financement de sa retraite (87%) et l’âge d’accession à une retraite à taux plein (84%). Ces inquiétudes apparaissent encore plus importantes parmi les personnes exerçant un métier pénible et les faibles revenus. Durant leur période d’activité, les Français se montrent inquiets des difficultés potentielles que pourraient rencontrer leurs proches (les difficultés financières des enfants, 48% ; les problèmes liés à la dépendance des proches, 44%). Ils redoutent presque autant la confrontation à des situations financières difficiles, causées par le surendettement (39%) ou une situation de chômage de longue durée (37%). La précarité suscite en comparaison moins d’inquiétudes (22%).
Une incertitude réelle sur les ressources financières lors de la retraite. Les trois quarts des actifs (77%) déclarent ne pas avoir d’idée précise des ressources financières dont ils disposeront lors de leur retraite. Ils estiment en moyenne à 60,5% de leurs derniers revenus le montant qu’ils percevront au titre du régime de retraite obligatoire. Là encore, l’inquiétude domine dans l’opinion puisque 58% des actifs jugent qu’ils ne pourront subvenir à leurs besoins lors de leur retraite et 69% que leur qualité de vie se détériora à cette période de leur vie.
Les actifs reconnaissent la nécessité de constituer une épargne personnelle en vue de leur retraite. Dans ce cadre, le modèle hybride entre la retraite par répartition assurée par l’Etat et la retraite par capitalisation à travers une épargne retraite personnelle semble avoir gagné du terrain dans les consciences collectives puisque seuls 14% des actifs jugent la constitution d’une épargne exclusivement dédiée à la retraite comme étant secondaire. Trois personnes sur dix la jugent au contraire primordiale, en particulier les indépendants et les plus jeunes, manifestement plus enclins à compléter les revenus du régime de retraite obligatoire par une épargne personnelle.
44% des actifs Français épargnent actuellement pour leur retraite. Les hauts revenus sont toutefois plus nombreux que la moyenne à mettre de l’argent de côté, notamment grâce à leur capacité financière, à engager ce processus et à ouvrir des comptes bancaires rémunérés ou adhérer à un contrat d’assurance-vie. Les plus âgés apparaissent également plus engagés dans un dispositif d’épargne retraite. Seuls 22% des Français déclarent ne pas avoir l’intention d’épargner pour leur retraite.
Le manque d’argent constitue le principal frein au recours à des produits d’épargne retraite, cité par plus d’un actif sur deux (52%). Les actifs apparaissent également demandeurs de produits moins contraignants, notamment n’impliquant pas un blocage des fonds, mais aussi plus performants.
La mutuelle d’épargne apparaît comme l’acteur privilégié pour assurer la gestion et les conseils en matière d’épargne retraite. 64% des actifs accordent leur confiance à ces mutuelles, soit un score supérieur à celui des banques (57%) et des compagnies d’assurance (45%). Cette confiance demeure toutefois modérée, seuls 6% des actifs déclarant faire « très confiance » aux mutuelles d’épargne sur ce sujet.

Documents à télécharger

Rapport d'étude Annexes

Méthodologie de recueil

Echantillon de 1004 personnes, constituant un échantillon représentatif de la population active âgée de 30 à 60 ans. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession et statut de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) du 28 juin au 5 juillet 2010.

Votre interlocuteur

François Kraus Directeur du pôle Politique / Actualités - Opinion & Stratégies d'Entreprises

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.