trajets domicile-travail

En partenariat avec

Sondage

Les enjeux des trajets domicile-travail et la prévention des risques associés

Deux salariés sur trois utilisent leur voiture personnelle comme mode de transport principal pour se rendre sur leur lieu de travail. Les transports en commun arrivent très loin derrière, favorisés par 16% des salariés interrogés, soit une légère progression depuis 10 ans (+4 points). Particulièrement développé en Île de France, ce mode de transport y est particulièrement prisé (48%).

À ce titre, et de façon plus générale, deux tiers des salariés utilisant un véhicule motorisé avouent avoir déjà eu un comportement à risque (65%), une proportion qui croît à mesure que le trajet pour se rendre sur son lieu de travail est long  : de 51% pour les trajets de moins de 15 minutes à 76% pour ceux d’une durée supérieure à 45 minutes.

 

Aujourd’hui, 8 salariés sur 10 pourraient envisager d’autres modes de transport (82%). Bien qu’aucun moyen de déplacement n’apparaisse véritablement fédérateur, certaines tendances se dessinent.

En effet, les transports en commun représentent une possibilité qui arrive en tête de liste mais pour moins de 2 salariés sur 10 : 18%, davantage pour les 50 ans et plus (25%) mais moins en agglomération parisienne (12%). Toutefois, pour que cette possibilité se concrétise il serait nécessaire d’intensifier la cadence des passages (27%) ou rapprocher les dessertes du domicile (22%), sinon du lieu de travail (15%).

Par ailleurs, si les salariés utilisaient davantage les transports en commun, cela impliquerait, avant tout selon les employeurs, une diminution des bouchons/stationnements (47%), moins de pollution (44%) ainsi que des économies financières pour les salariés (44%).

 

Concernant la part des trajets domicile-travail dans les divers accidents routiers liés au travail ces dernières années, si la majorité des employeurs n’a pas observé d’évolution (52%) sinon une diminution (25%), les salariés sont bien moins nombreux à partager cet avis (respectivement 46% et 9%). Mais il convient de relever que les salariés sont deux fois plus nombreux à ne pas être en mesure d’estimer cette évolution (32% vs 14%). Plus précisément, invités à identifier le moment de la journée le plus accidentogène, les deux populations s’accordent majoritairement sur la fin de journée (60% selon les salariés et 56% selon les employeurs).

En revanche, au sujet des causes principales de ces accidents, les employeurs pointent prioritairement du doigt la responsabilité des conducteurs, plus que les salariés : l’utilisation des technologies mobiles (44% vs 34% des salariés) et les erreurs de conduite (38% vs 28%). En revanche, les salariés désignent avant tout la fatigue (45% vs 37% des employeurs) et sont plus nombreux à faire mention de la crainte d’arriver en retard (28% vs 18%).

Vos interlocuteurs

Fabienne Gomant Directrice adjointe du pôle Opinion & Stratégies d'Entreprises

Mathilde Moizo Chargée d'études - Opinion & Stratégies d'Entreprises

trajets domicile-travail

Document à télécharger

Présentation

Méthodologie de recueil

Salariés : échantillon de 2000 salariés, représentatif de la population salariée française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, secteur et taille de l’entreprise) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 23 janvier au 8 février 2019.

Employeurs : échantillon de 400 dirigeants d’entreprises, représentatif des entreprises françaises comptant au moins un salarié. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (taille et secteur d’activité) après stratification par région. les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 23 janvier au 8 février 2019.

publications associées

L'IFOP a réalisé pour la première fois une enquête auprès de parents et grands-parents ayant au moins un enfant en bas âge (6 ans ou moins) pour mesurer leur perception...

Sondage

Le regard des parents et des grands-parents sur les risques associés à l’ingestion des piles boutons

Cette deuxième édition de l'étude réalisée pour SMAAART confirme l'intérêt croissant pour les téléphones reconditionnés.  Le concept du téléphone...

Sondage

Image des entreprises commercialisant des téléphones reconditionnés, perceptions et intentions d’achat

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.