En partenariat avec

Sondage

Les enseignants, la laïcité et la place des religions à l’école

L’Ifop a réalisé pour l’Observatoire de l’éducation de la Fondation Jean-Jaurès une enquête permettant de mieux cerner la place que les enseignants accordent aujourd’hui aux religions à l’école, le sens qu’ils donnent à la laïcité, mais aussi leur point de vue sur le port des signes religieux par les différents acteurs (les élèves, les parents…) du système scolaire.

 

Retrouvez la note d’analyse de l’enquête de François Kraus publiée sur le site de la Fondation Jean-Jaurès

 

https://jean-jaures.org/nos-productions/les-enseignants-la-laicite-et-la-place-des-religions-a-l-ecole

 

Le point de vue de François Kraus sur les résultats de l’enquête

 

Au regard de cette enquête, l’enseignant d’aujourd’hui apparait très éloigné du cliché de l’« hussard noir » qui fut longtemps caricaturé en « laïcard » intransigeant non seulement anticlérical mais aussi anti-religieux. Loin d’être tous habités par un athéisme militant, les enseignants semblent au contraire imprégnés d’une vision très juridique de la laïcité dans laquelle celle-ci est lue avant tout au prisme du cadre fixé par la loi de 1905 : leur rejet d’une conception « antireligieuse » de laïcité transparaissant notamment dans le peu de professeurs qui la voient aujourd’hui comme un outil de lutte contre l’influence des religions dans la société.

 

Ce regard particulier sur la place des religions dans la société n’empêche pas pour autant le corps enseignant d’exprimer une franche hostilité à l’expression de formes de religiosité au sein du service de l’enseignement. Son soutien (quasi) unanime à l’interdiction des signes religieux ostensibles par les élèves du public, tout comme sa nette opposition aux tenues religieuses portées par les parents bénévoles lors des sorties scolaires, met d’ailleurs en exergue le fossé ayant pu exister depuis 2004 sur ces sujets entre la « masse des profs » et nombre de leurs centrales syndicales. Dans tous les cas, force est de constater que la position de fermeté affichée par Jean-Michel Blanquer depuis des années est loin d’être isolée au sein du corps enseignant même si son adhésion à des mesures d’interdiction tient sans doute au fait qu’elles sont perçues comme des moyens d’assurer l’ordre public scolaire.

 

Cet attachement des enseignants à une stricte neutralité religieuse dans l’espace scolaire risque toutefois de s’émousser sérieusement avec le temps si l’on en juge par la vision beaucoup plus libérale de la laïcité affichée par les jeunes enseignants. Très en phase avec le relativisme culturel de leur génération sur ces questions, les « jeunes profs » affichent en effet une vision « ouverte » – certains dirons « inclusive » – de la laïcité qui semble très proche des modèles de société anglo-saxonnes multiculturelles. Or, compte-tenu du rôle essentiel des professeurs dans la socialisation des futurs citoyens, cela ne sera pas sans effet sur la conception que les prochaines générations de Français auront de la laïcité et de la place des religions dans la société.

Document à télécharger

les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 801 personnes, représentatif des enseignants des 1er et 2e degrés en France métropolitaine. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas sexe, âge, degré, secteur (public privé), niveau de titularisation après stratification par académie. Les critères de représentativité ont été fixés à partir des statistiques officielles des ministères de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur (RERS 2019). Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto administré en ligne du 10 au 17 décembre 2020.

Vos interlocuteurs

François Kraus Directeur du pôle Politique / Actualités - Opinion & Stratégies d'Entreprises

Gautier Jardon Chargé d’études – Département Opinion et Stratégies d’Entreprise

Document à télécharger

les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 801 personnes, représentatif des enseignants des 1er et 2e degrés en France métropolitaine. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas sexe, âge, degré, secteur (public privé), niveau de titularisation après stratification par académie. Les critères de représentativité ont été fixés à partir des statistiques officielles des ministères de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur (RERS 2019). Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto administré en ligne du 10 au 17 décembre 2020.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Découvrez nos publications A la une - A ne pas manquer et pleins d’autres...

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 
Consultez nos dernières newsletters

Recent Posts

Top Categories