En partenariat avec

Sondage 24/03/2015

Les Français et la chute de cheveux

La calvitie ne touche qu’une minorité de Français mais atteint dans de plus fortes proportions les hommes et particulièrement les plus âgés d’entre eux.
13% des Français déclarent être atteints de calvitie. Cette proportion est restée stable au cours des 25 dernières années (12% en 1990). De manière prévisible, hommes et femmes ne sont pas égaux face à la calvitie. Si seules 2% des femmes en sont atteintes, la calvitie touche un homme sur quatre (25%). De plus, à mesure qu’elles vieillissent, les femmes n’apparaissent pas plus nombreuses à être atteintes de calvitie (3% des femmes de 65 ans et plus). En revanche, après 65 ans, trois hommes sur dix sont concernés par ce phénomène (31%), alors que cette proportion se maintient à des niveaux inférieurs à 25% parmi les hommes de moins de 65 ans.

Trois français sur quatre non-atteints de calvitie déclarent perdre leurs cheveux, une proportion en forte hausse depuis 1990.
Trois français sur quatre (76%) n’étant pas atteints de calvitie déclarent perdre beaucoup, assez, ou peu leurs cheveux, alors qu’ils n’étaient que 44% en 1990 (+32 points). Parmi eux, 6% disent beaucoup perdre leurs cheveux (+4 points par rapport à 1990), un quart les perd « assez » (26%, +20 points) et 44% les perdent peu (+8 points). Inversement, si 56 % des français non-atteins de calvitie déclaraient ne pas du tout perdre leurs cheveux en 1990, ils ne sont plus que 24 % aujourd’hui (-32 points). La chute de cheveux est ainsi passée en 25 ans d’un phénomène encore minoritaire à un phénomène sociétal.

Les femmes apparaissent plus sujettes à la chute de leurs cheveux même si les hommes le deviennent de plus en plus à mesure qu’ils vieillissent.
Seules 16% des femmes déclarent ne pas perdre leurs cheveux du tout, contre 28% des hommes (atteints de calvitie ou non). Parmi les 84% de femmes qui perdent leurs cheveux (72% chez les hommes), 43 % disent les perdre « beaucoup » ou « assez » alors que seul un tiers des hommes fait ce constat (33%).

La chute de cheveux ne préoccupe qu’un tiers de ceux qui en souffrent …
La majorité des personnes souffrant de calvitie ou sujettes à la chute de cheveux déclare ne pas s’en préoccuper : 26% l’assument, et 37% n’y portent pas attention. Parmi les 37% préoccupés, seuls 5% se disent angoissés. On constate qu’hommes et femmes adoptent, ici encore, des attitudes sensiblement différentes. Si 79% des hommes disent ne pas être préoccupés par leur chute de cheveux, dont 44% qui l’assument, seule une femme sur deux exprime son détachement à ce sujet, dont 11% qui l’assument.

… alors qu’elle inquiète une majorité de ceux qui n’en sont pas atteints, principalement chez les femmes.
La chute de cheveux apparaît considérablement plus préoccupante quand elle est anticipée que lorsqu’elle est effective. Interrogés sur leur attitude vis-à-vis d’une hypothétique importante perte de leurs cheveux, six français sur dix y étant actuellement peu ou pas sujet déclarent qu’ils seraient préoccupés (62%), dont 29% qui seraient angoissés.

Documents à télécharger

Rapport d'étude Annexes

Méthodologie de recueil

Echantillon de 1005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) du 15 au 17 décembre 2014.

Votre interlocuteur

Romain Bendavid Directeur de l'Expertise Corporate et Climat Social

publications associées

Alors que le mouvement des « gilets jaunes » semble s’ancrer dans la durée, la question de son éventuelle traduction sur la scène politique se pose avec une certaine...

Sondage

Le regard des Français sur le mouvement des « gilets jaunes » dans la perspective des élections européennes

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.