En partenariat avec

Sondage

Les Français et le gaspillage alimentaire

À l’occasion de la journée nationale contre le gaspillage alimentaire (samedi 16 octobre), l’Ifop a mené pour Nous anti-gaspi une étude afin de réaliser un état des lieux sur le rapport des Français au gaspillage alimentaire

 

 

A la suite d’une crise sanitaire qui a renforcé les convictions des Français sur le sujet, le gaspillage alimentaire préoccupe désormais 90% d’entre eux

41% des personnes interrogées estiment que la crise du coronavirus a renforcé leurs convictions sur le gaspillage alimentaire, dont 12% « considérablement ». Cette proportion apparaît d’autant plus importante que la crise a dans le même temps très peu atténué les convictions des Français (2% seulement), la majorité estimant que celle-ci n’a rien changé (57%). Dans ce contexte, 9 Français sur 10 se déclarent désormais préoccupés par le gaspillage alimentaire, 44% l’étant même « beaucoup ». Les 18-24 ans (20% ne sont pas préoccupés) ainsi que les catégories pauvres (15%) constituent des publics qui affichent un niveau de préoccupation moindre sur le sujet.

 

Estimant que plus d’un tiers de la nourriture produite dans le monde est jetée à la poubelle, les interviewés estiment que les consommateurs sont tout autant que les distributeurs responsables de ce gâchis

En moyenne, les Français estiment que 36% de la nourriture est jetée à la poubelle dans le monde, cette proportion ayant tendance à diminuer en fonction de l’âge du répondant : les moins de 35 ans évaluent cette proportion à 42% tandis que les 65 ans et plus estiment qu’elle n’est que de 31%. 44% associent en premier lieu le gaspillage alimentaire à la nourriture jetée à la poubelle, que ce soit à la maison ou au restaurant, tandis qu’une proportion similaire (42%) l’associe aux produits que les distributeurs n’arrivent pas à écouler en magasin. Enfin, 14% le relient à la production agricole ou industrielle qui ne trouve pas preneurs. En terme de quantité de gaspillage produite, le moment de la distribution en magasin (36%) devance légèrement le moment de la consommation (32%), tandis que la transformation (13%) ou la production (12%) sont nettement des étapes nettement moins considérées comme sujettes au gâchis.

 

Les Français estiment qu’ils pourraient principalement adopter des réflexes simples pour limiter le gaspillage alimentaire à leur niveau

Pour réduire le gaspillage alimentaire au sein de leur foyer, la majorité des Français interrogés (57%) imaginent qu’ils pourraient davantage cuisiner leurs restes alimentaire. Mieux vérifier ses besoins (notamment en dressant une liste de course ; 47%) ou encore faire ses courses plus régulièrement et en diminuant les quantités (43%) sont également perçus par les répondants comme des actions susceptibles d‘être mises en œuvre sans trop de difficultés. Néanmoins, ils se montrent plus réticents à adopter des mesures ayant davantage d’impact sur leur consommation : seulement 32% seraient ainsi prêts à consommer des produits dont la date de péremption est dépassée, 25% à acheter des produits dont la date de péremption approche ou encore 16% à acheter des produits dont la DDM est dépassée. Notons que ces deux derniers types d’action sont un peu plus citées par les catégories d’individus qualifiées de pauvres (respectivement 33% et 23%)

Document à télécharger

Les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 13 au 16 septembre 2021.

Vos interlocuteurs

Fabienne Gomant Directrice adjointe du pôle Opinion & Stratégies d'Entreprises

Antoine Chatelet Chargé d'études - Département Opinion & Stratégies d'Entreprise

Document à télécharger

Les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 13 au 16 septembre 2021.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Hidden
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories