Document à télécharger

Les résultats de l'étude

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1029 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne du 30 au 31 mai 2018.

En partenariat avec

Sondage

Les Français et le libéralisme – Vague 4

La quatrième vague du Baromètre de l’Ifop sur « Les Français et le libéralisme » pour l’Opinion, La Fondation Concorde et Génération Libre, la première depuis que la dernière élection présidentielle a enclenché un processus de recomposition politique, livre les enseignements suivants :

 

– La part de Français pour qui le mot « libéralisme » évoque « quelque chose de positif » demeure majoritaire (57%), parfaitement stable depuis la dernière vague en avril 2016. Pour autant, après la séquence électorale de 2017, l’incarnation du libéralisme connaît une spectaculaire mutation : En effet c’est désormais le couple exécutif qui aux yeux des Français incarne le mieux les idées libérales (29% pour Emmanuel Macron et 19% pour Edouard Philippe).

 

– Le jugement des Français sur le degré de libéralisme associé à la politique menée par le président de la République et son gouvernement depuis un an apparaît partagé : 35% l’estiment « trop libérale », 34% « pas assez libérale » et 21% « libérale comme il faut ». Toutefois, ce jugement dépend fortement de la sensibilité politique, 60% des sympathisants de gauche considérant la politique du gouvernement « trop libérale » quand les proches des Républicains ne sont que 20% à en dire autant.

 

– Dans le domaine économique comme dans la sphère sociale, les Français en appellent à une présence renforcée de l’Etat : d’une part, une majorité relative de Français (42%) – certes nettement inférieure à la mesure d’avril 2016 (53%) – souhaite que l’Etat intervienne davantage dans l’économie ; d’autre part, une majorité quasi absolue des personnes interrogées (49%) juge l’Etat « pas assez protecteur » en matière sociale, soit une hausse de 12 points depuis 2016, signe d’une attente désormais profondément ancrée chez les Français.

 

– Conséquence du « Big Bang » électoral qu’a généré la dernière élection présidentielle, une proportion non négligeable de Français semble en proie au doute quant à leur identité politique et aux repères politiques classiques : respectivement 20 et 21% des Français ne savent pas comment la droite et la gauche devraient se définir du point de vue des idées. Parallèlement, l’identité de La République en Marche paraît encore plus éclatée, laissant ainsi deviner le caractère « attrape-tout » du mouvement qui a permis à Emmanuel Macron d’être élu il y a un an : 29% des personnes interrogées ne savent pas comment LREM devrait se définir, 19% pensent que le mouvement devrait être libéral, 17% social-libéral, 14% centriste et 10% social-démocrate.

 

– La proportion de Français favorables à la mise en place d’un revenu universel garanti est désormais minoritaire puisqu’elle reflue à 45% (-11 points par rapport à la mesure prise en avril 2016, -15 par rapport à celle d’avril 2015), alors même qu’elle a été l’un des sujets saillants du débat présidentiel.

Votre interlocuteur

Frédéric Dabi DGA -
Directeur du pôle Opinion et Stratégies d'entreprise

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.