téléphones reconditionnés

Document à télécharger

Présentation de l'étude

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 à 65 ans. Parmi elles, 115 personnes étaient nées entre 1995 et 2000 (Génération Z), 306 personnes entre 1980 et 1994 (Génération Y ou Millenials), 311 personnes entre 1965 et 1979 (Génération X) et 268 personnes entre 1953 et 1964 (Baby boomers). La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 26 au 30 octobre 2018.

En partenariat avec

Sondage

Les Français et les téléphones reconditionnés

Une très large majorité de Français conserve des téléphones portables inutilisés à leur domicile.

 

83% des Français de 18 à 65 ans stockent des téléphones sans utilité chez eux.

Parmi eux, les PCS+ sont surreprésentés (89%), tout comme les personnes vivant en région parisienne (90%) et les étudiants (92%). Le public susceptible d’être intéressé par des solutions de revente ou de recyclage de ses téléphones est donc large.

 

A l’image de ce qui est observé dans d’autres études Ifop, les considérations environnementales constituent une véritable préoccupation et ainsi un levier pour se séparer de téléphone(s) inutilisé(s).

 

Le fait de permettre à un téléphone non utilisé d’être recyclé afin de contribuer à la préservation de l’environnement arrive en première position des incitations à s’en délester pour les personnes qui conservent au moins un téléphone inutilisé à domicile (29%), devant la revente du téléphone (25%). Les habitants du Sud Ouest (44%) et les étudiants (42%) sont particulièrement sensibles à l’argument environnemental.

 

A l’inverse, la revente attire particulièrement le cœur de cible, c’est-à-dire ceux qui ont déjà acheté un téléphone reconditionné (31%) et qui connaissent donc mieux cette possibilité de seconde vie du téléphone. C’est aussi le cas des personnes faisant partie de la Génération Z (30%), les travailleurs indépendants (33%), et ceux qui conservent plus de 3 téléphones portables (37%).

 

Alors que la revente de ce(s) téléphone(s) constitue la 2e motivation principale pour 25% des personnes concernées, l’étude montre que le fait de pouvoir générer un profit sur ce(s) téléphone(s) inutilisé(s) constitue donc un argument secondaire pour les Français concernés. En effet, 75% citent des motivations autres, qui ne sont pas directement associées à un bénéfice financier personnel.

Vos interlocuteurs

Romain Bendavid Directeur de l'Expertise Corporate et Climat Social

Delphine Poet Chargée d'études - Opinion & Stratégies d'Entreprises

publications associées

Alors que le mouvement des « gilets jaunes » semble s’ancrer dans la durée, la question de son éventuelle traduction sur la scène politique se pose avec une certaine...

Sondage

Le regard des Français sur le mouvement des « gilets jaunes » dans la perspective des élections européennes

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.