élections européennes

En partenariat avec

Européennes 2019

Les intentions de vote aux élections européennes

A quatre mois des élections européennes en France, l’Ifop pour Paris Match a réalisé une double intention de vote permettant d’évaluer les rapports de force électoraux en février et actant d’un émiettement du paysage politique français depuis l’élection d’Emmanuel Macron en mai 2017. En voici les principaux enseignements à retenir :

 

  • Seules deux forces politiques réussissent à rassembler plus de 10% des intentions de vote, et ce sont les deux mouvements politiques présents au second tour de l’élection présidentielle à savoir La République En Marche (24%) et le Rassemblement national (20%).
  • Le contexte politique actuelle (Grand débat national, manifestations des Gilets jaunes) semble donc largement profiter au parti présidentiel (6 points de progression entre décembre 2018 et février 2019). Cette progression marque une forte mobilisation de l’électorat d’Emmanuel Macron en 2017 (64% voteraient pour une liste LREM) mais aussi la captation d’une partie importante (28%) de l’électorat de François Fillon.
  • Élection où la mobilisation des électorats fait figure de facteur-clé pour expliquer l’issue du scrutin, l’ancien parti frontiste se maintient en seconde position grâce au rassemblement autour de sa liste de 77% de l’électorat de Marine Le Pen en 2017.
  • A droite toujours, l’annonce de la candidature de François-Xavier Bellamy n’a pas d’effets perceptibles sur la dynamique des intentions de vote en faveur de la liste Les Républicains. Elle recueille 10% des intentions de vote (en ne captant que 38% des électeurs de François Fillon) est se trouve talonnée par la liste Debout La France mesuré à 6%.
  • C’est à gauche que le morcellement des listes se remarque le plus. En tête dans ce segment de l’opinion, Europe Écologie Les Verts recueille 9% des intentions de vote (malgré une baisse depuis l’automne), suivi de La France Insoumise qui poursuit elle aussi sa chute de 3,5 points (7,5%) depuis le début de la séquence Gilets jaunes. Le Parti socialiste voit son influence sur la gauche affaiblie avec 6% des intentions de vote.

 

Révélateur du poids des polémiques, des violences et de l’absence de légitimité verticale, l’hypothèse d’une liste Gilets jaunes ne séduit que 3% des personnes interrogées (contre 7,5% en janvier). Un score sans incidence sur le rapport de forces électoral et qui ne permettrait pas au mouvement d’avoir des représentants au Parlement européen, véritable marqueur de légitimité politique.

 

 

 

Votre interlocuteur

Frédéric Dabi DGA -
Directeur du pôle Opinion et Stratégies d'entreprise

élections européennes

Document à télécharger

Les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 367 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1 483 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 13 au 15 février 2019.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.