En partenariat avec

Sondage 30/11/2012

Les jeunes et l’information sur le VIH / SIDA

Le degré d’information des Français âgés de moins de 25 ans sur le VIH s’avère satisfaisant mais perfectible. 85% des personnes interrogées se déclarent bien informée sur le VIH, ses modes de transmission, ses traitements et sa prévention. Il convient toutefois d’apporter deux éléments de nuance à ce résultat apparemment élevé. D’une part, la proportion de jeunes très bien informés n’est que de 26%, d’autre part, comparé à une enquête Ifop / Sidaction analogue menée en 2009, la part des interviewés se disant mal informés passe de 11% à 15%. Dans le détail des réponses, on observe un clivage révélant l’importance de l’école dans la familiarisation des jeunes avec le VIH.
Les moyens d’information utilisés par les jeunes sur le VIH se caractérisent par leur diversité, en dépit de la domination d’Internet. En effet, 39% des jeunes interrogés déclarent utiliser principalement le web pour s’informer au sujet du virus du Sida. Relevons à cet égard que les sites Internet (34%) devancent très nettement les réseaux sociaux (5%). Viennent ensuite trois vecteurs d’information obtenant près d’un quart de citations : le médecin qui bénéficie d’une hausse de 8 points par rapport à 2009, les médias traditionnels en recul de trois points et les parents. Ces derniers demeurent un vecteur d’information non négligeable supplantant nettement l’entourage amical. En effet, le recul sévère de ce moyen d’information qui passe de 20% à 11% révèle peut-être la banalisation du Sida, maladie dont les jeunes tendent à moins parler entre eux. Enfin, on observe l’influence non négligeable des acteurs du milieu scolaire en matière d’information sur le VIH, le médecin ou l’infirmier de l’école recueille 16% de citations (+7 points) et devance les enseignants (12%).
Près de 9 jeunes sur 10 déclarent avoir bénéficier d’un enseignement ou d’une information scolaire sur le VIH. 38% disent même en avoir eu plusieurs alors qu’ils n’étaient que 29% lors de la précédente enquête. S’agissant du type d’intervenant ayant délivré cette information, deux acteurs se détachent : l’enseignant des sciences de la vie (47%), qui devance de peu un intervenant extérieur (40%) notamment les associations. Dans la hiérarchie des acteurs médico-sociaux, l’infirmier/infirmière scolaire (34%) semble avoir délivré plus fréquemment cette information sur le Sida que le médecin scolaire (11%).
La facilité à parler du VIH avec un nouveau partenaire demeure peu aisée chez les jeunes. Au-delà du tiers des personnes âgées de moins de 25 ans déclarant ne pas avoir de relation sexuelle, on relève que 41% des jeunes interrogés ne parlent qu’occasionnellement (20%), voire jamais (21%) du VIH et des IST avec un nouveau partenaire. A l’inverse, un gros quart des personnes interrogées parviennent à en parler. Se fait jour sur cette question un clivage générationnel : la disposition à évoquer le VIH avec un nouveau partenaire progresse avec l’âge. Elle passe de 17% chez les moins de 18 ans à 37% chez les 21-24 ans. Pour autant, on observera auprès de cette dernière catégorie des 21-24 ans qu’un quart déclare ne jamais en parler.

Documents à télécharger

Rapport d'étude Annexes

Méthodologie de recueil

Echantillon de 602 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 à 24 ans. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage et statut personnel) après stratification par catégorie d’agglomération et par région. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) du 7 au 14 novembre 2012.

Votre interlocuteur

Frédéric Dabi. Directeur Général Opinion

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Hidden
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories