En partenariat avec

Sondage

Les médecins généralistes et le plan santé

Les contours du plan santé sont assez mal connus des médecins généralistes

La notion de Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS) est mal comprise par ¾ des médecins (75%). Un quart d’entre eux indique même très mal la comprendre. Par ailleurs, le nouveau dispositif des assistants médicaux pâtit encore d’un manque de connaissance : un médecin sur deux ne sait pas s’il y est éligible (49%). Seuls 18% des professionnels se déclarent admissibles à l’embauche d’un assistant médical. Un tiers des médecins indique ne pas être éligible (33%).

 

La délégation de certaines tâches médicales est majoritairement approuvée, sauf pour les pharmaciens

Les médecins généralistes sont largement favorables à une délégation de certaines tâches médicales (examen de vue, lunettes…) aux orthoptistes (78%) et majoritairement partisans d’une délégation d’actes aux infirmiers de pratique avancée (60%). En revanche, ils s’opposent très largement à la délégation des tâches médicales aux pharmaciens (80%).

 

 

Un tiers des médecins généralistes libéraux ne pourrait pas envisager d’intégrer une structure salariée quel que soit le niveau de salaire

Signe d’un attachement au mode d’exercice libéral, 33% des médecins généralistes libéraux indiquent qu’ils ne pourraient pas envisager d’intégrer une structure salariée quel que soit le niveau de salaire. Ce souhait est encore plus marqué chez les professionnels qui exercent en cabinet individuel (38% contre 27% pour ceux qui sont rattachés à un cabinet de groupe). Les médecins ouverts à une pratique salariée ne pourrait le faire qu’en échange d’une rémunération plutôt élevée : en moyenne 8377 euros bruts par mois. La majorité (54%) a indiqué une rémunération  brute mensuelle supérieure à 5000 euros.

 

L’assouplissement du numerus clausus perçu comme l’outil le plus efficace pour lutter contre les déserts médicaux

Les médecins généralistes estiment assez largement que l’assouplissement du numerus clausus constituerait un outil efficace pour lutter contre les déserts médicaux (38% le citent en premier et 71% au global). Viennent ensuite, la délégation de certaines tâches médicales (17% en premier et 56% au global), le développement de la télé-médecine (22% en premier et 52% au global) ou encore l’obligation temporaire d’installation en zone désertée (22% en premier et 41% au global) qui pourraient constituer à leurs yeux des solutions. Ils sont en revanche très peu nombreux à citer l’encouragement à l’automédication (1% en premier et 10% au global). Assez logiquement, les jeunes médecins (ayant moins de 15 ans d’ancienneté) se prononcent moins en faveur d’un assouplissement du numerus clausus – qui aurait pour conséquence l’arrivée plus importante de nouveaux concurrents sur le marché – (58% d’entre eux citent cette mesure contre 72% à 78% pour les médecins ayant au moins 15 ans d’ancienneté). Les jeunes médecins se montrent peu enthousiastes vis-à-vis de la mesure – plus coercitive – d’obligation temporaire d’installation en zone désertée (18%), alors que celle-ci est plus largement citée par les médecins plus anciens dans le métier mais qui ne seraient probablement pas concernés à titre personnel (46% et 50%). A l’inverse, les jeunes médecins évoquent davantage la délégation de certaines tâches médicales (71% contre 48% à 56% pour les plus anciens).

 

La modification de la carte hospitalière en réponse à la problématique des déserts médicaux accueillie avec scepticisme

Deux tiers des médecins généralistes libéraux estiment que la décision de redessiner la carte hospitalière – mesure prévue par le plan santé – ne sera « plutôt pas » efficace pour répondre à la problématique des déserts médicaux (65%).

 

Les médecins généralistes libéraux demeurent attachés au principe du paiement à l’acte

La remise en question du paiement à l’acte suscite l’opposition de la majorité des médecins interrogés : 55% y sont hostiles. L’opposition à la mesure croît avec l’ancienneté : « seuls » 39% des médecins ayant moins de 15 ans d’ancienneté y sont opposés contre 58% à 63% à partir de 15 ans d’ancienneté.

 

Votre interlocuteur

Fabienne Gomant Directrice adjointe du pôle Opinion & Stratégies d'Entreprises

Document à télécharger

Les résultats de l'enquête

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 200 médecins généralistes libéraux. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge et structure de cabinet) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 29 avril au 14 mai 2019.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.