En partenariat avec

Sondage

Les professionnels et la route : quelle connaissance du risque routier de leurs salariés ? vague 5

1 dirigeant sur 5 sous-estime le risque routier

 

Avec 406 personnes décédées sur les routes lors d’un déplacement lié au travail en 20192, les accidents de la circulation sont la première cause de mortalité dans le cadre professionnel. Un danger largement sous-évalué par les dirigeants de TPE/PME, puisque moins d’un quart estime qu’il s’agit de la première cause d’accident mortel du travail (22 %), une proportion stable depuis 2016. Les chefs d’entreprise demeurent également peu au fait de leur responsabilité en cas d’accident d’un salarié. Ainsi, si 59 % savent qu’un dirigeant peut être tenu pour responsable en cas d’accident de la route impliquant un salarié sur un trajet professionnel, seuls 36 % en sont conscients s’agissant du trajet domicile-travail. Des chiffres stables sur 5 ans (respectivement 62 % et 37 % en 2016).

 

En revanche, l’étude montre une forte hausse de la mise en conformité avec la loi imposant aux dirigeants de dénoncer un salarié ayant commis une infraction routière. Plus des trois quarts des chefs de TPE/PME indiquent aujourd’hui qu’ils dénonceraient le salarié responsable d’une infraction routière. en cas de réception d’un PV (76 %), une proportion en forte hausse depuis 2017, date de mise en place de cette nouvelle obligation (+ 26 points). Cette mesure est également beaucoup plus acceptée. Ainsi, 75 % des dirigeants pensent désormais qu’elle responsabilise le salarié (+ 22 points) et ils ne sont plus que 18 % à la juger difficile à mettre en place (- 21 points par rapport à 2017).

 

 

Moins d’1 entreprise sur 5 mène des actions de prévention

Bien qu’obligatoire, l’inscription du risque routier dans le Document Unique de l’entreprise reste minoritaire : seuls 34 % des dirigeants disent avoir mentionné ce risque dans leur DU. Une pratique qui se développe cependant dans le temps, avec une hausse de 5 points en un an et de 13 points depuis 2016. Cette pratique est plus répandue dans les entreprises mettant à disposition un véhicule professionnel (43 %) ou parmi les sociétés du BTP (51 %).

 

L’étude pointe également une carence au niveau des actions de prévention. Ainsi, 79 % des dirigeants de TPE/PME n’ont mené aucune action au sein de l’entreprise. Ce sont donc moins de 2 entreprises sur 10 qui se sont investies dans cette démarche, un chiffre stable depuis 2016. Dans le détail, les principales actions déployées sont la vérification des véhicules mis à disposition (80 %) et de la validité des permis de conduire (78 %). Dans les entreprises concernées, 1 dirigeant sur 2 indique par ailleurs réduire les déplacements des salariés pour limiter les risques routiers (51 %). Si la mise en place de ces actions est stable depuis 2016, l’étude met en avant une évolution de mesures plus minoritaires dans les entreprises. Ainsi, l’instauration d’un droit à la déconnexion des salariés sur les trajets professionnels a fortement progressé : 47 % des sociétés engagées dans des démarches de prévention indiquent l’avoir mis en place contre 32 % en 2017. Au contraire, l’instauration d’une charte de bonne conduite est en baisse (40 % en 2020 contre 50 % en 2016) ainsi que la mise en place d’une session sécurité routière (16 % contre 33 %).

 

Documents à télécharger

Les résultats Communiqué de presse

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 500 dirigeants d’entreprises, représentatif des entreprises françaises de 1 à 49 salariés. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (taille et secteur d’activité) après stratification par région. Les interviews ont été réalisées par téléphone sur le lieu de travail des personnes interrogées, du 5 au 16 octobre 2020.

Vos interlocuteurs

Fabienne Gomant Directrice adjointe du pôle Opinion & Stratégies d'Entreprises

François Legrand Chargé d'études Sénior

Documents à télécharger

Les résultats Communiqué de presse

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 500 dirigeants d’entreprises, représentatif des entreprises françaises de 1 à 49 salariés. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (taille et secteur d’activité) après stratification par région. Les interviews ont été réalisées par téléphone sur le lieu de travail des personnes interrogées, du 5 au 16 octobre 2020.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.

Inscription newsletter

Découvrez nos publications A la une - A ne pas manquer et pleins d’autres...

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Consultez nos dernières newsletters

Recent Posts

Top Categories