En partenariat avec

Sondage

L’Etat, les entreprises et la RSE

Au-delà de l’intérêt prononcé des Français pour la RSE déjà constaté lors de précédentes mesures pour le Cercle de Giverny, cette enquête met en exergue le rôle majeur que les Français accordent à l’Etat et aux entreprises s’agissant de la protection de l’environnement, du développement durable et, plus largement, de l’accélération de la prise de conscience citoyenne sur ces enjeux.

 

Un consensus très élevé ressort ainsi sur la nécessité d’incitations, de sanctions mais aussi sur les dépenses prioritaires que l’Etat et les entreprises doivent engager sur ces sujets. Sur ce dernier point pourtant, dans d’autres domaines, l’opinion autour du bienfondé des dépenses de ces deux acteurs suscite traditionnellement des avis divergents.   

 

1) Concernant les entreprises :

  • 82% des interviewés affirment qu’il faut sanctionner financièrement les entreprises qui présentent un bilan carbone négatif, dont 38% « oui, tout à fait » ;
  • 81% approuvent le fait que les entreprises qui ont des objectifs de développement compatibles avec la protection de l’environnement doivent être prioritaires pour recevoir des aides publiques, dont 32% « oui, tout à fait » ;
  • 80% considèrent que la formation des salariés aux enjeux de la RSE est utile pour une entreprise ;
  • 78% estiment que la rémunération variable des dirigeants de grandes entreprises privées (primes, bonus..) doit dépendre de l’atteinte d’objectifs dans la protection de l’environnement comme dans la réduction des inégalités sociales ;
  • 71% affirment que l’on devrait interdire à une entreprise de s’installer dans un nouveau lieu géographique si elle ne s’est pas assurée au préalable de la présence de transports en commun et non polluants ;
  • 67% pensent qu’une entreprise doit inciter financièrement ses salariés à utiliser des véhicules non polluants ou des vélos ;

 

2) Concernant l’État :

  • 92% des interviewés affirment que les dépenses publiques (Etat ou Collectivités) doivent en général respecter des critères environnementaux au détriment de projets parfois moins couteux, dont 45% « la plupart du temps » ;
  • 90% estiment qu’il est utile que l’Etat favorise les échanges entre entreprises et acteurs locaux afin de rapprocher les entreprises des habitants de ces territoires, dont 38% « oui, tout à fait ». ;
  • 90% déclarent qu’il est utile de communiquer davantage sur des solutions environnementales locales qui ont fait leurs preuves pour en faire bénéficier les autres territoires dont 42% « oui, tout à fait ».

 

3) Concernant les citoyens :

  • 72% des interviewés affirment que les encouragements au recyclage et au reconditionnement sont des moyens utiles pour lutter contre l’obsolescence programmée, dont 33% « oui, tout à fait »

 

La quasi-totalité des interviewés (98%) est d’accord avec au moins 1 des 11 propositions ;

 

90% d’entre eux sont d’accord avec au moins 5 propositions et 31% avec l’ensemble des ces propositions ;

 

Si logiquement compte tenu des scores élevés constatés, ces différentes propositions suscitent un niveau d’adhésion homogène, parmi les catégories de population les plus engagées (d’accord avec les 11 propositions) figurent en plus forte proportion :

  • Les dirigeants d’entreprise (42% contre 31% en moyenne) ;
  • Les salariés de la fonction publique (35%) ;
  • Les salariés travaillant dans les Services (35%) ;
  • Les diplômés de l’enseignement supérieur (39%) ;
  • Les habitants de l’agglomération parisienne (35%).

 

 

Pour poursuivre la lecture :

 

Fracture territoriale : Les désirs de mobilité des actifs

Document à télécharger

Les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1016 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas ( âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto administré en ligne du 27 au 28 août 2020

Vos interlocuteurs

Frédéric Dabi. Directeur Général Opinion

Romain Bendavid Directeur de l'Expertise Corporate & Work Experience

Document à télécharger

Les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1016 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas ( âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto administré en ligne du 27 au 28 août 2020

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Hidden
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories