En partenariat avec

Sondage 05/10/2016

L’orientation scolaire des lycéens et des étudiants: enquête auprès des parents d’élèves

A l’occasion de la première édition du Salon de l’Etudiant Spécial Parents organisé ce samedi 8 octobre porte de la Villette à Paris, l’Etudiant a commandé à l’Ifop une enquête auprès des parents de lycéens et d’étudiants qui met en lumière leurs craintes quant à l’orientation scolaire et l’avenir professionnel de leurs progénitures.

Les principaux enseignements de l’enquête :

Un portail APB considéré comme ” flou” par une majorité de parents “Plutôt flou”. C’est ainsi qu’une majorité (61 %) de parents de lycéens et d’étudiants connaissant APB décrivent le système d’affectation dans le supérieur. Or, durant l’année du bac, tous les élèves de terminale ont l’obligation de classer sur ce portail, par ordre de préférence, les formations dans lesquelles ils souhaitent poursuivre leurs études.

Des chiffres qui témoignent des limites de cette procédure mais également de l’appréhension qu’elle suscite : plus d’un utilisateur sur deux exprime un sentiment de malaise avec cet outil (54%). Et qui s’explique en partie par les polémiques récurrentes dont elle est l’objet. Depuis plusieurs années, en effet, l’association Droit des lycéens dénonce l’opacité d’APB et se bat pour que le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche publie l’algorithme utilisé. Une demande pour l’instant restée sans suite…

Autre enseignement : la forte corrélation entre la notoriété du portail et la catégorie socioprofessionnelle. En effet, 66 % des parents ouvriers en ont déjà entendu parler contre 100 % des cadres supérieurs. En moyenne, 85 % des parents interrogés connaissent APB.

Un degré d’information sur ces questions qui varient beaucoup en fonction du niveau social des parents … Deux parents sur trois (64%) se sentent bien informés pour aider leur enfant. De manière plus générale, on constate également une forte relation entre le sentiment d’être bien informé pour aider son enfant à s’orienter et la profession des parents : 59 % des ouvriers estiment être bien informés contre 66 % des employés et 70 % des cadres supérieurs.
Enfin, et surtout, plus les échéances importantes approchent, moins l’information paraît suffisante pour les parents : seuls 50 % d’entre eux ayant un enfant en terminale estiment être bien informés contre 72 % des parents des lycéens de seconde.

Des parents pessimistes sur l’avenir professionnel de leurs enfants

Au-delà des inquiétudes autour d’APB, les parents interrogés font part de leur angoisse quant à l’avenir professionnel de leurs enfants. Seuls 18 % d’entre eux estiment que la situation professionnelle de leur enfant sera meilleure que la leur, quand ils sont 43 % à estimer qu’elle sera équivalente et 39 % à penser qu’elle sera plus mauvaise. À noter que cette crainte de déclassement est forte chez les chefs d’entreprise (52 %) et les CSP+ (42 %). À l’inverse, elle est relativement faible chez les salariés (39 %), en particulier quand ils travaillent dans la fonction publique (32 %).

Parmi les sources de préoccupation le plus fréquemment citées par les parents, la crainte que le diplôme ne permette pas d’avoir des revenus suffisants (67 %) et donne accès à peu de débouchés (63 %). Mais si l’on regarde le détail des résultats, les sources de préoccupation ne sont pas les mêmes selon la catégorie socioprofessionnelle : la première source de préoccupation parmi les CSP+ est que le diplôme ne permette pas d’avoir des revenus suffisants, alors que les parents ouvriers citent en priorité les problèmes d’insécurité à l’école.

Enfin, sur les critères qui les influencent le plus pour l’orientation de leurs enfants, les parents donnent clairement la priorité à l’emploi. Les débouchés et perspectives d’embauche sont cités par 60 % des parents, devant l’épanouissement personnel (43 %), la rémunération attendue (21 %), ou encore le statut social qui en découle (8 %). “La crise économique de 2008 semble avoir rendu les parents plus pragmatiques, analyse François Kraus de l’Ifop. En comparaison avec nos données de 2008, les parents accordent une importance croissante aux perspectives d’embauche, tandis que la place attribuée à la rémunération ou au statut social diminue.”

L’international, le nouvel eldorado ?

Plus pragmatiques donc mais aussi plus aventureux. Cédant à l’idée que l’herbe serait plus verte ailleurs, 71 % des parents pourraient inciter leur enfant à partir travailler dans un pays étranger. Et ils sont encore plus nombreux lorsque leur enfant est déjà étudiant (80 %) que lorsqu’il est lycéen (66 %). Enfin, là encore, plus les parents appartiennent à une catégorie socioprofessionnelle élevée, plus ils sont susceptibles de les encourager à partir.

 

François Kraus

 

Directeur du pôle “Politique / Actualités” de l’Ifop

 

CONTACTS :

Pour toute demande de renseignements à propos de cette étude ou pour obtenir des informations quant aux conditions de réalisation d’une enquête similaire, vous pouvez contacter directement François Kraus au 0661003776

Documents à télécharger

Rapport d'étude Annexes

Méthodologie de recueil

Echantillon de 603 parents d'enfants scolarisés dans un lycée ou un établissement de l'enseignement supérieur, extrait d'un échantillon national représentatif de 4 286 personnes âgées de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, catégorie socio-professionnelle) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) du 23 au 30 septembre 2016.

Vos interlocuteurs

François Kraus Directeur du pôle Politique / Actualités - Opinion & Stratégies d'Entreprises

Esteban Pratviel Chef de groupe - Opinion & Stratégies d'Entreprises

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.