En partenariat avec

Sondage

Le regard des Français sur l’homosexualité et la place des LGBT dans la société

À quelques jours de la prochaine GayPride (29 juin), l’Ifop publie une enquête sur le regard des Français sur l’homosexualité,  l’homoparentalité et leur degré d’adhésion aux différents préjugés et opinions LGBTPHOBES. Réalisée auprès d’un échantillon national représentatif de 3 000 personnes, cette étude met en lumière une acceptation croissante de l’homosexualité et de l’homoparentalité dans la société mais aussi la persistance de certains clichés hétérosexistes, en particulier dans les catégories de la population les plus influencées par la religion.

 

LES PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS DE L’ENQUETE

 

1- Une plus grande acceptation sociale de l’homosexualité

2- Une tolérance plus forte à l’égard de la visibilité de l’homosexualité dans l’espace public

3- Une acceptation croissante du principe d’homoparentalité

4- La persistance de clichés homophobes et transphobes

5- Des Français qui réagissent plus face à des propos homophobes

 

 

 

LE POINT DE VUE DE FRANÇOIS KRAUS (IFOP)

« Si l’homophobie au sens strict a fortement régressé, notamment depuis les premiers modes de reconnaissance juridique de la conjugalité et de la parentalité homosexuelle, force est de constater que des formes d’hétérosexisme restent prégnantes dans certains pans de la population qui adhèrent par exemple aux injonctions faites aux LGBT à rester invisibles ou en dehors de certains droits (ex : parentalité). Des poches hétérosexistes persistent donc dans l’opinion, en particulier chez les personnes ayant un faible niveau socio-culturel, côtoyant peu de LGBT au quotidien ou encore sensibles à une rhétorique religieuse et une morale sexuelle très rigoriste pour ne pas réactionnaire. Symptomatique d’une tendance à la tolérance plus qu’à la banalisation de la place des LGBT dans la société, l’acceptation croissante du principe d’homosexualité ne doit donc pas être confondue avec sa normalisation intégrale.

 

LE POINT DE VUE DE JASMIN ROY (FONDATION JASMIN ROY SOPHIE DESMARAIS)

« L’homosexualité était encore considérée comme une pathologie psychiatrique jusqu’en 1992 en France. Ce changement de paradigme a contribué à cette évolution de l’acceptation dans la société, a commenté Jasmin Roy, président de la Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais. Aujourd’hui, 85% des répondants en 2019 considèrent que l’homosexualité est une manière comme une autre de vivre sa sexualité alors qu’ils étaient seulement 24% en 1975. Les chiffres sont encourageants même s’il reste du travail. »

 

LE POINT DE VUE DE FREDERIC POTIER (DILCRAH)

« Les résultats du sondage constituent un réel outil pour identifier des stratégies et des actions concrètes en vue de favoriser l’acceptation des LGBT dans notre société, a déclaré Frédéric Potier, préfet en mission de service public et délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT de la Dilcrah. 50% des Français déclarent avoir confiance en notre gouvernement pour pallier aux carences actuelles identifiées dans le sondage ».

 

A LIRE SUR LE MÊME SUJET :

 

OBSERVATOIRE DES LGBTPHOBIES : État des lieux 2019

 

Votre interlocuteur

François Kraus Directeur du pôle Politique / Actualités - Opinion & Stratégies d'Entreprises

Documents à télécharger

Présentation Communiqué de presse

Méthodologie de recueil

Étude Ifop pour la Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais et la DILCRAH réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 29 mai au 3 juin 2019 auprès de 3 013 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

publications associées

En un an, le jugement sur le bilan du président de la République en matière d'environnement et de réchauffement climatique s'est sensiblement dégradé. Selon...

Sondage

Les Français et l’action du gouvernement en matière d’environnement au lendemain de la démission de François de Rugy

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.