En partenariat avec

Sondage 27/11/2012

Observatoire des politiques publiques : Focus sur la question de la compétitivité des entreprises

Dans l’optique de relancer la compétitivité des entreprises françaises et après avoir pris connaissance des recommandations formulées dans le rapport Gallois, le Gouvernement a pris position en faveur d’un crédit d’impôts de 20 milliards d’euros pour les entreprises, crédit financé en partie grâce à la réduction des dépenses publiques et à la hausse de deux des trois taux de la TVA payés par les consommateurs (de 19,6 % à 20 % pour le taux général et de 7 % à 10 % pour la restauration et les travaux de rénovation des logements).
Interrogés par l’Ifop pour Acteurs Publics, les Français expriment des avis très partagés à l’égard de ce dispositif de relance de la compétitivité : 48% des interviewés se disent favorables contre 52% se déclarant opposés. Toutefois, au-delà de ce partage de l’opinion, on observe que la part des soutiens inconditionnels (9% de très favorables) est nettement inférieure à celle des détracteurs du plan gouvernemental (24% de très opposés).
La question de l’impact des charges sur la compétitivité des entreprises françaises divise là encore l’opinion. Certes, la quasi-totalité des interviewés (93%) fait le lien et perçoit bien l’impact des charges sur les entreprises et leur compétitivité, mais pour autant, une majorité relative (49%) y voit un facteur important mais pas essentiel sous-tendant ainsi qu’il existe d’autres raisons à la faible compétitivité des entreprises françaises. A l’inverse, 44% des personnes interrogées appréhendent la question des charges pesant sur les entreprises comme le facteur déterminant des difficultés de compétitivité connues par les entreprises hexagonales.
Au-delà de cet impact perçu des charges sur la compétitivité, dans l’optique d’une réduction des charges et des prélèvements qui pèsent sur les entreprises, les Français ne veulent pas être les seuls à consentir des efforts dans le cadre global de ce dispositif gouvernemental. Ils se prononcent dès lors très majoritairement en faveur d’une réduction des dépenses de l’Etat (77%). Dans ce contexte, il apparait peu surprenant que seules 3% des personnes interrogées se prononcent en faveur de l’instauration de nouveaux prélèvements sociaux et fiscaux sur les ménages. Dans le même temps, un Français sur cinq désigne la baisse des prestations sociales comme étant la priorité pour réduire les charges et les prélèvements pesant sur les entreprises.

Plus d’informations : http://www.acteurspublics.com/2012/11/27/les-francais-tres-partages-sur-le-plan-de-competitivite

Document à télécharger

Rapport d'étude

Méthodologie de recueil

Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) du 14 au 16 novembre 2012.

Votre interlocuteur

Frédéric Dabi Directeur Général Adjoint - Directeur du pôle Opinion et Stratégies d'entreprise

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.