En partenariat avec

Sondage

Observatoire européen du sexisme et du harcèlement sexuel au travail

A l’occasion de l’anniversaire de l’éclatement de l’affaire Weinstein (5 octobre 2017) et de la libération de la parole qu’elle a entraînée dans tous les secteurs d’activité, la Fondation Jean-Jaurès et la Fondation européenne d’études progressistes (FEPS) ont commandé à l’Ifop une grande enquête permettant de mesurer l’ampleur des violences sexistes ou sexuelles subies par les Européennes sur leur lieu de travail. Comblant un manque de données fiables ou récentes sur le sujet – la dernière étude européenne réalisée sur le sujet remontant à 2012 –, cette enquête menée dans les cinq plus grands pays de l’Union Européenne (France, Allemagne, Espagne, Italie, Royaume-Uni) permet de quantifier les agressions à caractère sexiste ou sexuel subies par les femmes dans la sphère professionnelle tout en brisant certaines idées reçues sur les caractéristiques des victimes ou le profil de leurs harceleurs.

 

L’analyse détaillée du profil des victimes de ce type rapports contraints confirme notamment la corrélation entre habillement et harcèlement sexuel au travail et plus précisément l’idée selon laquelle imposer une tenue « sexy » accentue les risques de violences sexuelles.

 

De toutes les catégories de travailleuses, c’est en effet dans les rangs des femmes soumises à des règlements vestimentaires leur imposant le port d’une tenue de travail mettant en valeur leurs formes (ex : talon, tailleurs…) ou certaines parties de leur corps (ex : jambes…) que l’on trouve le plus de femmes (33%) ayant eu un rapport sexuel « forcé » ou « non désiré ». En termes de politiques publiques, cela soulève donc la question des tenues travail genrées qui peuvent accentuer la pression sexuelle sur les femmes en faisant des « objets de désir » stéréotypés, notamment dans des secteurs (ex : services publics, hôtellerie, restauration…) où elles sont directement en contact avec le public.

 

 

A LIRE SUR LE MÊME SUJET :

 

L’adhésion des français au projet de loi de Marlène Schiappa contre les violences sexistes et sexuelles

 

 

Votre interlocuteur

François Kraus Directeur du pôle Politique / Actualités - Opinion & Stratégies d'Entreprises

Documents à télécharger

Présentation Analyse

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 5 026 femmes, composé d’un échantillon représentatif de la population féminine âgée de 18 ans et plus de chacun des pays suivants : Italie (1000 personnes), Espagne (1021 personnes), France (1004 personnes), Allemagne (1001 personnes), Royaume-Uni (1000 personnes).
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (âge, profession de la personne interrogée, état matrimonial légal) après stratification par région. Les données assurant la représentativité des résultats sont issues des données fournies par The European Union Labour Force Survey (EU LFS 2011).
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 11 au 15 avril 2019.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.