En partenariat avec

Dossier spécial

Pistes cyclables, stationnement, circulation… Les mesures anti-voitures et la place de l’automobile dans les grandes villes à l’heure du covid

C’est l’une des grandes causes des municipalités socialo-écologistes arrivées ou confirmées à la tête des principales villes du pays lors des élections municipales : réduire la place de l’automobile en ville et généraliser les « mobilités douces » comme le vélo ou la marche. Face aux critiques dont font l’objet ces mesures de restriction de la circulation automobile, Caroom.fr a souhaité savoir si ces politiques « anti-voitures » recueillaient l’adhésion des habitants des grandes villes du pays et si elles avaient un impact sur leurs modes de déplacement. À l’occasion de la Semaine européenne de la mobilité et plus précisément de la journée sans voiture (mardi 22 septembre 2020), l’Ifop publie donc une enquête menée à la fois auprès de l’ensemble des Français des habitants des villes de plus de 100 000 habitants qui montre :

 

RETROUVEZ LES RÉSULTATS DE L’ÉTUDE, ICI.

 

LES CHIFFRES CLÉS

 

1.Un net soutien des citadins aux politiques de restrictions de la circulation automobile

 

Si les Français s’avèrent globalement très partagés sur les mesures restrictives (49% y sont favorables dans leur commune, 51% sont contre), ce n’est pas le cas dans les métropoles où cette stratégie « anti-voitures » semble largement soutenue : près des deux tiers (62%) des habitants des 40 villes de plus de 100 000 habitants souhaitent que leur municipalité réduire énergiquement la place de l’automobile dans leur commune. Et dans le détail, cette politique semble avoir particulièrement les faveurs des jeunes (79%), des cadres (66%) et des électeurs EELV (95%).

 

2.Un soutien au développement des pistes cyclables mais une opposition aux mesures « anti-stationnement »

 

Les habitants des villes de plus de 100 000 habitants soutiennent majoritairement les systèmes (57%) de véhicules en libre-service (vélo, scooter…) et l’essor des pistes cyclables mis en place de leur commune (55%) mais expriment en revanche un fort mécontentement à l’égard des conditions actuelles de circulation (63%) et de stationnement (69%) : ces citadins étant notamment majoritairement opposés à des mesures anti-stationnement comme la diminution des places de stationnement (74%) ou la hausse des tarifs de stationnement (77%).

 

 

3.Un « boom du vélo » et de la marche à pied dans les déplacements pendulaires des habitants des grandes villes

 

Ces politiques de réduction de la place de l’automobile dans les grandes villes semblent avoir un certain impact si l’on juge par la baisse significative du nombre d’actifs et d’étudiants prenant aujourd’hui leur voiture pour aller travailler/étudier : -15 points depuis 2015 (INSEE, enquête déplacement), soit 29%. A l’inverse, la proportion d’habitants des centres-villes se rendant en vélo sur leur lieu de travail a triplé en cinq ans, passant de 5% à 15% (+10 points). Cependant, l’impact de la Covid-19 joue sans doute aussi beaucoup sur l’engouement pour la bicyclette : le vélo étant beaucoup moins anxiogène que les transports en commun : seuls 14% des cyclistes ont peur d’être infectés par le coronavirus tous les jours, contre 31% des adeptes de la marche à pied, 57% des utilisateurs du métro et 68% des utilisateurs de train.

 

 

 

POUR CITER CETTE ÉTUDE , IL FAUT UTILISER A MINIMA LA FORMULATION SUIVANTE :

 

  « Étude Ifop pour Caroom, réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 14 au 16 septembre 2020 auprès d’un échantillon de 1 017 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine, et d’un échantillon de 1 031 personnes, représentatif de la population vivant dans les villes de 100 000 habitants et plus.»

 

 

Pour poursuivre la lecture :

 

L’Observatoire de la Mobilité 2019

Document à télécharger

Présentation

Méthodologie de recueil

Étude Ifop pour Caroom, réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 14 au 16 septembre 2020 auprès d’un échantillon de 1 017 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine, et d’un échantillon de 1 031 personnes, représentatif de la population vivant dans les villes de 100 000 habitants et plus.

Vos interlocuteurs

François Kraus Directeur du pôle Politique / Actualités - Opinion & Stratégies d'Entreprises

Paul Cébille Chargé d’études - Opinion et Stratégies d’Entreprise

Document à télécharger

Présentation

Méthodologie de recueil

Étude Ifop pour Caroom, réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 14 au 16 septembre 2020 auprès d’un échantillon de 1 017 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine, et d’un échantillon de 1 031 personnes, représentatif de la population vivant dans les villes de 100 000 habitants et plus.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.

Inscription newsletter

Découvrez nos publications A la une - A ne pas manquer et pleins d’autres...

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Consultez nos dernières newsletters

Recent Posts

Top Categories