En partenariat avec

Sondage 26/01/2011

Regards croisés sur la mondialisation dans dix pays

L’étude de l’Ifop pour La Croix, réalisée dans dix pays à l’occasion de l’ouverture du sommet de Davos, livre plusieurs enseignements majeurs :

– Une adhésion au capitalisme et à l’économie de marché : si les Français et les Italiens estiment majoritairement que le capitalisme est un « système qui fonctionne plutôt mal mais qu’il faut conserver » (52% dans les deux pays), faute d’alternative, les autres populations interrogées pensent principalement que ce système fonctionne plutôt bien, les deux tiers des Chinois partageant même cette opinion (65%). La France se distingue comme le pays où le rejet du capitalisme est le plus élevé (33% disent que c’est un système qui fonctionne mal et qu’il faut l’abandonner).

– En Europe, seuls les Allemands perçoivent une amélioration progressive de la situation économique (42%), les autres pays, et notamment la France, estimant au contraire que nous sommes encore en pleine crise ou que la situation reste préoccupante. A ce sujet, aucune des dix populations interrogées ne pense être sortie totalement de la crise.

– En dépit d’une adhésion plus ou moins enthousiaste au modèle dominant, la probabilité d’une nouvelle crise économique et financière dans les prochaines années est une menace très largement partagée par les dix pays, les plus pessimistes étant les Français (91% partagent cette crainte), et les Hollandais se montrant les moins inquiets à cet égard (66% tout de même).

– Exception faite des Etats-Unis, toutes les populations voient majoritairement le développement des échanges commerciaux internationaux comme une bonne chose pour leurs pays. Notons que la France (53% « seulement ») et l’Allemagne (50%) sont moins enthousiastes à cet égard que les Chinois (90%) et les Brésiliens (76%), deux pays émergents dont les exportations ont beaucoup progressé ces dernières années.

– Plus des trois quarts des Australiens (79%) et des Allemands (77%) s’estiment bien placés dans la compétition économique mondiale, les Français portant un regard beaucoup plus sévère sur la place de leur pays (34%, -14 points en quatre ans), le décalage France-Allemagne sur cette question étant l’un des enseignements majeurs de cette étude.

– Une majorité de Français (57%) et d’Américains (55%), nations apparaissant au fil de l’étude comme très affectées par la crise et tentées par l’isolationnisme, voient le développement de nouvelles économies (Chine, Brésil, Inde) comme une menace pour leurs entreprises et leur économie en général. Les Allemands portent un regard plus partagé sur les opportunités et les menaces de ce développement.

– Enfin, 92% des Français verraient d’un bon œil que les entreprises qui délocalisent soient obligées de rembourser les aides publiques qu’elles ont touché (87% en Allemagne), et 90% souhaitent taxer les produits qui ne respectent pas les conditions minimales de dignité des salariés ou qui pratiquent le dumping social, environnemental ou fiscal. Enfin, 70% des Français interrogés sont favorables à une lutte organisée contre les OPA lancées par des entreprises étrangères à l’encontre des entreprises françaises.

Documents à télécharger

Rapport d'étude Annexes

Méthodologie de recueil

Echantillon de 6023 personnes, représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus de chacun des pays suivants : France, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Australie, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Pologne, Chine et Brésil.. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, catégorie socio-professionnelle) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) Du 8 au 23 décembre 2010.

Votre interlocuteur

Jérôme Fourquet Directeur du pôle Opinion & Stratégies d'Entreprises

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.

Inscription newsletter

Découvrez nos publications A la une - A ne pas manquer et pleins d’autres...

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Consultez nos dernières newsletters

Recent Posts

Top Categories