bucco-dentaires

En partenariat avec

Sondage

Sondage à l’occasion de la Journée Mondiale de la Santé bucco-dentaire

La peur de perdre ses dents : un sentiment dont les symptômes sont plus ou moins bien perçus

 

Plus de quatre Français sur dix sont concernés par la peur de perdre ses dents (42%), un sentiment davantage partagé par les femmes (46% vs 38% des hommes) ou les personnes appartenant aux catégories populaires (45% vs 39% des CSP+).

 

Concernant divers problèmes bucco-dentaires, si plus de huit répondants sur dix considèrent que le déchaussement des dents peut être un symptôme conduisant à la perte des dents (85%), le saignement des gencives n’est cité que par six répondants sur dix (60%), et seuls trois sur dix identifient la mauvaise haleine comme symptôme potentiel (31%). Par ailleurs, entre infection et inflammation, c’est la première qui est davantage perçue par les Français comme cause possible de perte des dents : en effet, les deux tiers évoquent les carries (67%) et un tiers seulement le saignement des gencives (33%).

 

Le saignement des gencives : un problème bucco-dentaire pourtant répandu

 

Près de neuf Français sur dix ont déjà fait l’expérience de l’un des trois problèmes bucco-dentaires étudiés (88%), une proportion qui augmente chez les personnes ayant peur de perdre leurs dents (95%). Dans le détail, près de huit répondants sur dix ont déjà vécu un saignement des gencives (78% et 86% chez les personnes craignant de perdre leurs dents), six sur dix une situation d’halitose (60% et 67%) et près de quatre sur dix un déchaussement des dents (37% et 52%).

 

Des problèmes bucco-dentaires quasi-unanimement perçus comme curables, mais ne conduisant pas systématiquement à consulter un dentiste

 

Seul un Français sur dix considère que lorsque ces problèmes surgissent il n’y a rien à faire (10%), contre neuf sur dix qui estiment qu’il existe des solutions et qu’il ne faut pas se résigner (90%). Malgré cela, parmi les personnes ayant vécu ces problèmes bucco-dentaires, seuls 25% ont pris rendez-vous chez le dentiste spécifiquement suite à l’un de ces symptômes, 43% ont attendu l’occasion d’une visite de contrôle pour lui en parler et près d’1 personne sur 3 n’est pas allée consulter (32%).

 

Des conséquences très mal connues sur l’ensemble du corps

 

Seules six personnes interrogées sur dix considèrent que ces problèmes bucco-dentaires peuvent constitués des facteurs de risques d’autres maladies, mais aucune de celles-ci n’est imaginée de façon majoritaire : ainsi arrivent en tête les accidents cardio-vasculaires (37% des répondants), le diabète (35%), la polyarthrite rhumatoïde (33%), voire les maladies pulmonaires chroniques (29%). Mais le lien avec un accouchement prématuré (17%) ou un bébé de faible poids à la naissance (15%) est rarement fait.

Votre interlocuteur

Fabienne Gomant Directrice adjointe du pôle Opinion & Stratégies d'Entreprises

bucco-dentaires

Document à télécharger

La présentation de l'étude

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1008 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Les interviews ont été réalisées par internet du 18 au 19 février 2019.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.