Opinion et stratégies d'entreprises Consumer Services Santé Media et numérique Luxe
3611

Publications en Opinion et Stratégies d'entreprise

Opinion et Stratégies d'entreprise
25/05/2017

Ifop Focus n°162 - Permanences et bouleversements de la géographie électorale parisienne

Paris constitue un cas archétypal et parfois caricatural pour appréhender la géographie du vote Macron. Au lendemain du premier tour, on a beaucoup insisté, à juste titre, sur la dichotomie entre le visage de ces deux France qui étaient sorties des urnes et qui se regardaient en chiens de faïence : une France urbaine ayant soutenu Emmanuel Macron et une France périphérique, des petites villes, des zones péri-urbaines et des campagnes ayant placé Marine Le Pen en tête.

Le cas de Paris illustre ce clivage à merveille dans la mesure où la capitale a accordé près de 35% au leader d’En Marche!, soit plus de 10 points au-dessus de sa moyenne nationale et son meilleur score de toutes les grandes villes. Ce soutien massif des Parisiens le place largement en tête quand, dans le même temps, sa rivale du second tour ne parvenait pas à franchir la barre symbolique des 5% et enregistrait ainsi dans la plus grande ville de France l’un de ses plus mauvais résultats nationaux.

La difficulté rencontrée par la candidate frontiste dans les métropoles se trouve ainsi exacerbée avec une audience marginale et en recul à Paris (alors qu’elle progresse de plus de 3 points au plan national) qui la relègue en 5ème position derrière Emmanuel Macron, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon, qui avec 10% enregistre un score deux fois supérieur à celui de Marine Le Pen, ce qui au plan départemental est unique en France.
Opinion et Stratégies d'entreprise
25/05/2017

Baromètre de la menace terroriste - vague 38 - et comparatifs internationaux

Ce sondage Ifop pour Atlantico témoigne de l'inquiétude très forte et persistante des Français concernant la menace terroriste, qu'ils jugent toujours, pour la quasi-totalité d'entre eux, élevée (94%).
Aussi, un Français sur deux considère encore que la menace terroriste est très élevée (51%). L'intensité de la menace est toutefois moindre que ce qui était observé cet été après les attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray (-14 points par rapport à la fin du mois de juillet 2016).

On observe également que, comparativement aux Français, les Italiens (68%), les Etats-Uniens(71%) et les Allemands (78%) font état d'une inquiétude moins constituée. Les Britanniques de leur côté, bien avant Manchester, partageaient déjà le sentiment d'une menace élevée (85%).
Opinion et Stratégies d'entreprise
25/05/2017

Les intentions de vote pour les élections législatives de 2017

Réalisé à l’approche des élections législatives, le sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio, marqué par la domination des candidats de la République en Marche d’Emmanuel Macron nous livre les enseignements suivants.

Dans la droite ligne de tous les scrutins législatifs depuis 2002, les Français semblent prêts à confirmer le résultat de l’élection présidentielle. On observe en effet une poussée pour La République En Marche qui avec 31% des intentions de vote (+9 points par rapport au 4 et 5 mai) a de fortes chances d’obtenir une majorité absolue en juin prochain. Cette poussée se nourrit d’un glissement d’une partie des électorats présidentiels de Jean-Luc Mélenchon (12% d’entre eux se reportant vers les candidats de la République en Marche), François Fillon (18%) et Benoît Hamon (28%) vers une candidature soutenue par Emmanuel Macron aux élections législatives.

Ailleurs, la dynamique électorale est inexistante. Les Républicains (19%, soit 1 point de moins que François Fillon au premier tour de l’élection présidentielle de 2017) et le Front National (18%, soit 3,3 points de moins que Marine Le Pen) sont tous deux crédités d’un score plus faible que leurs candidats à l’élection présidentielle. Cohérents, les Français ne se déjugent pas et entendent laisser leurs chances à Emmanuel Macron et son gouvernement.
Opinion et Stratégies d'entreprise
25/05/2017

Le tableau de bord des personnalités Ifop et Fiducial pour Paris Match et Sud Radio - Mai 2017

La vague de mai du tableau de bord des personnalités Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, marquée par le haut niveau d’approbation de la politique d’Emmanuel Macron, livre les enseignements suivants.

En ce tout début de quinquennat et porté par une large victoire à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron jouit d’un haut niveau d’approbation de sa politique. Deux Français sur trois (66%) déclarent approuver l’action d’Emmanuel Macron depuis son investiture. Ce taux se positionne à 3 points au-dessus du niveau d’approbation mesuré pour François Hollande en mai-juin 2012 et seulement 1 point en dessous de Nicolas Sarkozy en mai-juin 2007. Cette appréciation positive est notamment nourrie par le renouvellement qu’il incarnerait pour 76% des Français (76%, dont 32% jugeant qu’il l’incarne « très bien ») et le sentiment majoritairement partagé selon lequel il défendrait bien les intérêts de la France à l’étranger (75%) et il aurait une vision pour l’avenir du pays (71%).

L’action d’Edouard Philippe bénéficie également d’un haut niveau d’approbation. 63% des Français déclarent la soutenir, à un niveau d’approbation proche de ceux mesurés au début des mandats de François Fillon en 2007 (63%) et Jean-Marc Ayrault en 2012 (68%). A la différence de ces deux personnalités, Edouard Philippe semble bénéficier d’une relative « prime à la nouveauté » qui se caractérise par un faible niveau de désapprobation (27%, soit un résultat inférieur de 9 points par rapport à François Fillon et de 2 points par rapport à Jean-Marc Ayrault). Les Français valorisent la capacité d’Edouard Philippe à apparaître à leurs yeux comme un homme de dialogue (71%), à réformer le pays (67%), à inspirer confiance (66%) et à être proche des préoccupations des Français (66%).

Face à Emmanuel Macron et son gouvernement, les Français ne voient plus les partis traditionnels comme de véritables forces d’opposition dans la lignée des résultats de l’élection présidentielle et augurant sans doute ceux des élections législatives à venir. Ainsi, seulement 7% des Français jugent que le Parti Socialiste incarnent le mieux l’opposition et moins d’un sur quatre (23%) jugent que les Républicains peuvent en faire de même. En dehors de ces « partis de gouvernement », c’est la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon qui incarnerait donc le mieux l’opposition au gouvernement (39% de citations), devant le Front National de Marine Le Pen (28%).