metavers

En partenariat avec

Sondage

Les Français et le metaverse

Le metaverse, un univers méconnu

 

Cette nouvelle technologie de plus en plus vogue reste toutefois peu identifiée par le grand public. Ce sont, en effet, seulement 35% des Français qui déclarent voir de quoi il s’agit, dont 14% « précisément ». Si ce résultat dépeint le metaverse comme un univers encore de niche, il donne également à voir un écart générationnel et social. Les plus jeunes montrent ainsi une meilleure connaissance du sujet (42% des 18-24 ans voient ce qu’est le metaverse, contre 28% des 65 ans et plus), tout comme les catégories socio-professionnelles supérieures (59% des diplômés du supérieur contre 27% des personnes sans diplômes). Ces deux fractures, générationnelle et sociale, se manifestent d’ailleurs également dans les représentations associées au metaverse et dans les potentiels usages.

 

Dans le détail, les usages perçus du metaverse restent principalement centrés autour du divertissement, les Français ne percevant pas encore la diversité des débouchés proposées par le metaverse. De plus, 21% les jugent inutiles, troisième item cité. Enseignement surprenant de cette étude, seuls 5% des Français associent le metaverse à un moyen de contourner les restrictions sanitaires malgré les tentatives relayées d’organisations de concert, par exemple, quand les salles étaient fermées.

 

Le metaverse suscite la crainte d’une nette majorité de Français (75%), même au sein des catégories de population les plus en pointe sur le sujet (49% des 18-24 ans sont craintifs). Toutefois, à noter un lien entre le niveau de connaissance du metaverse et le degré de crainte à leur égard : moins les personnes voient de quoi il s’agit, plus elles sont inquiètes. Cette réticence au metaverse entraine chez les plus craintifs une attente d’intervention des Etats pour s’assurer que le monde virtuel respecte les mêmes règles que le monde réel (50% des personnes ayant des craintes vis-à-vis du metaverse sont favorables à une législation, contre 39% de ceux qui n’ont pas de crainte).

 

Les Français semblent avoir conscience des limites de la virtualisation de nos activités : huit sur dix estiment qu’un monde virtuel ne permettrait pas de réduire les émissions de carbone du monde réel. Toutefois, les moins de 35 ans sont plus nombreux à penser le contraire (31% pensent que le monde virtuel réduit les émissions de carbone contre 17% des 35 ans et plus). Bien que les jeunes soient tendanciellement plus sensibles à la cause environnementale, ils apparaissent ici moins renseignés sur l’impact du numérique, laissant peut- être se dessiner une « tension » entre deux de leurs centres d’intérêt : le numérique et l’environnement.

 

Des Français qui se projettent peu dans un monde virtuel

 

Le metaverse semble à ce jour attirer peu de Français : moins d’un sur dix (8%) envisage de créer son double numérique. Et dans le détail, une nette minorité de Français se dit prête à investir de son argent dans des biens et services numériques.

 

Un monde virtuel cantonné au divertissement

 

Le divertissement apparait à plusieurs reprises dans ce sondage comme l’axe fort du metaverse. C’est non seulement le premier usage perçu (60% de citations), mais aussi la première attente des potentiels utilisateurs. En effet, le divertissement apparait comme le premier service numérique pour lequel les Français se disent prêts à payer. Les acteurs attendus en priorité dans le metaverse sont les musées, les théâtres et les organisateurs de concert devant les administrations publiques et les entreprises privées.

 

Facebook ne parvient pas à s’implanter comme référant du metaverse dans l’opinion française

 

Seulement 15% des Français sont favorables à ce que leur compte Facebook soit associé à des profiles numériques dans le metaverse. De plus, moins d’un Français sur trois (26%) déclare avoir confiance en l’entreprise pour créer et gérer un metaverse. Et lorsque cette dernière est mise en concurrence avec d’autres acteurs sur le plan de la protection des données, le groupe se classe en dernière position, son image étant surement encore impactée par les divers scandales de fuite de données d’utilisateurs du réseau social, dont celui Cambridge Analytica en 2014. Ainsi, 17% des Français font confiance à Facebook pour la gestion de leurs données personnelles dans le metaverse, loin derrière les acteurs plus traditionnels comme les banques (38%) ou les institutions publiques (25%).

Pour l’instant, le tournant de Facebook vers le metaverse, illustré notamment par le changement de nom du groupe, ne semble pas porteur dans l’opinion publique Française. Outre le déficit de confiance à l’égard des réseaux sociaux, le manque d’entrainement du grand public peut s’expliquer notamment par son éloignement de l’univers du metaverse.

 

Notre prochain numéro de Data Date sera consacré à ce phénomène, RDV le 10/02 pour tout savoir sur le metaverse. Inscriptions sur Linkedin en suivant ce lien !

Documents à télécharger

Les résultats L'infographie

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 022 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 4 au 5 janvier 2022.

Votre interlocuteur

Frédéric Dabi. Directeur Général Opinion

metavers

Documents à télécharger

Les résultats L'infographie

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 022 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 4 au 5 janvier 2022.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Hidden
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories