En partenariat avec

Sondage 19/10/2017

Les Français et les directives anticipées

L’étude réalisée par l’Ifop pour Alliance Vita sur « Les Français et les directives anticipées » révèle la très faible notoriété et le caractère très sensible de cette pratique qui consiste à exprimer par écrit et à l’avance ses volontés sur les traitements médicaux que l’on souhaite ou non subir après un grave accident ou à l’occasion d’une maladie grave qui ne nous permettrait plus de communiquer. Ainsi, une majorité écrasante de Français (86%) déclare ne pas avoir rédigé de « directives anticipées ». On peut par ailleurs penser que parmi les 14% déclarant l’avoir fait, coexistent des personnes ayant effectivement rédigé un tel texte et d’autres l’ayant sérieusement envisagé sans être pour autant passé à l’acte. Toujours est-il que cette pratique s’avère être très marginale à ce jour en France.

Lorsqu’on interroge plus en détail les personnes n’ayant pas rédigé de « directives anticipées » sur les raisons qui expliquent cette situation, 42% disent ignorer leur existence, 16% disent connaître cette possibilité mais ne pas vouloir penser à sa fin de vie, 13% disent ne pas trouver cette pratique légitime, 8% voudrait le faire mais trouve l’opération compliquée et, enfin, 21% ne se retrouvent dans aucune de ces descriptions. Des chiffres qui décrivent à la fois la faible notoriété des « directives anticipées », mais également combien la question de la fin de vie est un tabou, voire un impensé pour les Français. On peut y voir à la fois un refus d’imaginer sa mort, mais aussi de prendre une décision ferme au sujet d’une situation dans laquelle il est difficile de se projeter. Une tendance qui s’observe également chez les plus de 65 ans, qui sont plus nombreux à connaître l’existence des « directives anticipées », mais également plus nombreux également à trouver cette pratique illégitime (21% contre 13% pour l’ensemble des Français) ou compliquée (12% contre 8% pour l’ensemble des Français).

Document à télécharger

Rapport d'étude

Méthodologie de recueil

Echantillon de 1006 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) du 13 au 16 octobre 2017.

Vos interlocuteurs

Jérôme Fourquet Directeur du pôle Opinion & Stratégies d'Entreprises

Delphine Poet Chargée d'études - Opinion & Stratégies d'Entreprises

publications associées

Dix-huit mois après la dernière élection présidentielle et à l’approche des prochaines élections européennes, le morcellement de l’offre politique à gauche...

Sondage

Le regard des Français sur l’union de la gauche dans la perspective des élections européennes

L’allocution télévisée d’Emmanuel Macron, lors de laquelle le président de la République a annoncé plusieurs mesures pour répondre aux attentes des « gilets...

Sondage

Le regard des Français sur le mouvement des « gilets jaunes » après les annonces d’Emmanuel Macron – Balises d’opinion #51

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.