En partenariat avec

Sondage 14/06/2015

Les Français et les langues régionales

Il y a plus de 15 ans, le 7 mai 1999, la France signait la Charte européenne des langues régionales et minoritaires mais un mois plus tard, le 15 juin 1999, le Conseil Constitutionnel indiquait que plusieurs clauses de ce texte étaient contraires à la constitution. Les Sages pointaient ainsi que l’usage de langues régionales dans « la vie publique » (c’est-à-dire par exemple dans les relations entre les citoyens et l’administration et les services publics) demandé par la Charte remettait en cause le principe constitutionnel selon lequel « la langue de la République est le français ». Deuxième incompatibilité, l’attribution par la Charte de droits spécifiques à des « groupes » de locuteurs de langues régionales ou minoritaires sur des « territoires » heurtait les principes d’indivisibilité de la République, d’égalité de tous les citoyens devant la loi et last but not least, d’unicité du peuple français.

Cette question des langues régionales avait agité le débat public et à l’époque, les Français interrogés par l’Ifop, se déclaraient très largement favorables (à 78% dont 24% de « tout à fait favorables ») à la reconnaissance officielle des langues régionales. Le débat a rebondi ces derniers jours avec l’initiative de différents parlementaires de la majorité en faveur d’une ratification de ce texte, conformément à l’engagement de campagne n°56 du candidat Hollande. Quel est aujourd’hui l’état de l’opinion sur cette question ? L’enquête réalisée par l’Ifop pour Dimanche Ouest France, montre que l’adhésion est toujours largement majoritaire bien qu’en légère baisse. 72% se disent en effet favorables (en repli de 6 points par rapport à 1999) dont 18% se déclarant « tout à fait favorables ».

Dans le détail, on constate assez peu d’écarts en termes politiques. Les sympathisants socialistes sont ainsi 70% à adhérer à cette proposition contre 60% parmi leurs homologues des Républicains. De la même façon, le niveau d’adhésion atteint 76% au Front de Gauche et au Front National, ces deux électorats ne percevant apparemment pas la reconnaissance officielle des langues régionales comme une menace au modèle républicain et jacobin auquel ils sont historiquement attachés. On constate une moins forte adhésion parmi les salariés du secteur public (catégorie également attachée aux principes d’indivisibilité de la République et d’égalité des citoyens devant la loi) qui ne soutiennent cette mesure qu’à 69% contre 75% dans le secteur privé. Il apparaît enfin que la reconnaissance officielle des langues régionales est plus ardemment souhaitée dans les territoires où elles sont encore pratiquées. Ainsi, sur la moyenne de ces régions (Bretagne, Alsace, Corse, Pyrénées-Atlantiques et Pyrénées-Orientales), 85% des personnes interrogées y sont favorables (dont 32% « très favorables ») contre 70% (et 16% de « très favorables ») dans les autres départements. Mais, même dans une région où la culture girondine est aussi peu présente que l’Ile-de-France, deux tiers des habitants (71%) y sont favorables, ce qui montre que les freins idéologiques sur cette question ont aujourd’hui quasiment disparu.

Document à télécharger

Rapport d'étude

Méthodologie de recueil

Echantillon de 1004 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) du 12 au 13 juin 2015.

Vos interlocuteurs

Jérôme Fourquet Directeur du pôle Opinion & Stratégies d'Entreprises

Esteban Pratviel Chef de groupe - Opinion & Stratégies d'Entreprises

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Hidden
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories