Personne entrain de voter

En partenariat avec

Régionales 2021

Les jeunes et les régionales de 2021

Alors que les élections régionales approchent à grands pas, l’Ifop a mené une enquête pour l’ANACEJ auprès des jeunes et leur rapport à ce scrutin local.

 

 

Tout d’abord il en ressort que 8 jeunes de 16 à 25 ans sur 10 sont au courant de la tenue du scrutin des régionales en 2021. Toutefois, parmi eux, 28% ne savent pas précisément qu’il doit avoir lieu en juin. De plus près, on observe que les hommes (85%) se déclarent plus au courant que les femmes (74%) et les catégories supérieures plus que les catégories populaires. Cela se répercute dans les proximités partisanes puisque les sympathisants La France Insoumise se déclarent moins au courant (75%) que ceux des Républicains (97%).

 

Toutefois, avoir connaissance du scrutin ne signifie pas forcément s’y intéresser : en effet, le désintérêt est fort parmi les jeunes pour ces élections, à hauteur de 72% (plus que pour les élections européennes et les élections municipales). On compte même un tiers de jeunes « pas du tout intéressés », dont 52% parmi les 16-17 ans. Les plus intéressés se trouvent au sein de l’agglomération parisienne et parmi les étudiants. Enfin, les moyens d’accès aux informations relatives à ces élections sont : la télévision (41%), les discussions en famille (29%), les sites d’informations (26%), la presse locale (26% aussi). Les réseaux sociaux ne sont pas particulièrement présents sur ce segment de l’information politique.

 

Lorsque l’on s’intéresse de façon plus précise aux intentions de participation et de vote, on constate qu’à l’heure actuelle, les estimations de participation sont faibles parmi les jeunes, en lien avec l’intérêt que ces derniers lui portent. Le taux d’abstention pourrait atteindre jusqu’à 80%. Ce taux est important y compris parmi les jeunes qui se déclarent intéressés par cette campagne et atteint 62%. Lorsqu’on leur demande pour qui ils voteraient s’ils devaient se prononcer au premier tour, une hypothétique liste de la gauche et des écologistes arrive en tête avec 37% des voix. Elle devance de loin les autres (la droite est à 22% ; le Rassemblement Nationale à 20% ; la majorité présidentielle à 15%).

 

De façon plus locale, en région Hauts-de-France la droite serait première du côté des jeunes avec 30%, devant le RN et la gauche tous deux à 27%. En région PACA la droite atteindrait 37% des intentions de vote, la gauche alliée aux écologistes 33% et le RN 24%.

 

Lorsque l’on se penche sur les raisons possibles de cette abstention très élevée, on constate qu’en premier lieu, elle s’explique par le fait de ne pas connaitre les candidats qui se présentent (28%). Ensuite 22% citent le fait d’être en week-end ou en congé pourraient être un motif d’abstention et 20% disent que ce scrutin de changera pas la situation de la société.

 

Concernant les thèmes principaux que les jeunes attendent de voir dans cette élection, l’emploi arrive en tête à 57%, viennent ensuite l’éducation à 53% et le pouvoir d’achat à 51% (ce dernier thème était à 63% lors des européennes, probablement parce que le sujet était au cœur de l’actualité avec la crise des gilets jaunes). On constate donc que les attentes concernent bel et bien les compétences régionales et que la sécurité n’est pas particulièrement citée ici. La sécurité n’est pas non plus un thème qui inciterait à voter pour telle ou telle liste qui en parlerait puisqu’avec 55% elle arrive loin dernier les thèmes suivants : la facilitation de l‘accès aux soins gratuits (80%) et la gratuité des transports (77%).

 

Sur un plan long terme, dans la perspective de la présidentielle de 2022, les thèmes principaux attendus sont à peu près les mêmes que pour les élections régionales, avec cité en tête la santé (77%), l’éducation (70%), la lutte contre le covid (66%), la sécurité cette fois-ci (64% dont 79% parmi les proches du RN) et la protection de l’environnement (88% pour les proches d’Europe Ecologie les Verts et 48% pour les proches du RN).

 

Concernant les intentions de vote, l’étude montre qu’en cas de candidature de Xavier Bertrand comme candidat à droite les votes des jeunes se détailleront de la façon suivante : Marine Le Pen à 30% ; Emmanuel Macron à 26% ; Jean-Luch Mélenchon à 14% et Yannick Jadot à 7%. Si Valérie Pécresse se présente à la place de Xavier Bertrand les résultats restent sensiblement les mêmes. Toutefois, interrogés sur une intention de vote par étiquette les résultats changent beaucoup parmi les jeunes : le RN descendrait à 25%, la République en Marche à 17% et serait alors devancée par EELV avec 18%.

 

Enfin, l’état d’esprit des jeunes est majoritairement peu confiant et surtout résigné (27%) voire révolté (31%). Les moins diplômés le sont notamment plus que les autres avec 46% parmi les détenteurs d’un CAP ou BEP. Quant à la satisfaction qu’éprouvent les jeunes vis-à-vis de leur place dans la société française, elle est de 53%, avec un écart important entre les jeunes issus des catégories supérieures (61%) et ceux des catégories populaires (44%). Dans cette même logique, quand on demande aux jeunes de se projeter dans 10 ans, les plus diplômés sont les plus confiants.

Document à télécharger

Les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 499 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 à 25 ans. Afin de mesurer l’impact d’un abaissement de l’âge du droit de vote à 16 ans, a également été interrogé un échantillon de 396 personnes, représentatif de la population française âgée de 16 à 17 ans.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage) après stratification par région et catégorie d'agglomération.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 21 mai au 1er juin 2021.

Vos interlocuteurs

Frédéric Dabi Directeur Général Opinion

Jean-Philippe Dubrulle Directeur d'études - Opinion & Stratégies d'Entreprises

Personne entrain de voter

Document à télécharger

Les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 499 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 à 25 ans. Afin de mesurer l’impact d’un abaissement de l’âge du droit de vote à 16 ans, a également été interrogé un échantillon de 396 personnes, représentatif de la population française âgée de 16 à 17 ans.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage) après stratification par région et catégorie d'agglomération.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 21 mai au 1er juin 2021.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Hidden
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories