En partenariat avec

Sondage

Observation MNH 2021

Observation de la santé MNH 2021

 

Malgré le contexte actuel de sortie de crise sanitaire, les inquiétudes à l’égard de l’avenir de l’hôpital public ne faiblissent pas

Si en réaction à la crise sanitaire, trois quarts (74%) des Français estiment que l’hôpital public a pu répondre à ses missions, dont 17% « tout à fait » et 57% « plutôt », toutes les populations interrogées s’accordent pour affirmer que l’hôpital public est aujourd’hui en danger. La majorité des professionnels de santé est même « tout à fait » d’accord avec ce dur constat (dont 71% des actifs hospitaliers, +29pts vs le grand public). Plus spécifiquement, seule une faible minorité d’entre eux estime que les moyens dont disposent les hôpitaux publics sont suffisants pour bien soigner les patients : 15% des actifs hospitaliers, 16% des décideurs, 27% des étudiants et 30% des médecins. Si ces résultats sont en légère progression depuis 2020, ils restent faibles dans l’absolu. De nouveau cette année, les retraités sont bien plus positifs que leurs pairs concernant leur expérience passée : parmi eux, 69% pensent que l’hôpital disposait de plus de moyens lorsqu’ils étaient en activité. La différence dans le ressenti des actifs et dans celui des retraités hospitaliers semble témoigner de la dégradation continue des conditions de travail dans le milieu hospitalier observée depuis quelques années.

 

 

Les professionnels de santé retracent des conditions d’exercice du métier difficiles, tant physiquement que psychologiquement

L’écrasante majorité d’entre eux déclare avoir déjà fait l’expérience d’au moins une forme d’incivilités ou de violences, en tant que témoins ou victimes : 91% des actifs hospitaliers (dont un tiers « souvent »), 98% des médecins, 75% des décideurs, 89% des étudiants et 79% des retraités. Les actifs hospitaliers et les médecins, en première ligne face aux colères des uns et des autres, sont particulièrement concernés par chaque violence évoquée. A noter, plus d’un actif hospitalier sur quatre (28%) a déjà été victime de violences physiques, degré ultime dans les différentes situations mentionnées. Les décideurs sont en revanche sous-représentés dans le vécu de chacune des situations, étant moins exposés à ce genre de comportements de par leurs fonctions. Si les retraités ne sont pas en reste et témoignent du vécu de ces formes de violence, ils le font dans des proportions moindres que les actifs, les médecins ou les étudiants, signe là aussi d’une situation qui ne fait qu’empirer à mesure des années.

 

 

Malgré ce contexte plus que difficile pour l’exercice des métiers hospitaliers, ces derniers continuent à susciter attrait et admiration au sein du grand public

Une majorité de Français encouragerait un enfant, proche ou ami à suivre la voie d’un métier hospitalier, particulièrement kinésithérapeute (81%) ou médecin (81%), mais également infirmier (68%) ou agent administratif ou technique (68% et 60%). La profession d’aide soignant est encouragée d’une courte majorité (56%).

Mais les hospitaliers eux-mêmes sont plus partagés sur le sujet : si 57% des médecins et 52% des décideurs recommanderaient à leurs enfants de faire ce métier, la proportion chute à 29% chez les actifs hospitaliers.

Document à télécharger

Les Résultats

Méthodologie de recueil

Six cibles ont été interrogés :
Le grand public : 1000 personnes, échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus
Les actifs hospitaliers : 1 301 actifs hospitaliers issus des bases de contacts MNH
Les médecins hospitaliers : 200 médecins généralistes et spécialistes, exerçant à l’hôpital ou en clinique exclusivement
Les décideurs hospitaliers : 75 décideurs hospitaliers issus des bases de contacts MNH
Les étudiants en santé : 176 étudiants dans le domaine de la santé : 100 issus d’un panel spécifique + 76 issus des bases de contacts MNH
Les retraités hospitaliers : 2 312 retraités hospitaliers issus des bases de contacts MNH
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas sur des critères de sexe et d’âge après stratification par région pour le grand public et les médecins.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 29 septembre au 15 octobre 2021.

Vos interlocuteurs

Flora Baumlin Directrice d’Etudes, Corporate & Work Experience

Marie Fevrat Chargée d'études - Département Opinion & Stratégies d'Entreprise

Document à télécharger

Les Résultats

Méthodologie de recueil

Six cibles ont été interrogés :
Le grand public : 1000 personnes, échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus
Les actifs hospitaliers : 1 301 actifs hospitaliers issus des bases de contacts MNH
Les médecins hospitaliers : 200 médecins généralistes et spécialistes, exerçant à l’hôpital ou en clinique exclusivement
Les décideurs hospitaliers : 75 décideurs hospitaliers issus des bases de contacts MNH
Les étudiants en santé : 176 étudiants dans le domaine de la santé : 100 issus d’un panel spécifique + 76 issus des bases de contacts MNH
Les retraités hospitaliers : 2 312 retraités hospitaliers issus des bases de contacts MNH
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas sur des critères de sexe et d’âge après stratification par région pour le grand public et les médecins.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 29 septembre au 15 octobre 2021.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Hidden
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories