En partenariat avec

Sondage

Pourquoi les femmes ne font pas le premier pas ?

A l’heure de Tinder et de la « fast drague », se diffuse l’idée que les rapports de séduction entre les hommes et les femmes seraient bouleversés et que la « galanterie à la Française » se perdrait. En réalité, cette étude Ifop pour Love Advisor révèle une certaine stabilité des pratiques et représentations des rapports de séduction, notamment hétérosexuels. En effet, le premier pas reste une entreprise principalement masculine et l’adhésion des Françaises aux rites de galanterie majoritaire. Toutefois, cette étude donne à voir la montée d’une vague d’empowerment féminin portée par les jeunes générations ou les femmes les plus féministes ou les plus surs d’elles. Certaines osent faire le premier pas et s’affranchir des injonctions galantes, érigées au rang de « patrimoine français » par certains, critiqués comme une manifestations d’un « sexisme bienveillant » (B. Dardenne).

 

LES CHIFFRES CLÉS

 

1 –  Près de huit femmes sur dix (77%) trouvent normal qu’une femme prenne l’initiative d’un rendez-vous amoureux, 7 points de plus qu’en 1994. Cette évolution ne doit toutefois pas masquer les disparités qui émaillent l’opinion féminine : on constate ainsi un écart générationnel et social.

 

2 –  Les Françaises semblent plus affranchies des idées reçues en matière de séduction que sur la galanterie, encore ancrées. Même si elles préfèrent que les hommes fassent le premier pas, elles sont moins de 20% à avoir des a priori négatifs sur les femmes entreprenantes. En revanche, les Françaises expriment des opinions plus « conservatrices » s’agissant du respect des règles de galanterie : c’est systématiquement plus de la moitié de la gente féminine qui adhère à ces « traditions ».

 

3 –  Neuf femmes sur dix préfèrent encore que les hommes fassent le premier pas. Cette préférence peut surement s’expliquer par la crainte du « non » entachant sa confiance en soi, plus fragile chez les femmes soumises à davantage de pressions et d’injonctions.

 

4 –  Ce sont tout de même près de deux tiers (63%) des Françaises qui ont un jour osé faire le premier pas, même si cette entreprise s’avère plus rare (36%) que récurrente (4% le font souvent).

 

5 –  Dans le détail des modes de « drague » auxquelles les femmes ont recours, cette étude révèle qu’il s’agit davantage d’une approche indirecte : plus de la moitié des femmes abordent les personnes de manière détournée. Le recours à Internet s’impose aujourd’hui comme dominant : si on additionne les 24% de Françaises ayant déjà « dragué » une personne qui leur plaisait via un site ou une application de rencontre et les 20% via Internet.

 

6  Si les femmes ne font pas le premier pas, c’est d’abord par timidité et manque de confiance en elles (49% de citations), par peur du rejet (42%) et par crainte d’être perçue par les hommes comme une « fille facile » (34%).

 

7 –  Concernant l’épineuse question du partage de l’addition lors du premier rendez-vous, on relève une tendance au partage plus qu’à une inversion de la prise en charge. Si presqu’une femme sur deux (49%) pense qu’il est normal de régler la note, ce sont pourtant plus de la moitié des célibataires qui déclarent ne pas le faire (dans 53% des cas, c’est la personne avec laquelle les femmes ont rendez-vous qui paye l’addition).

 

Le point de vue de Louise Jussian de l’Ifop :

 

Loin d’être un sujet frivole, les comportements de séduction des femmes revêtent un véritable enjeu pour l’égalité des genres, et font apparaitre le constat d’une société encore largement émaillée par un « sexisme bienveillant ». Cette étude nous révèle en effet que les normes de séduction sexistes sont encore ancrées dans l’imaginaire, y compris féminin. La « séduction à la française » incarnée dans les règles de galanterie semble encore occuper une grande place dans les représentations associées à la séduction, notamment dans les rapports hétérosexuels. Toutefois, à l’ère post me too, une friction émerge entre une adhésion persistante aux règles désuètes de galanterie et les signes encourageants d’une prise en main féminine. Il est en effet davantage accepté qu’une femme fasse le premier pas, et elles sont près de deux tiers à l’avoir déjà expérimenté. A la pointe de cette vague d’empowerment féminin, les trentenaires, les femmes ayant le plus confiance en elles ou les plus féministes semblent porter un nouvel idéal de séduction plus égalitaire.

Documents à télécharger

Les résultats L'analyse

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 001 femmes, représentatif de la population féminine française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (âge et profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 28 au 30 juillet 2021.

Vos interlocuteurs

François Kraus Directeur du pôle Politique / Actualités - Opinion & Stratégies d'Entreprises

Louise Jussian Chargée d'études - Département Opinion & Stratégies d'Entreprise

Documents à télécharger

Les résultats L'analyse

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 001 femmes, représentatif de la population féminine française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (âge et profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 28 au 30 juillet 2021.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 
Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories