En partenariat avec

Sondage

Présidentielle 2022 – Jour du vote – Second tour

Dimanche 24 avril 2022

 

Réalisée le jour du vote auprès d’un échantillon de 4 827 personnes inscrites sur les listes électorales, cette étude réalisée par l‘Ifop et Fiducial pour TF1, LCI Paris Match et Sud Radio offre une analyse précieuse des résultats de ce second tour et de ses conséquences.

 

 

La plus forte abstention depuis près de deux générations, l’élection présidentielle de 2022 confirme l’installation d’un malaise démocratique profond.

 

  • Plus d’un quart de l’électorat (28%) s’est abstenu de voter lors de ce second tour de l’élection présidentielle, un taux historique pour l’élection-reine de la vie politique française qui n’avait pas été observé depuis 1969 (31,1%). Avec 46% d’abstentionnistes au second tour, l’électorat de premier tour de Jean-Luc Mélenchon s’est le plus abstenu, devant celui de Yannick Jadot (31%) et celui de Valérie Pécresse (23%).

 

  • Raison jugée déterminante par 55% des abstentionnistes interrogées, l’absence de candidat défendant leurs idées arrive en tête des justifications de ce choix, devant le « ni-ni » entre les deux candidats (49%), la volonté d’exprimer un mécontentement à l’égard d’Emmanuel Macron (46%) et de l’action du président sortant (47%)… désormais réélu largement. Toutes ces raisons évoquées donnent une teinte très « politique » à l’abstention, loin de l’idée d’une « vanité » du vote (jugée déterminante par 40% des abstentionnistes) pourtant prégnante au premier tour et lors des dernières élections, une donnée à garder à l’esprit pour les cinq années à venir.

 

 

Mêmes joueurs jouent encore : à l’issue du match retour de 2017, Emmanuel Macron est le premier président réélu hors cohabitation sous la Ve République, avec une extrême droite plus forte que jamais.

  • Après une campagne en grande partie empêchée avant le premier tour et un coup d’accélérateur donné dans l’entre-deux-tours, Emmanuel Macron remporte l’élection présidentielle de 2022 avec environ 58,5% des suffrages, dix-sept points devant sa rivale, Marine Le Pen (41,5%). Nette, cette victoire se révèle cependant moins éclatante que celle de 2017, où l’homme fort d’En Marche devançait la candidate du Rassemblement national de 32 points. Marine Le Pen a pu cette fois compter sur le réservoir de voix inédit constitué par l’électorat d’Éric Zemmour, qui s’est reporté à 78% sur sa candidature, mais aussi sur une fraction des soutiens de Valérie Pécresse (18%) et de Jean-Luc Mélenchon (13%), malgré les instructions explicites de ce dernier.

 

  • L’attitude des électeurs de La France Insoumise, au cœur des attentions dans l’entre-deux-tours, s’est finalement soldée par un report favorable bien que partagé au président sortant : 42% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon au premier tour ont voté pour Emmanuel Macron, quand 45% sont « sortis du jeu » en optant pour le vote blanc, nul, ou l’abstention. S’ils ont été rejoints en cela par 29% des électeurs Jadot et 30% de ceux de Pécresse, force est de constater que les soutiens de ces deux candidats ont, avant tout pour faire barrage, majoritairement voté Emmanuel Macron (à respectivement 64% et 52%).

 

  • Marqueur de la profonde mutation du sens du vote, la signification donnée au vote par les Français diffère largement entre 2017 et 2022. D’un vote majoritairement de rejet de Marine Le Pen en 2017 (57%), le vote Emmanuel Macron s’est mué en un vote d’adhésion à la personnalité du président sortant, pour 57% de ses électeurs. A l’inverse, Marine Le Pen est devenue pour une part croissante de son électorat (42%, soit une progression de 6 points) un rempart contre la réélection d’Emmanuel Macron.

 

  • Contrairement à 2017, le débat d’entre deux tours n’aura pas joué de rôle décisif dans l’élection. A peine plus d’un électeur sur dix (14%) affirme avoir changé d’avis à la suite de ce débat, contre 27% en 2017, dans un contexte fort différent étant donné que les « changeurs » s’équilibrent en faveur de Marine Le Pen (4%), du vote blanc (4%), d’Emmanuel Macron (3%) et de l’abstention (3%). En 2017, 10% des électeurs avaient changé de vote en faveur d’Emmanuel Macron après la prestation décriée de la candidate du Rassemblement national.

 

 

Le vote Le Pen : la France inquiète… de la perte du pouvoir d’achat et de l’immigration

  • Comme lors du premier tour, la santé a joué un rôle « déterminant » dans le vote pour 68% des votants, que ce soit pour l’électorat d’Emmanuel Macron (67%) ou celui de Marine Le Pen (66%). Là où le vote lepéniste prend une teinte particulière se trouve dans les enjeux liés au relèvement des salaires et du pouvoir d’achat (78% d’entre eux le jugent déterminant contre 56% de l’électorat Macron), l’évolution des prix des carburants et de l’énergie (71% contre 41%) et surtout autour des thématiques fondamentales du vote « national », à savoir la sécurité (81% contre 45%) et surtout la lutte contre l’immigration clandestine (75% contre 26%). Thématique évoquée lors du débat d’entre-deux-tours, la protection de l’environnement n’est citée que par 43% des répondants comme ayant été « déterminante » (30% pour les électeurs Le Pen contre 50% pour ceux d’Emmanuel Macron).

 

 

Une élection pour rien ? Les Français attendent toujours de profonds changements pour le quinquennat à venir que ce soit dans la composition de la future majorité ou dans les réformes à mettre en œuvre.

  • Malgré la large réélection d’Emmanuel Macron, une nette majorité des Français s’attendent à de profonds changements dans la composition de l’équipe gouvernementale, en premier lieu le Premier ministre : 71% des personnes interrogées ne souhaitent pas qu’Emmanuel Macron conserve Jean Castex à ce poste, que ce soit l’électorat de Jean-Luc Mélenchon (82%), Marine Le Pen (82%) et même près d’un électeur sur deux d’Emmanuel Macron au premier tour (48%).
  • Ce changement d’équipe, les Français l’expriment également dans le détail de la composition gouvernementale où Edouard Philippe surnage dans les bonnes grâces des Français (48% souhaitant le voir faire partie du futur gouvernement contre 37% s’y opposant), loin devant Christine Lagarde (39%) et Bruno Le Maire (38%). Même les figures du quinquennat passé sont rejetées par une majorité d’électeurs inscrits comme Jean-Michel Blanquer (57%), Gérald Darmanin (51%), Olivier Véran (48%) ou encore Gabriel Attal (45%).

 

  • Réforme emblématique du programme du président-élu et marqueur politique éminemment clivant, le lancement dès les premières semaines du quinquennat de la réforme des retraites est rejeté par 55% des électeurs inscrits, dont 77% de l’électorat de Jean-Luc Mélenchon, 61% des électeurs de Marine Le Pen contre seulement 27% de l’électorat d’Emmanuel Macron et 36% de celui de Valérie Pécresse.

 

 

Paul Cébille

Document à télécharger

Les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 4 827 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 5 086 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne le 24 avril 2022 de 11 heures à 18 heures.

Vos interlocuteurs

Frédéric Dabi. Directeur Général Opinion

Jérôme Fourquet Directeur du pôle Opinion & Stratégies d'Entreprises

Document à télécharger

Les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 4 827 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 5 086 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne le 24 avril 2022 de 11 heures à 18 heures.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Hidden
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories