En partenariat avec

Sondage

PRESIDENTIELLE : POUR QUI VOTERONT LES ‘‘BANLIEUES POPULAIRES’’ ?

PRESIDENTIELLE : POUR QUI VOTERONT LES ‘‘BANLIEUES POPULAIRES’’ ?

 

 

Si les « banlieues » ont pu focaliser l’attention médiatique lors de précédentes campagnes présidentielles (ex : 2007), elles sont cette année relativement délaissées par des candidats qui y voient soit des territoires sans électeurs, soit des zones repoussoirs marquées par l’insécurité, le repli communautaire ou le terrorisme…

 

Afin d’y voir plus clair sur les comportements électoraux et les enjeux du vote au sein de ces territoires paupérisés, Écran de veille, la revue mensuelle du site GlobalWatchAnalysis, a commandé à l’Ifop une enquête dans les villes de banlieues les plus populaires. Réalisée auprès d’un échantillon national représentatif des 10% des banlieues les plus pauvres de France, cette étude montre que la gauche a perdu une grande partie du vote des « banlieues populaires » sauf au sein des quartiers concentrant le plus de difficultés (« quartiers prioritaires ») où des candidats de la gauche radicale comme Jean-Luc Mélenchon dominent encore les intentions de vote. Quant aux ressorts du vote de ces banlieues, ils apparaissent davantage portés par des demandes « matérielles » d’ordre socio-économique que par des questions de société comme la lutte contre les discriminations, le racisme ou le sexisme.

 

POUR CITER CETTE ETUDE, IL FAUT UTILISER A MINIMA LA FORMULATION SUIVANTE :

 

« Étude Ifop pour Ecran de Veille réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 13 au 16 décembre 2021 auprès d’un échantillon de 1 003 personnes, représentatif de la population adulte résidant dans les 10% des « banlieues les plus pauvres » de France métropolitaine. »

 

LA DEFINITION DES « BANLIEUES POPULAIRES » DANS L’ENQUETE

 

Par « banlieues pauvres », l’Ifop entend les communes situées en périphérie d’une agglomération qui affichent un niveau de vie médian annuel par habitant (RMUC) qui les classent parmi les 10% des « banlieues » les plus pauvres de France. Ce champ d’enquête n’intègre donc pas seulement les quartiers prioritaires (QPV) définis par la politique de la Ville mais l’ensemble des habitants des villes périphériques les plus pauvres de France.  Cette délimitation est volontairement plus large que celle des quartiers prioritaires (QPV) qui n’intègre pas les quartiers de moins de 1 000 habitants et les agglomérations de moins de 10 000 habitants. Par ailleurs, le critère adopté par l’Ifop pour repérer les zones de concentration urbaine à bas revenu repose sur un critère unique de revenu à la fois plus strict (les 10% les plus pauvres) et plus global (le même pour toutes les communes) que celui adopté pour les QPV.

 

 

2012-2022 : comment la gauche a perdu le vote des banlieues populaires

 

Des banlieues populaires qui votent de moins en moins à gauche…

 

En une dizaine d’années, la gauche a perdu une grande part de l’assise électorale qu’elle détenait historiquement dans les banlieues populaires, et ceci principalement au profit de la droite « nationale populiste ».

 

  1. Les divers candidats de gauche rallient aujourd’hui à peine plus d’un tiers (36%) des suffrages dans les villes périphériques les plus pauvres de France alors qu’ils en captaient plus de la moitié (54%) en 2012. Et au sein de la gauche, l’inversion du rapport de force déjà observé en 2012 se confirme. Avec 26% des voix (dont 20% rien que pour Jean-Luc Mélenchon), les candidats de la gauche radicale (Mélenchon, Roussel…) dominent largement les représentants d’une gauche modérée (Jadot, Hidalgo…) qui y captent aujourd’hui trois fois moins de voix (10%) qu’il y a dix ans (36,4% en 2012).

 

  1. A l’inverse, les droites dans leur ensemble y attirent désormais la moitié des suffrages (49% aujourd’hui, contre 40% en 2012) mais cette « droitisation » est surtout le fruit d’une hausse continue des voix en faveur de la droite radicale : les trois principaux candidats nationalistes (Eric Zemmour, Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen) – alliés en 2017 au second tour dans la « grande alliance patriote et républicaine » – y attirent aujourd’hui plus d’un tiers des intentions de vote : 35%, contre 28,4% il y a cinq ans (2017) et à peine 21,9% il y a dix ans (2012).

 

  1. Dans ces villes sociologiquement défavorables au macronisme comme à la droite classique, Emmanuel Macron affiche quant à lui des intentions de vote très en deçà (15%) de leur niveau national (26%) mais leur étiage n’en reste pas moins trois fois plus élevé que ce que pouvait y capter un candidat centriste traditionnel (François Bayrou) il y a dix ans (5,8% en 2012). De même, Valérie Pécresse y obtient un niveau d’intentions de vote légèrement inférieur (14%) à sa moyenne nationale (18%) mais qui est légèrement plus haut que le score obtenu dans ces communes par François Fillon en 2017 (+ 3 points).

 

RAPPORT DE FORCE DANS LES BANLIEUES POPULAIRES A L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

 

Contrairement aux idées reçues, les « banlieues populaires » ne sont plus des fiefs acquis à la gauche, notamment les communes paupérisées (ex : Nord-est de la France, périphéries des villes du bassin méditerranéen) ne correspondant pas au cliché de « cité » à forte proportion d’habitants d’origine immigrée. Dans ces territoires marqués par des niveaux élevés de chômage et de pauvreté, mais aussi d’insécurité et déficit des services publics, les sirènes des candidats aux discours identitaires ou sécuritaires portent de manière notable, empêchant les « gauches » d’y retrouver l’attrait qui fut leur pendant longtemps. Ces résultats mettent donc en lumière un certain hiatus entre la réalité de leurs comportements politiques et les représentations du corps électoral de ces banlieues souvent produites à l’usage des candidats.

 

… sauf dans les quartiers prioritaires où persiste un net sur-vote pour Jean-Luc Mélenchon  

Ce vote de l’ensemble des « banlieues pauvres » masque toutefois un profond clivage entre les quartiers prioritaires (QPV) de la politique de la ville – où dominent des candidats de la gauche radicale comme Jean-Luc Mélenchon – et les autres quartiers beaucoup plus sensibles aux sirènes des droites radicale ou modérée.

 

  1. Au sein de ces villes périphériques très pauvres, les quartiers prioritaires (QPV) – qui contiennent généralement une forte proportion de population issue de l’immigration – se distinguent par un vote majoritairement ancré à gauche : 56% des électeurs y votent pour un candidat de gauche, dont 37% pour Jean-Luc Mélenchon (contre 11% dans les autres quartiers), 6% pour Anne Hidalgo (contre 3% dans les autres quartiers) et 5% pour Fabien Roussel (contre 3% dans les autres quartiers). Seul le candidat d’EELV, Yannick Jadot, y fait un score (3%) largement inférieur à sa moyenne nationale (7,5%).

 

  1. A l’inverse, les autres quartiers situés dans ces « banlieues pauvres » penchent nettement plus à droite, voir l’extrême-droite : les trois candidats représentant la droite « nationale populiste » (Le Pen, Dupont-Aignan, Zemmour) y attirent un peu moins de la moitié (42%) des suffrages, soit deux fois plus que dans les quartiers prioritaires (QPV). Et en leur sein, les intentions de vote en faveur de Marine Le Pen y sont nettement supérieures (26%) à celle d’Eric Zemmour (15%), ce qui est logique compte tenu du caractère globalement très populaire de ces populations.

 

  1. Le bon score obtenu par Jean-Luc Mélenchon dans l’ensemble des « banlieues pauvres » (20%, contre une moyenne nationale à 9,5%) tient donc à un sur-vote dans les quartiers prioritaires (37%) et, plus largement, chez les électeurs les plus jeunes (44% des moins de 35 ans) et les plus discriminés en raison de leurs origines géographiques, ethniques ou religieuses (33% chez les électeurs en ayant déjà été victimes). Il obtient d’ailleurs un score élevé dans les minorités ethnico-culturelles comme les musulmans (32%) ou les électeurs « racisés » estimant être perçus par les autres comme une minorité ethnique (47%).

 

Ce clivage vient confirmer « l’effet de lisière » (Karim vote à gauche et son voisin vote FN, 2016) en faveur du FN observé dans les quartiers limitrophes des quartiers HLM à forte populations d’origine maghrébine ou sub-saharienne. A partir des résultats des élections de 2012 et de 2014, Jérôme Fourquet a en effet noté que c’était dans les bureaux de vote à faible proportion de personnes issues de l’immigration – mais jouxtant souvent les bureaux de vote où résidait majoritairement une population issue de l’immigration – que le FN obtenait ses scores les plus importants.

LES INTENTIONS DE VOTE AU PREMIER TOUR DANS LES BANLIEUES POPULAIRES

 

 

 

Les banlieues populaires voteront avant tout en fonction de questions exprimant des besoins d’ordre matériel et sécuritaire

 

Qu’ils résident ou non dans les quartiers prioritaires, l’analyse des motivations des électeurs de ces banlieues

fait ressortir de fortes attentes à l’égard des services publics (santé, éducation, sécurité des biens et des personnes) et de besoins très matérialistes et socioéconomiques (pouvoir d’achat, précarité, chômage).

 

  1. Si l’on relativise les enjeux de santé qui ont pu être boostés par la crise sanitaire (80%), le premier enjeu du vote des banlieues populaires à cette élection exprime un besoin de base d’ordre très matériel : le relèvement des salaires et du pouvoir d’achat, cité nettement plus dans ces banlieues (76%) – et notamment dans les quartiers prioritaires (à 80%) – que par l’ensemble des Français (65%). Et parmi les dix principaux enjeux déterminant leur vote, on trouve aussi des enjeux comme la lutte contre le chômage (62%) et la précarité (60%), l’éducation (68%) ou la sauvegarde des services publics (51%).

 

  1. Dans ces villes comme dans le reste du pays, les votants détermineront aussi beaucoup leur vote en fonction d’enjeux identitaires ou sécuritaires comme la lutte contre l’insécurité (3ème, à 74%), le terrorisme (4ème, à 70%) ou l’immigration clandestine (9ème, à 56%). Mais on note sur ce plan des différences entre les quartiers prioritaires (QPV) et les autres quartiers : les électeurs des quartiers situés en dehors des QPV accordant sensiblement plus d’importance dans leur vote aux questions de sécurité (77% contre 70%), d’immigration (58%, contre 51%) ou de laïcité (51%, contre 45%)

 

  1. Enfin, des questions de société comme la lutte contre le sexisme, le racisme ou la haine contre les LGBT n’y apparaissent pas très porteuses sur le plan électoral. La proportion d’électeurs de ces banlieues qui détermineront leur vote en fonction de la lutte contre le sexisme est inférieure à la moyenne nationale (47%, contre 52%), tout comme la lutte contre la LGBTphobie (31%, contre 36%). Malgré une plus forte exposition aux discriminations (50%, contre une moyenne nationale de 24%), les habitants des QPV ne seront pas plus nombreux (45%) à le prendre en compte dans leur vote que l’ensemble des Français (47%).

 

LES ENJEUX DÉTERMINANTS DU VOTE À L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

 

 

 

L’analyse des motivations des électeurs des banlieues populaires va dans le même sens que ceux d’une récente enquête auprès des ouvriers américains, étude qui montrait que ces derniers étaient moins sensibles aux thématiques progressistes (ex : genre, antiracisme…) qu’aux enjeux économiques et sociaux permettant d’améliorer leurs conditions de vie matérielles. L’absence de sensibilité des banlieues à ces thématiques progressistes contredit ainsi la thèse dite « Terra nova » (2011) qui incitait alors le PS à constituer un nouvel électorat urbain comprenant « les diplômés », « les jeunes », « les minorités des quartiers populaires » et « les femmes » autour des « des valeurs culturelles, progressistes ». Car le moins qu’on puisse dire, c’est que ces combats progressistes ne sont pas les plus porteurs chez les habitants des banlieues populaires

 

François Kraus, directeur du pôle « Politique / Actualités » à l’Ifop

 

Le point de vue de David Gouard, spécialiste des comportements électoraux dans les quartiers populaires

 

Maître de conférence en Science politique à l’univer­sité Toulouse-Jean Jaurès, David Gouard étudie les comportements électoraux dans les quartiers popu­laires périphériques, « où se trouve la quintessence du rapport des Français au politique, entre senti­ment d’abandon et hostilité envers les politiques », ex­plique-t-il à Ecran de Veille.

 

« Même si l’abstention progresse en France – comme dans toutes les démocraties occidentales – l’élection présidentielle continue de mobiliser. (…) La participation sera un peu moins haute, mais ces quartiers se mobilise­ront tout de même. Dans ces territoires marqués à gauche, on constate une forme de polarisation pour le candidat de gauche le mieux placé, avec moins de dispersion des voix qu’ail­leurs : Hollande en 2012, Mélenchon en 2017 ».

 

Par le passé, les ban­lieues ont aussi fait barrage contre une figure jugée repoussoir, comme l’ont été Jean-Marie Le Pen en 2002, Nicolas Sarkozy en 2007 et 2012 – détesté depuis les émeutes de l’au­tomne 2005 – Marine Le Pen en 2017 ou Éric Zem­mour aujourd’hui. « Cet effet repoussoir s’amenuise cependant au fur et à me­sure que l’on s’accoutume à la présence d’un candidat d’extrême droite au second tour »

 

CONTACTS :

 

François KRAUS, directeur du pôle « Politique / Actualités »  de l’Ifop

 

Pour toute demande de renseignements à propos de cette étude ou pour obtenir des informations quant aux conditions de réalisation d’une enquête similaire, vous pouvez contacter directement François Kraus au 0661003776

Document à télécharger

Les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 003 personnes, âgées de 18 ans et plus, représentatif de la population résidant dans les
« banlieues pauvres » de France métropolitaine. Par « banlieues pauvres », l’Ifop entend les communes situées en périphérie d’une
agglomération qui affichent un niveau de vie médian annuel par habitant qui les classent parmi les 10 des « banlieues » le plus pauvres de France.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas au regard : De critères sociodémographiques sexe, âge de
l’individu ; De critères socioprofessionnels profession de l’individu ; De critères géographiques région et taille de l’unité urbaine de la commune résidence.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto administré en ligne du 13 au 16 décembre 2021.

Vos interlocuteurs

François Kraus Directeur du pôle Politique / Actualités - Opinion & Stratégies d'Entreprises

Paul Cébille Chargé d’études - Opinion et Stratégies d’Entreprise

Document à télécharger

Les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 003 personnes, âgées de 18 ans et plus, représentatif de la population résidant dans les
« banlieues pauvres » de France métropolitaine. Par « banlieues pauvres », l’Ifop entend les communes situées en périphérie d’une
agglomération qui affichent un niveau de vie médian annuel par habitant qui les classent parmi les 10 des « banlieues » le plus pauvres de France.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas au regard : De critères sociodémographiques sexe, âge de
l’individu ; De critères socioprofessionnels profession de l’individu ; De critères géographiques région et taille de l’unité urbaine de la commune résidence.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto administré en ligne du 13 au 16 décembre 2021.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Hidden
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories