En partenariat avec

Sondage

Le rapport des Français à la justice et à Éric Dupond-Moretti

Dans une actualité émaillée de multiples faits divers violents (ex : lynchage de policiers en civils à Lyon, quintuple meurtre familial dans l’Ain…), le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti vient de débuter des consultations notamment avec l’ensemble des professionnels du monde judiciaire – que certains syndicats de magistrats refusent pour le moment – dans la perspective de la présentation d’un plan et d’une loi de programmation de la Justice. A cette occasion, l’Ifop a mené pour le Journal du Dimanche une enquête sur le rapport des Français à la justice, ainsi que sur leur positionnement à l’égard du ministre de la Justice. Cette enquête montre un fort mécontentement à l’égard de la chaine pénale. Conséquence de cette insatisfaction, Éric Dupond-Moretti voit son image en pâtir très fortement.

 

En 60 ans, les Français n’ont jamais été aussi mécontents du fonctionnement de la Justice en France. Près des trois quarts (73%) des personnes interrogées affirment qu’elle fonctionne mal, contre 63% il y a 5 ans, juste avant l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron. Près d’un tiers des Français déclare même qu’elle fonctionne « très mal » (31%). Ce constat général se révèle quasiment transpartisan. Seuls les proches de Renaissance (anciennement La République en Marche) jugent majoritairement qu’elle fonctionne bien (54%). A l’opposé, à peine 14% des sympathisants du Rassemblement national partagent le même avis.

 

Les éléments de cette étude sur le manque de sévérité de la justice certifient le mécontentement des Français. Près des deux tiers de la population (65%) affirment que les juges ne mettent pas assez de sévérité dans leur action, même si le ministre a encore réfuté cette semaine à l’Assemblée nationale tout « laxisme » judiciaire. C’est un chiffre en hausse de près de 15 points en une dizaine d’années (51% des Français pensaient ainsi en 2011). Toutefois, le pic de septembre 2020, époque à laquelle 73% des Français exprimaient cette opinion, s’est tassé. Ceux considérant le plus massivement que les juges ne sont pas assez sévères sont les séniors (73%), les habitants des banlieues aisées (70%), les sympathisants de la droite radicale (82%) ou bien encore les catholiques (72%). Le manque de sévérité des juges est perçu majoritairement dans toutes les catégories socio-démographiques, culturelles et politiques de la population, à l’exception notable des sympathisants EELV (37%).

 

Face à cela, les Français ont été interrogés sur le bilan d’Emmanuel Macron sur ces questions régaliennes et se révèlent très déçus de l’action du président de la République. Ainsi, 31% jugent que son bilan est bon sur la lutte contre l’insécurité (contre 27% en avril 2021, mais 41% en avril 2018). Jamais le bilan de l’action du gouvernement Macron en matière de justice n’a été aussi mauvais aux yeux des Français : un quart d’entre eux le jugent positif (27%), contre 35% en octobre 2019 et 37% en avril 2018. De moins en moins de Français perçoivent donc le bilan de l’action d’Emmanuel Macron comme positif sur ces thématiques. Dans les deux cas, les partisans des formations d’extrême-droite sont ceux jugeant le plus massivement ces bilans comme négatifs. Ce mécontentement n’est pas à prendre à la légère vu qu’il a dû jouer sur les bons résultats du Rassemblement national aux dernières élections législatives : le parti d’extrême-droite faisant de la justice et de son « mauvais » fonctionnement un de ses principaux axes électoraux.

 

Face à ces éléments montrant un sentiment de délabrement de la justice, la côte de popularité d’Éric Dupond-Moretti s’établit à un niveau bien plus faible que d’ancien(nes) gardes des Sceaux au même moment de leur mandat (2 ans après nomination). Ainsi, si 30% des personnes interrogées expriment une bonne opinion à son égard, ils étaient 51% à faire de même pour Rachida Dati, 63% pour Michèle Alliot-Marie et 47% pour Christiane Taubira. Même les proches du parti présidentiel n’expriment pas en majorité une bonne opinion envers Éric Dupond-Moretti (47%). L’ancien avocat pénaliste souffre également d’un déficit de notoriété : 24% des Français ne le connaissent pas suffisamment, signe qu’il peine à imprégner l’opinion publique en tant que ministre.

Document à télécharger

les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 017 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 21 au 22 juillet 2022.

Vos interlocuteurs

François Kraus Directeur du pôle Politique / Actualités - Opinion & Stratégies d'Entreprises

Thomas Pierre Chargé d'études - Département Opinion & Stratégies d'Entreprise

Document à télécharger

les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 017 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 21 au 22 juillet 2022.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Hidden
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories