En partenariat avec

Sondage

Les Français et leur bien-être mental

Désireuse de mieux appréhender le rapport qu’entretient la population française avec le bien-être mental, la Fondation AÉSIO a chargé l’IFOP de réaliser une étude ad hoc. Les réponses obtenues, parfois paradoxales, reflètent des enjeux majeurs en matière de pédagogie, de sensibilisation et d’actions concrètes à mener ; notamment face à un bien-être mental apparemment encore tabou à ce jour, bien que sa dégradation concerne une part significative des interrogés.

 

Des Français convaincus par l’importance de veiller à leur bien-être mental… mais qui n’y sont pas toujours attentifs

 

Dans un contexte où les Français considèrent quasiment tous que le bien-être mental est tout aussi important que le bien-être physique (94%) et qu’il est essentiel pour être en bonne santé (94%), environ 4 sur 10 d’entre eux estiment que leur état de santé mental est très bon (43% l’estiment très bon ou excellent) – et par ailleurs meilleur que leur état de santé physique (que 33% estiment très bon ou excellent).

 

Dans le même temps, ils sont tout aussi nombreux à s’accorder autour de l’idée que la souffrance psychique peut concerner tout le monde (94%). D’ailleurs, 88% des répondants ont déjà connu un moment au cours de leur vie où leur bien-être mental s’est dégradé, ce phénomène demeurant tout de même rare pour 56% d’entre eux. La perte d’un proche est identifiée comme la première raison de cette dégradation (40%), devant les situations professionnelle (35% ; 44% des actifs) et financière (32% ; 40% des catégories pauvres). Il convient de souligner que l’état des relations amicales et sentimentales est tout autant cité (34%), et plus généralement la qualité des relations tissées avec l’entourage (56% des interviewés évoquent cette idée).

 

En dépit de l’importance accordée au bien-être mental et du sentiment que tout le monde peut, un jour, connaître un épisode de souffrance psychique, seul 1 Français sur 2 affirme être attentif à son bien-être mental (50%). Cette propension à veiller à son bien-être mental est essentiellement encouragée par la considération que celui-ci est essentiel pour être en bonne santé (73%). Les raisons invoquées pour justifier le manque de vigilance sont a contrario bien plus hétérogènes, même si derrière elles transparaît souvent en filigrane l’idée que ce sujet serait secondaire : les interviewés mentionnent ainsi qu’ils ont toujours quelque chose de plus important à faire (32%), qu’ils manquent de temps (31%) ou encore qu’ils n’ont pas le réflexe (24%). A titre subsidiaire, notons que 22% des répondants déclarent faire plus attention à leur bien-être physique que mental, la majorité des personnes interrogées ayant l’impression d’accorder la même importance aux deux (56%).

 

 

Plus d’un quart des Français estiment que leur bien être mental s’est dégradé avec la crise

 

Près de 6 Français sur 10 déclarent avoir eu le sentiment d’avoir été en souffrance psychique au cours des 12 derniers mois, dont 14% « de façon régulière ». Ce résultat est néanmoins à interpréter à la lumière de la crise sanitaire que nous venons de traverser, ce que les interviewés reconnaissent volontiers, 28% estiment ainsi que leur bien-être mental s’est dégradé depuis le début de celle-ci.

 

Les femmes de 25 à 49 ans ainsi que les personnes vivant avec des enfants font plus état que les autres de situations de souffrance psychique au cours des 12 derniers mois (respectivement 67-69% et 67%) et témoignent plus généralement davantage que les autres d’épisodes réguliers de souffrance psychique. Ainsi, 53% des femmes âgées de moins de 35 ans affirment avoir connu toujours ou souvent des situations où leur bien-être mental était dégradé (vs 38% des hommes du même âge).

 

Conséquence de l’impact de la crise sanitaire sur le bien-être mental des Français ? Aujourd’hui, plus d’un tiers d’entre eux affirment être inquiet pour leur bien-être mental (36%) – et notamment les populations témoignant le plus de souffrances psychiques, à savoir les femmes de moins de 35 ans et les personnes avec des enfants. Cela dit, les interviewés se disent en réalité encore plus inquiets pour le bien-être mental des autres (un phénomène régulièrement observé dans les études d’opinion) : 62% pour celui des Français et 48% pour celui de leurs proches.

 

 

L’état de santé et les relations personnelles sont clairement identifiées comme les critères influant le plus sur son bien-être mental

 

Déjà pointées comme un facteur capital dans la détérioration du bien-être mental, les relations personnelles (familiales ou non) et le fait d’être entouré sont logiquement perçus comme un critère essentiel au bien-être mental personnel (53%), avant même l’état de santé physique (40%). Il ne faudrait pas négliger pour autant l’impact que peuvent avoir la situation financière et professionnelle, identifiées comme deux des trois éléments les plus influents sur le bien-être mental des Français (respectivement 46% et 29% vs 27% et 16% pour son bien être mental personnel), avec la santé.

 

En parallèle, 60% des Français (70% chez les cadres) ont également la sensation qu’une actualité morose est susceptible de dégrader leur bien-être mental, opinion au demeurant relativement peu fondée (12% seulement en ont « tout à fait » l’impression). Plus spécifiquement et sans grande surprise, c’est en premier lieu l’impact de la crise sanitaire sur la stabilité économique du pays (28%) qui ébranle le plus le bien-être mental des répondants, devançant la menace terroriste (22%) et les inquiétudes ayant trait à l’environnement et au changement climatique (21%). A 200 jours environ de l’élection présidentielle, il semble également intéressant de noter que les débats relatifs à cet évènement semblent avoir peu d’effets sur le moral de nos concitoyens (6% estiment que c’est le thème qui dégrade le plus leur bien-être mental).

 

Assez logiquement, les actions étant perçues comme les plus primordiales pour le bien-être mental au quotidien sont directement liées aux critères identifiés comme alimentant le plus le bien-être mental : passer du temps avec ses proches (64%) et prendre soin de soi (60%).

Documents à télécharger

les résultats l'infographie communiqué de presse

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 2014 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 14 au 20 septembre 2021.

Vos interlocuteurs

Marion Chasles-parot Directrice d'Etudes - Opinion & Stratégies d'Entreprises

Antoine Chatelet Chargé d'études - Département Opinion & Stratégies d'Entreprise

Documents à télécharger

les résultats l'infographie communiqué de presse

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 2014 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 14 au 20 septembre 2021.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Hidden
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories