En partenariat avec

Sondage

Les Français soutiennent-ils le projet de « Référendum pour les animaux » ?

A l’heure où le mouvement pour un référendum sur le droit des animaux franchit le cap des 120 signatures de parlementaires nécessaires à la tenue du scrutin, le site d’information pour chiens Caniprof publie la première enquête permettant de mesurer le soutien des Français aux mesures de protection des animaux soumises au référendum mais aussi leurs potentiels comportements dans l’isoloir si un vote était bien organisé. Réalisée par le pôle « Politique/Actualités » de l’Ifop auprès d’un échantillon national représentatif de 1 000 Français, cette étude révèle à la fois l’ampleur du soutien des Français à cette initiative référendaire encore peu médiatisée et le relatif consensus qu’il existe aujourd’hui sur ces questions chez les électeurs quel que soit leur horizon.

 

LES CHIFFRES CLÉS

  1. Les trois quarts des Français (73%) soutiennent l’organisation d’un référendum sur le droit des animaux, sachant que si les sympathisants écologistes (87%) sont naturellement en pointe dans la défense de ce projet, celui-ci est aussi fortement soutenu par d’autres segments de l’électorat traditionnellement sensibles à la cause animale comme les sympathisants lepénistes (88%).
  2. Sept électeurs sur dix (71%) se déclarent aujourd’hui disposés à signer la pétition nécessaire à la validation de la procédure de référendum d’initiative partagée (RIP), ce qui est plutôt positif pour les promoteurs du référendum qui doivent obtenir la signature de 10% des électeurs pour obtenir l’organisation du scrutin (4,7 millions de signataires).
  1. Dans le cas où le processus référendaire déboucherait sur la tenue d’un scrutin, ce « Référendum pour les animaux » pourrait attirer jusqu’à un électeur sur deux dans les urnes (49%), ce qui peut paraître limité mais qui constitue en l’état un niveau record de participation par rapport à d’autres référendums potentiels testés par l’Ifop ces dernières années (ex : privatisation d’ADP).
  2. Enfin, les résultats de ce premier sondage laissent pour l’heure peu de doute sur l’issue de ce que constituerait le premier référendum d’initiative partagée en France : près de neuf votants sur dix (89%) seraient prêts à voter pour la loi imposant les six propositions du collectif « Référendum pour les animaux », contre à peine 11% qui voteraient contre.
  3. Il est vrai que les Français soutiennent massivement les mesures proposées par le comité « Référendum pour les animaux » que ce soit, en tête, l’obligation de garantir aux animaux la possibilité d’un accès quotidien au plein air (87%), l’interdiction d’expérimentation sur les animaux (75%) ou encore l’interdiction des spectacles avec animaux sauvages (près de six personnes interrogées sur dix).

 

Le point de vue de Paul Cébille, chargé d’études Senior au Pôle Politique & Actualités de l’Ifop

Au regard de ces résultats, il est intéressant de rappeler que la première initiative populaire de la démocratie moderne se préoccupait déjà de la protection animale : c’était en Suisse, en 1893, et 60% des électeurs validaient l’interdiction de l’abattage du bétail non étourdi au préalable. Plus d’un siècle plus tard, en France, le large soutien des Français à une initiative de protection des animaux montre l’importance de ces questions à leurs yeux et leur volonté de pouvoir s’exprimer sur ce sujet.

 

L’enseignement principal de ce sondage est que les électeurs français se révèlent donc comme de grands amis des animaux, représentés de façon hétérogène au sein de différentes couches sociales (les classes moyennes) et politiques (sympathisants écologistes mais aussi frontistes). L’histoire récente des référendums en France et à l’étranger a montré que l’opinion pouvait parfois radicalement basculer au cours d’une campagne, dans la dynamique des débats, mais le référendum pour les animaux peut compter sur une base de soutien élargie, alors même que la procédure de référendum d’initiative partagée est à peine lancée.

 

Avec près de 50% de participation estimée, notre sondage témoigne d’une mobilisation significative à attendre des Français dans les urnes, sur un sujet concret, pour défendre leurs idées. Ce chiffre souligne également le décalage entre d’un côté les aspirations des Français et de l’autre les sujets abordés dans le débat public, alors même que la protection animale reste peu traitée dans l’espace médiatique et politique comparativement aux questions sociétales ou à la fiscalité, pourtant moins mobilisatrice dans les urnes.

 

Paul Cébille

Chargé d’études Senior au Pôle Politique & Actualités de l’Ifop

 

Document à télécharger

Les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 007 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 15 au 16 juillet 2020.

Vos interlocuteurs

François Kraus Directeur du pôle Politique / Actualités - Opinion & Stratégies d'Entreprises

Paul Cébille Chargé d’études - Opinion et Stratégies d’Entreprise

Document à télécharger

Les résultats

Méthodologie de recueil

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 007 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 15 au 16 juillet 2020.

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.

Inscription newsletter

Découvrez nos publications A la une - A ne pas manquer et pleins d’autres...

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Consultez nos dernières newsletters

Recent Posts

Top Categories