En partenariat avec

Sondage 18/12/2015

Enquête internationale sur les femmes et l’orgasme.

Dans quel pays occidental les femmes ont-elles le plus de difficultés à jouir ? Dans quel pays recense-t-on le plus de femmes qui simulent régulièrement un orgasme? Y a-t-il entre les pays des différences notables dans les pratiques ou les positions sexuelles les plus à même de les faire jouir ? À l’occasion de la « Journée Mondiale de l’Orgasme » organisée ce lundi 21 décembre, le site de webcam CAM4.fr a commandé à l’Ifop la première grande enquête internationale portant sur les freins et les sources du plaisir féminin. Réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 8 000 femmes vivant dans les principaux pays d’Europe (France, Espagne, Italie, Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas) et d’Amérique du Nord (États-Unis, Canada), ce sondage constitue une enquête de référence sur un sujet peu abordé dans les études internationales sur la sexualité alors même qu’il s’agit d’une des grandes questions de la sexologie depuis les travaux pionniers d’Alfred Kinsey. Il faut dire que la vision épidémiologique qui a imprégné les enquêtes de sexualité depuis l’explosion du sida n’a pas favorisé les travaux permettant d’évaluer l’efficacité des pratiques sexuelles sous l’angle de l’accès au plaisir et à l’orgasme.

Si elle confirme les enseignements de la dernière étude réalisée sur le sujet auprès des Françaises (cf. étude Ifop/Cam4 – Décembre 2014), cette enquête internationale met surtout en lumière le fait que c’est en France que les difficultés à atteindre l’orgasme affectent le plus de femmes.

 

Les 5 chiffres clés de l’enquête :

 

49% des Françaises admettent avoir « assez régulièrement » des difficultés à atteindre l’orgasme, soit le niveau le plus élevé de tous les pays investigués dans le cadre de l’enquête.
37% des Françaises ont joui « au moins une fois par semaine » ces trois derniers mois, soit la plus faible proportion observée dans les pays interrogés en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord.
52% des Françaises déclarent avoir « souvent » joui avec un partenaire au cours de leur vie, soit un taux très en deçà de celui mesuré dans les autres pays occidentaux.
31% des Françaises simulent « assez régulièrement » l’orgasme avec leur partenaire, soit le niveau le plus élevé observé en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord.
25% des Françaises n’ont pas eu d’orgasme lors de leur dernier rapport, soit une proportion record en Europe, presque deux fois plus élevée par exemple que chez les Néerlandaises (15%).

 

Le point de vue de François Kraus de l’Ifop

 

Si les Françaises souffrent de plus de difficultés à jouir que les autres femmes occidentales, ce n’est pas seulement en raison de certaines leurs particularités : les taux élevés d’activité, de célibat ou de consommation de médicaments observés dans la population féminine hexagonale ne créant pas les conditions physiques ou psychologiques les plus favorables à un épanouissement sexuel (ex : fatigue, stress, situation sentimentale instable, baisse de la libido…). Au regard des résultats de l’étude, leur singularité tient également au fait que les Françaises pratiquent moins souvent les techniques permettant en général aux femmes de jouir plus facilement comme la masturbation ou la double stimulation (clitoridienne et vaginale). En effet, en France plus qu’ailleurs, l’accès des femmes à l’orgasme semble freiné par une sexualité de couple encore trop « phallocentrée » : les pratiques sexuelles réalisées le fréquemment (ex : pénétration vaginale) n’étant pas celles qui favorisent le plus l’orgasme féminin. Certes, ce décalage entre leur prévalence et leur efficience s’observe dans l’ensemble des pays occidentaux mais il s’avère particulièrement important en France.

François Kraus

 

Directeur du pôle “Politique / Actualités” de l’Ifop

 

Responsable du pôle “Genre, sexualités et santé sexuelle” de l’Ifop

 

CONTACTS :

Pour toute demande de renseignements à propos de cette étude ou pour obtenir des informations quant aux conditions de réalisation d’une enquête similaire, vous pouvez contacter directement François Kraus au 0661003776

Documents à télécharger

Rapport d'étude Annexes

Méthodologie de recueil

Echantillon de 8000 femmes de 18 à 69 ans, extrait d’un échantillon représentatif de la population féminine de 18 ans et plus résidant en Italie, Espagne, France, Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Etats-Unis, Canada.. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, catégorie socio-professionnelle) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) du 3 au 12 novembre 2015.

Votre interlocuteur

François Kraus Directeur du pôle Politique / Actualités - Opinion & Stratégies d'Entreprises

publications associées

L’allocution télévisée d’Emmanuel Macron, lors de laquelle le président de la République a annoncé plusieurs mesures pour répondre aux attentes des « gilets...

Sondage

Le regard des Français sur le mouvement des « gilets jaunes » après les annonces d’Emmanuel Macron – Balises d’opinion #51

Alors que le mouvement des « gilets jaunes » semble s’ancrer dans la durée, la question de son éventuelle traduction sur la scène politique se pose avec une certaine...

Sondage

Le regard des Français sur le mouvement des « gilets jaunes » dans la perspective des élections européennes

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • Mentions Juridiques

    En utilisant ce service, vous consentez à ce que nous stockions les données que vous nous aurez communiquées afin de pouvoir traiter votre demande. Ce faisant, nous observerons les dispositions légales en matière de protection des données personnelles. Nous vous assurons de ce que les données stockées seront traitées de manière confidentielle et ne seront ni transmises, ni vendues à un tiers.
Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.