Sondage 04/09/2011

Les intentions de vote pour l’élection présidentielle de 2012

La nouvelle enquête d’intentions de vote présidentielle Ifop / Journal du Dimanche confirme l’avance de la gauche à sept mois du scrutin. Réalisée au lendemain de l’Université d’été de La Rochelle, ce sondage éclaire surtout sur le rapport de force entre les principaux prétendants socialistes à la Primaire organisée les 9 et 16 octobre.
Dans ce cadre, trois enseignements sont à souligner :
1. « La dynamique François Hollande ». Avec 29% des intentions de vote au premier tour, François Hollande distance nettement Nicolas Sarkozy (23.5%) et progresse d’un point comparé à l’enquête Ifop de juillet. Surtout, ce socle de premier tour s’avère plus important que celui obtenu par Martine Aubry (25%) – cette dernière ne dépassant le candidat UMP que d’un point – et largement supérieur au score recueilli par Ségolène Royal, devancée par Nicolas Sarkozy comme par Marine Le Pen. Cet avantage en faveur de François Hollande se fonde sur trois aspects. Il s’agit d’abord des scores d’intentions de vote particulièrement élevés obtenus par le député de Corrèze auprès des personnes âgées de plus de 50 ans, segments traditionnellement difficiles pour la gauche. Ainsi, François Hollande recueille respectivement 33% et 32% chez les personnes âgées de 50 à 64 ans et celles de plus de 65 ans (contre 25% et 28% pour Martine Aubry). Ensuite, à l’instar de ce que l’Ifop observait pour Dominique Strauss-Kahn avant le 15 mai dernier, François Hollande s’apparente à un candidat « attrape-tout » au regard de sa capacité à attirer sur son nom dès le premier tour nombre d’électeurs non socialistes. A titre d’exemple, il recueille les intentions de vote de près d’un électeur Bayrou 2007 sur trois (31%) et 37% des électeurs d’Europe Ecologie du dernier scrutin régional. Enfin, les résultats observés dans les configurations de second tour pourraient s’avérer un atout décisif dans la perspective de la Primaire socialiste. En effet, on sait que la capacité du candidat socialiste à vaincre au second tour Nicolas Sarkozy constitue un levier très important de mobilisation des électeurs potentiels à la Primaire. Dans ce cadre, c’est François Hollande qui parvient le plus nettement à l’emporter au second tour face au candidat de l’UMP (59%-41% contre 54%-46% dans l’hypothèse d’un duel Nicolas Sarkozy- Martine Aubry). Notons que par rapport à l’enquête Ifop précédente, l’avance des candidats socialistes au second tour progresse (de 2 points dans l’hypothèse François Hollande, d’1 point dans l’hypothèse Martine Aubry).
2. Un écart qui s’accroit entre Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen. Le rapport de force électoral demeure très malaisé pour le chef de l’Etat, à sept mois du premier tour. Avec 23.5% à 25% des intentions de vote, Nicolas Sarkozy n’apparaît pas aujourd’hui en situation – ce qui est d’ailleurs totalement inédit dans l’histoire de la Cinquième République – d’arriver en tête au soir du premier tour. Dans le contexte d’une offre de candidats très « encombrée » à droite (de Villepin, Nihous, Boutin, Nicolas Dupont-Aignan notamment), la progression des intentions de vote en faveur de Nicolas Sarkozy est ténue (0.5 point en moyenne). Toutefois, l’écart observé au premier tour entre ce dernier avec Marine Le Pen tend à se creuser : 5 points par exemple pour la configuration dans laquelle François Hollande est testé. Créditée de scores allant de 18.5% à 19.5%, Marine Le Pen subit pour la deuxième enquête consécutive un recul des intentions de vote en sa faveur, même si elle émerge à un étiage toujours supérieur aux scores présidentiels passés de son père. En outre, la candidate frontiste continue d’atteindre des scores jamais observés par l’ancien président du FN dans les intentions de vote présidentielles. Cette érosion du socle électoral de Marine Le Pen vient d’une moindre capacité que par le passé à attirer sur son nom l’électorat de droite modérée : ainsi, 14% des électeurs sarkozystes du 22 avril 2007 opteraient pour un vote frontiste dès le premier tour alors qu’ils étaient 18% en juillet et plus de 20% en mai.
3. Le « marais » centriste. En dehors des prétendants socialistes testés, du candidat de l’UMP et de celle du Front National, aucune candidature ne parvient à franchir le seuil symbolique de 10% des intentions de vote. S’agissant du Centre, on n’observe pas la moindre clarification au sein de cet espace très concurrentiel et sans doute majeur dans la perspective du second tour de l’élection présidentielle. Le potentiel électoral du Centre demeure partagé à part équivalente entre François Bayrou et Jean-Louis Borloo.

Document à télécharger

Rapport d'étude

Méthodologie de recueil

Echantillon de 1918 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 2036 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne CAWI (Computer Assisted Web Interview) (Etudiants). Les interviews ont eu lieu par téléphone sur le lieu de travail des personnes interrogées (Recruteurs). du 30 août au 2 septembre 2011.

Votre interlocuteur

Frédéric Dabi. Directeur Général Opinion

publications associées

Pour télécharger ce document, veuillez remplir le formulaire ci-dessous :
  • votre adresse mail professionnelle, si applicable
  • Si applicable
  • Hidden
  • Les données que vous nous communiquez dans ce formulaire seront traitées et conservées uniquement afin de répondre à votre demande et de conserver une preuve du traitement de celle-ci. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits. https://www.ifop.com/politique-de-confidentialite/
    Nous serons ravis de garder le contact avec vous et vous invitons à vous abonner à nos communications. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Inscription newsletter

Retrouvez toute l’actualité d’IFOP – nos publications à la une, à ne pas manquer et pleins d’autres… - dans notre newsletter mensuel envoyé chaque fin de mois.

Déposez
votre brief

S'inscrire à notre newsletter

  • Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les informations concernant les activités de l’Ifop. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

    En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits 

Consultez nos précédentes éditions

Recent Posts

Top Categories