Opinion et stratégies d'entreprises Consumer Services Santé Media et numérique Luxe

Sondage 17.02.2016

Le regard des Français sur Alain Juppé

La première enquête Ifop-Fiducial menée dans le cadre des petits déjeuners organisés par la Fondation Concorde en partenariat avec Public Sénat livre les enseignements suivants sur Alain Juppé :

• Le Maire de Bordeaux, candidat à la primaire des Républicains des 20 et 27 novembre prochains, bénéficie globalement d’une très bonne image, à la fois solide et variée s’agissant des représentations associées par les Français. Cette image positive repose d’abord sur une très forte équation personnelle caractérisée par l’attribution majoritaire à Alain Juppé de traits d’images consubstantiels à la fonction présidentielle. Les Français associent en effet à Alain Juppé le courage (63%), l’autorité (62%), le dynamisme (57%) et la capacité à tenir ses engagements (52%). Ces qualités sont reconnues par les sympathisants des Républicains (72% « autorité », 65% « dynamique »), de manière encore plus massive par ceux du centre (95% « courageux » à l’UDI, mais le sont aussi majoritairement par les sympathisants de gauche. Parallèlement, Alain Juppé se voit reconnaître des qualités qui ne faisaient par le passé pas partie de son cœur d’image. Il est en effet perçu comme sympathique (60%) et tolérant (57%). Ainsi, compte tenu de la vigueur de cette équation personnelle, une majorité nette de Français (60%) estime que le maire de Bordeaux a la stature présidentielle. Notons que cette perception atteint 75% chez les électeurs certains d’aller voter au premier tour de la primaire.

• Au-delà de cette image personnelle très favorable, les ressorts de la popularité d’Alain Juppé ont également traits à sa capacité perçue à remporter la prochaine élection présidentielle. Cette perception est partagée par 64% des Français, 75% des sympathisants des Républicains comme ceux du PS, voire plus de 90% chez les centristes. Cette dimension qui devrait constituer, comme on l’avait constaté lors de la primaire socialiste en 2011, un facteur essentiel de mobilisation de l'électorat de droite et du centre pour la primaire, à savoir voter pour le candidat le plus assuré de « sortir la gauche » du pouvoir, est renforcée par plusieurs autres aspects. Ainsi, 72% jugent Alain Juppé capable de battre la candidate du Front National, 69% de vaincre le candidat du Parti Socialiste. Une part quasi équivalente (68%) lui prête la capacité de rassembler les électeurs de droite et du centre.

C’est en revanche sur la dimension réformatrice d'Alain Juppé que les opinions apparaissent plus contrastées. Ainsi, moins d’un Français sur deux le juge capable de réformer le pays (47%), de bousculer les conservatismes et les blocages de la société (44%). A peine 4 Français sur 10 estiment qu’il peut sortir le pays de la crise. Se fait jour tout de même sur ces dimensions au cœur du désenchantement des Français vis-à-vis du personnel politique dans son ensemble une crédibilité spécifique accordée à Alain Juppé par les sympathisants de droite et du centre (« peut sortir le pays de la crise », 84% à l’UDI ; « capable de réformer le pays », 62% chez les sympathisants Républicains). En outre, une large part des personnes interrogées prêtent à Alain Juppé l’envie de servir la France (66% et même 85% chez les Républicains), voire pour une majorité d’entre eux le fait qu’il ait un projet pour le pays. Enfin, signe que les grandes grèves de 1995 n’influent que marginalement sur les perceptions associées à Alain Juppé, un Français sur deux anticipe que celui-ci ne cédera pas face à la rue en cas de mouvements sociaux, un score qui culmine à 76% à l’UDI et 63% chez les personnes certaines d’aller voter à la primaire.

• C’est pour l’ensemble de ces raisons qu’Alain Juppé, à 10 mois du premier tour de la primaire, bénéficie d’a priori très favorables dans l’opinion. Plus de 6 Français sur 10 considèrent qu’il ferait un bon candidat pour la droite et le centre à l’issue de la primaire (79% chez les votants certains à cette élection). Même si une primaire, a fortiori l’élection présidentielle, ne se gagne pas uniquement sur la popularité et l’image personnelle, Alain Juppé apparaît en situation favorable sur ces deux aspects.

Echantillon de 1505 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, catégorie socio-professionnelle) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) du 9 au 11 février 2016.

AVEC:  Fondation Concorde en partenariat avec Public Sénat

Nous contacter

Frédéric Dabi Frédéric Dabi :
DGA - Département Opinion et Stratégies d'Entreprise
Email
Jean-Philippe Dubrulle :
Chef de groupe - Département Opinion et Stratégies d'Entreprise
Email


tél : (33) 01 45 84 14 44
Fax : (33) 01 45 84 93 38